Un nouvel échevinat à Genappe, celui des parcs d’attractions !

Publié le lundi 4 août 2014

L’échevinat du tourisme ne doit-il pas assurer la coordination et la promotion d’activités touristiques sur la commune, voire sur la Province ?

Et si parfois il invite au voyage ou à la découverte ne doit-il pas faire des propositions créatives, sensibles, originales afin de promouvoir auprès du plus grand nombre la richesse et la diversité de notre patrimoine ? Et si de temps en temps une sortie « loin de chez soi » fait du bien, n’est-il pas envisageable de proposer des sorties plus insolites, plus originales, plus mystérieuses, plus culturelles que des excursions chères, standardisées dans des parcs d’attraction qui proposent que chacun se délasse, voire sa vautre dans la consommation facile du divertissement fast-food ?

Est-ce bien là le rôle de l’échevinat du Tourisme de Genappe ?

Après une journée à DisneyLand Paris le 27 septembre 2013 (re-soulignons à bon escient ici qu’il s’agit de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles ; fête de la culture !), choix fortement critiqué par les écolos en conseil communal, la Ville remet le couvert en proposant une excursion au Parc Astérix, le 4 octobre prochain ! Et au regard du nombre de parcs d’attraction à 500kms à la ronde la planification est aisée au moins jusqu’à la fin de la législature. Bobbejanland, Efteling parc et autres Aqualand, nous arrivons !

Comme le souligne avec aisance et décontraction le bourgmestre, ces excursions répondent à la demande des habitants. Et depuis quand se limite-on à répondre à la demande des citoyens ? Et quelles sont les limites de ces demandes ? Existe-t-il alors une grande boîte à suggestion à l’entrée de l’hôtel de ville où chacun peut anonymement faire part de ses souhaits de sorties les plus chers ? Et de continuer son argumentation quelque peu affligeante « sans nous certains n’iraient jamais dans ces parcs ! »

Ah bon, la belle affaire… Je ne savais pas et n’avais jamais imaginé que le bonheur se trouvait au cœur des grandes roues, des sachets de Pop Corn ou des files interminables devant la dernière attraction du moment. Enfin de quels citoyens parlons-nous ? Des 59% qui ont voté pour la liste du bourgmestre ? Auraient-ils participé à un grand référendum populaire ?

Ecologistes et libéraux ne partagent pas la même vision du monde, certes. Et dans le cas présent Ecolo Genappe dénonce le choix d’un tourisme de masse, couteux.

Qui semble se répéter d’année en année.

Anne Beghin