Ecolo Genappe Le Parti

Petite ou GRANDE histoire d’Ecolo Genappe : 40 ans de convictions

L’utopie serait de croire que vivre comme aujourd’hui pourrait encore durer longtemps”.
Jacky Morael. 1959-2016.

Avant 1983

Fin des années 70 et début des années 80, Genappe peut être fière de sa Fièsse des Bulokes, festival de musique alternative et populaire, organisé par des jeunes de Genappe.

Après quelques éditions en équilibre, le déficit important oblige le groupe à se recentrer sur des activités lucratives pour rembourser la dette. Le groupe fonde un club dans le centre de Genappe et organise des spectacles, une dizaine de la bière belge, un rallye cycliste, lance la première radio libre de Genappe, Radio Bulokes, etc…

Le club est ouvert tous les weekends et devient le rendez-vous des jeunes de Genappe de 20 à 35 ans. La dette est remboursée. Nous devons malheureusement évacuer les lieux pour cause de vente de l’immeuble.

De ce groupe qui peine à se faire entendre des autorités, va naitre l’envie de passer à autre chose.

Roberto Denis et Philippe Lorsignol alors fraîchement membres d’Ecolo décident de fonder la section locale d’Ecolo en 1982, année électorale. Ecolo Genappe était né ! Tout naturellement, de nombreux membres de l’asbl Bulokes se joignent à nous. La locale est fondée juste avant les élections. Plus d’une vingtaine de membres. Par souci d’honnêteté intellectuelle, nous ne présentons pas de liste. La locale est reconnue par le Conseil régional en Mai 1983.

1983-1988

Ecolo Genappe assiste à tous les conseils communaux. Et publie régulièrement une rubrique dans la « Feuille des commerçants » sous le titre « Le Vert est dans le fruit ».

Nous mettons sur pied une initiative originale, l’organisation du « Grand prix Ecolo de politique sportive » : Il s’agissait d’établir un classement des conseillers communaux sur base de la quantité et de la qualité de leurs interventions au conseil communal. Baudouin Dubuisson sera classé 1er, Jean-Louis Hambye 2ème et … un certain Gérard Couronné 3ème. Le vainqueur a reçu son poids en pommes. Cet événement anodin en apparence a contribué à la crédibilité et à l’ancrage du groupe Ecolo à Genappe, notamment grâce à la couverture presse qui l’accompagnait.

De nombreuses questions sont adressées au collège : urbanisme et environnement, économie d’énergie pour les bâtiments communaux, motion de dénucléarisation, droit de participation du public aux délibérations du conseil,…

Philippe Lorsignol est tête de liste aux provinciales (pas d’élu Ecolo) et participe activement au bureau du Conseil régional.

 Secrétaire de la locale: Roberto Denis

1988-1994

Ecolo présente sa première liste aux élections communales. La liste est appelée Ecolo-Vivre Autrement et comprend la moitié de citoyens. Il a alors fallu demander une dérogation pour que la liste soit reconnue par le parti Ecolo.

Le programme électoral Ecolo-VA est assez éclairant. Pêle-mêle citons quelques thèmes et propositions : participation citoyenne, référendum d’initiative populaire, rénovation des sites urbains désaffectés (l’ilot Mintens, déjà), gestion des déchets par compostage, bio méthanisation, promotion des produits locaux et de l’agriculture bio, réduction des pesticides, promotion des transports en commun, lutte contre l’exclusion sociale, ouverture sur le monde, etc…

La liste fait 10% des voix et Philippe Lorsignol est seul élu.

Ecolo est fortement courtisé car son siège peut faire la balance soit en faveur des libéraux soit en faveur des socialistes. La division est à son comble du côté des socialistes. Ecolo est éjecté des négociations et les libéraux font alliance avec les socialistes dissidents.

Nous pratiquons une opposition faite de propositions alternant avec des interventions nettement plus dures.

Février 1990, parution du premier numéro de l’organe de presse d’Ecolo Genappe, « l’ Idyle verte » sur abonnement.

Nos actions et propositions:

Economie d’énergie, énergies renouvelables, solidarité, environnement, demande d’un comité d’accompagnement pour la sucrerie, pour le côté propositions, plainte en référé et à la Région Wallonne contre le bourgmestre pour décharge illégale à Baisy-Thy, analyse des captages d’eau communaux et demande de fermeture (obtenue) pour cause d’insalubrité et de non-conformité sur la législation (nitrates), saga du sentier 42 accaparé par l’échevin de l’environnement JL Hambye, pour le côté interventions musclées.

Secrétariat de la locale : Jean-Pierre Gouverneur

1994-2000

Nous présentons une liste Ecolo complète. Deux particularités : Nous y appliquons la parité homme femme sans qu’il y ait d’obligation légale et notre liste est citoyenne avec 12 Ecolos, 11 citoyens.

En plus de nos fondamentaux habituels, citoyenneté, environnement, solidarité, le programme était notamment axé sur la gouvernance et les finances communales, histoire d’accroitre notre crédibilité. Nous lançons aussi l’idée du TRUC, le transport rural communal sensé rallier les villages et le centre de Genappe. Le TRUC sera notre principale action de campagne, avec exposition de deux bus à la place de la gare et essais de liaison vers les villages avec la population en grandeur réelle.

Résultat des élections :  10% ; 1 élu : Philippe Lorsignol

Principales actions :

Plan déchet, préservation du site de la gendarmerie, recours contre la taxe des immondices, groupe action vélo, action nettoyage et débroussaillages de l‘assiette de la ligne du chemin de fer pour promouvoir l’idée du Ravel, organisation soirée citoyenne, organisation d’une soirée Green Fever à destination de la jeunesse, intervention sur les problèmes de pollution de la sucrerie, accaparement de sentiers, etc.

10ième anniversaire de l’Idyle Verte

Secrétariat local :

  • Ygaélle Dupriez assurera le secrétariat jusqu’en août 1995 et démissionne à cause de son déménagement dans une autre commune.
  • Véroniques Docquegnies, court intérim jusqu’à sa démission en octobre 1995
  • Daniel Detienne, à partir de fin 1996

2000-2006

La liste Ecolo Genappe est complète. Parité hommes femmes et tirette (toujours non obligatoire).
Campagne électorale centrée sur la rencontre avec les citoyens. 8 soirées citoyennes sont organisées dans toute l’entité avec un succès mitigé.

Au programme, intervient pour la première fois la notion de développement durable. Pour le reste, les fondamentaux sont toujours bien présents : participation, citoyenneté, politique de la jeunesse, mobilité douce, politique énergétique novatrice, etc. Et… pour la première fois Ecolo établit un budget des mesures qu’il préconise.

Résultat des élections : un peu plus de 10%. 2 élus : Jean- Pierre Gouverneur et Françoise Sandron. 1 élu CPAS : Marie-Christine Fox. 1 élu à la province : Nathalie Gouverneur.

Ecolo Genappe a 20 ans en mai 2003.

2004 : coup de tonnerre à Genappe, fermeture de la sucrerie.

Vu les actions d’Ecolo (sentiers, pollution, construction d’un nouveau silo) et les relations quelque peu tendues que cela a impliqué entre Ecolo et la direction de la sucrerie, la tentation est grande de nous faire porter le chapeau. D’autant plus que Daniel Detienne a fait un recours au conseil d’état contre la construction de ce fameux silo. En 1994, le conseil d’état donne raison à Daniel. Le silo ne sera pas construit.

De nos jours, la croyance demeure : on nous rend encore responsable de la fermeture de la sucrerie. Pourtant les milieux agricoles et politiques autorisés reconnaissent que cette fermeture est tout simplement et évidemment due à la politique de l’actionnaire principal Sudzuker qui, en vue de la fin des quotas betteraviers, a décidé de supprimer les usines trop éloignées des frontières.

Mais rien n’y a fait. Il y a même une manifestation des agriculteurs qui cible clairement Daniel Detienne et les Ecolos.

Françoise Sandron déménage à Waterloo juste avant la fermeture de la sucrerie et doit donc démissionner. Philippe Lorsignol, premier suppléant terminera donc le mandat de celle-ci.

Principales actions

  • Premier souper bio en 2001.
  • PCA village, implantation de la zone commerciale nord. Ecolo préconise la mixité entre les commerces et l’habitat. Nous irons très loin dans ce combat jusqu’à analyser la solvabilité du promoteur qui grâce ou à cause de notre intervention a dû se refinancer.
  • Nationale 25, notre travail permet de débloquer le problème du contournement de Thines.
  • Adoption du projet d’Anne Sandron du droit d’interpellation du citoyen au conseil communal.
  • Sauvetage de l’immeuble de la gendarmerie (pétition).
  • Campagne pro éolienne.

Faits marquants

  • Premier essai d’implantation d’éoliennes à Genappe en 2001 et deuxième projet en 2002. Le débat éolien ne quittera plus l’espace public. Ecolo Genappe prend parti sans ambages pour les projets éoliens sur le territoire.
  • Inauguration de la place communale en 2002.
  • 20ième anniversaire Ecolo Genappe en 2003.
  • En septembre 2004, début des pourparlers avec le PS pour présenter une liste en cartel.
  • En novembre 2005, signature de la convention Ecolo-PS pour la présentation d’une liste commune aux élections de 2006.

2006-2012

Résultat catastrophique aux communales de 2006. Les deux listes PS et Ecolo totalisaient ensemble 25% des voix en 2000 et ne récoltent en cartel que 15%.

Cela est dû principalement à la dissidence de socialistes qui, manipulés par André Flahaut, forment à côté du cartel PS-Ecolo la liste « Première à gauche ». Cette liste récolte un peu moins de 5% et n’a pas d’élu. La deuxième cause de cet échec est que nos électeurs habituels ont considéré que le message écologiste était trop dilué dans le programme du PS. Bref, une « convergence des gauches » à ne jamais refaire.

Résultat : 3 élus, 2 PS et 1 Ecolo (Philippe Lorsignol). Ecolo rate le 2ième siège (Sophie Vandeloise) pour 1 voix. On aurait dû faire recompter les votes.

Le manque de loyauté et de fair-play de nos partenaires fait que la mésentente est totale entre les deux composantes de la liste. Le PS truste tous les postes annexes, CPAS, Conseil de police, commissions.
Dès lors nous reprenons nos billes.

Ecolo Genappe choisit alors une voie originale. Nous « offrons nos services » à la majorité pour faire entrer Genappe dans une politique du développement durable. Après un refus poli de Gérard Couronné, celui-ci revient sur sa position et nous demande de développer nos intentions et de remettre un projet. C’est ainsi que Philippe Lorsignol et Pierre Géruzet (MR) rédigent le chapitre développement durable de la déclaration de politique générale. La majorité accepte de jouer le jeu et nomme Philippe Lorsignol à la présidence de la commission communale du développement durable (CCDD) qui mettra sur pied le Contrat d’avenir local.

La commission est composée d’élus (très souvent absents des débats) et de citoyens qui, réunis en ateliers et en groupes de travail élaborent les fiches projets du Cal en collaboration avec le bureau d’études « Trame ». Les fiches de projets sont publiées en 2008. Retenons -en quelques-unes qui en l’espace de 10 ans ont insuffisamment évolué malgré nos rappels et propositions.

  • Promouvoir les produits de qualité de l’agriculture locale.
  • L’Agriculture.
  • Les énergies renouvelables. Développement de solutions collectives en matière d’énergie. (Unité de Biométhanisation).
  • L’aménagement du Parc de la Dyle, aménagement global et concerté (urbanisme, économie, mobilité) du périmètre Parc de la Dyle, place de la gare, site de la sucrerie.
  • Le repérage et accueil de petites et moyennes entreprises. Création d’une Agence de développement local (ADL).

Bref, nous avons puissamment aidé à ce que Genappe se dote des outils prospectifs et méthodologiques pour entrer dans le 21ième siècle. Hélas, ce travail s’est un peu essoufflé au cours des années car seules quelques pistes ont été suivies par la majorité. Citons pour mémoire, une étude (bâclée) commandée sur la faisabilité d’une unité de biométhanisation et l’élaboration du schéma de structure. Ecolo Genappe organise divers événements dont une conférence sur le déclin des abeilles, une conférence avec Jean-Pascal Van Yperzeel ( 27 janvier 2012) et une première conférence sur l’école en présence de la FAPEO ( juin 2012).

Secrétaire de la locale : Sophie Vandeloise et ensuite Yves Amand qui mènera Ecolo Genappe aux élections de 2012 avec des résultats en hausse : 3 conseillers au Conseil Communal et 1 conseiller CPAS.

2012-2018

Ecolo Genappe présente une liste de 25 candidats, moitié membres Ecolo, moitié citoyens. La tirette est obligatoire. Une fois de plus, Gérard Couronné remporte les élections et malgré une percée verte historique de 15% et trois sièges à la clé, GC ne fait pas appel à Ecolo pour mettre en œuvre tous les projets du CAL. Inutile de dire qu’à ce jour, très peu ont été entrepris et réalisés. Citons par exemple l’adoption d’un schéma de structure sans ambition et une traversée de Bousval très quelconque.

Les trois élus sont Philippe Lorsignol, Anne Beghin et Sophie Vandeloise.
1 élu CPAS, Yves Amand.
La minorité est aussi composée de trois élus CDH et trois élus PS. Ceux-ci, malgré des promesses de concertation entre les 3 partis de la minorité, s’entendront pour se partager le siège au conseil de police et le deuxième siège au CPAS. Malgré cela, Ecolo essaie à de nombreuses reprises de fédérer la minorité. En pure perte…

Le secrétariat local devient une présidence locale : Bernard Löwenthal, récent secrétaire est élu président, mandat qu’il exercera de 2013 à novembre 2018.

 

Quelques faits marquants de cette campagne et de la législature

  • Première campagne internet via Facebook et notre site Internet.
  • Ecolo mènera une opposition alternant les propositions et les critiques. Anne Beghin est particulièrement active dans les matières concernant l’enseignement.
  • Sophie Vandeloise démissionne en 2013 pour raisons personnelles et est remplacée par Philippe Goubau.
  • Anne Beghin se présente aux élections régionales de 2014.
  • Philippe Lorsignol démissionne à mi-mandat, comme il l’avait promis au cas où nous resterions dans l’opposition. Au total, Philippe aura été conseiller pendant 26 ans. C’est Tanguy Isaac qui le remplace. Anne Beghin devient chef de Groupe au conseil communal.

Principales interventions et actions

  • Commission enseignement. Motion déposée par Anne Beghin votée en mars 2014 à l’unanimité, elle avait pour thématiques le bien être à l’école de tous ses acteurs, l’amélioration de l’accessibilité financière, la lutte contre les inégalités et les difficultés scolaires. Mal comprise par les autorités communales, elle ferme en 2016.
  • Genappe, territoire de mémoire : Motion déposée par Anne en août 2014//inauguration de Genappe Territoire de Mémoire en 2016. En rejoignant les réseau des provinces et communes « Territoire de Mémoire » en mai 2016, Genappe donnait un signal sans ambigüité à la population : elle sera vigilante à mener un travail de réflexion et d’éducation contre les idées liberticices et la montée des extrémismes. Toutefois, quasiment aucune action n’a été menée en ce sens par les autorités communales…N’ayant malheureusement pas recours aux nombreux outils de l’asbl Territoire de Mémoire.
  • Premier conseil communal des enfants en octobre 2014.
  • Mise en place d’un groupe de travail Eaux usées initié par Philippe Goubau.
  • Motion Ecolo et PS contre les Visites domiciliaires en février 2018. Beaucoup de citoyens présents au conseil communal (une soixantaine). Motion votée à l’unanimité au terme de différentes prises de parole et d’un huis clos du collège et des chefs de groupe.
  • Motion Genappe commune hospitalière, votée à l’unanimité (juin 2018).
  • Motion Contre l’enfermement des enfants, votée à l’unanimité (septembre 2018).

Législature marquée aussi part les dossiers suivants

  • Nespa/Nouvelle Ecole Secondaire en Pédagogie active/Ecolo Genappe soutient le projet auprès de la ministre de l’enseignement et du collège communal.
  • L’éolien, les énergies et le climat. En 2013 : Définition d’un cadre éolien par la Région Wallonne. Le 26 novembre 2013 : le conseil communal, sur proposition du Collège, a refusé les 25 sites potentiels définis par la cartographie positive du cadre éolien wallon. Seul Ecolo était favorable. Depuis lors de nombreux dossiers d’implantation d’éoliennes sont déposés à Genappe, mais à ce jour, rien ne se concrétise vu l’attitude des autorités communales.
  • Octobre 2016 : Ecolo Genappe organise une soirée sur l’école « Pour une école participative », soirée modérée par le journaliste David Lallemand.
  • 2016 encore : Genappe signe la convention des maires (Europe). Et s’engage à réduire ses émissions de Gaz à effet de serre de 40% à l’horizon 2030.
  • Ecolo Genappe (Anne Beghin et Marie Degreef) initie la dynamique Zéro Déchet. Genappe « presque zéro déchet » démarre durant l’été 2017. Soutenu par le service environnement, un projet pilote est financé par la ville. Il dure 9 mois et encadre 22 familles qui se lancent dans l’aventure.
  • L’inauguration de la nouvelle crèche de Bousval (Tout nouveau bâtiment), du lancement des travaux de l’Eco quartier à Loupoigne (controversé), du lancement d’une étude de définition d’un plan éolien communal, clôturent cette législature.

2018-2024

Fin 2017 et 2018 seront marquées par de nombreuses rencontres citoyennes et la composition de notre liste.

Durant l’été 2018, nous menons une campagne dynamique, ponctuée de vidéos, de deux toutes boites, de notre présence à de nombreux événements communaux et associatifs et se terminant par un événement convivial orchestré par les jeunes de notre groupe : une masse critique partant de Bousval et de Loupoigne afin d’arriver simultanément dans le centre de Genappe à un événement culturel.

Au terme d’une campagne orientée citoyens et jeunes (5 jeunes ont moins de 25 ans), Ecolo Genappe #CréonsDemain obtient 5 sièges au conseil communal et 2 au CPAS.

Ceux-ci seront occupés par Charlotte Laureys et Tanguy Isaac. Ce dernier (démission pour raisons professionnelles) sera remplacé par Daniel Detienne à partir de novembre 2020.

Au conseil communal ont été élus : Anne Beghin, Piero Amand, Bernard Löwenthal, Benoit Moreau et Ludivine Brocca. Fils de Anne Beghin, Piero Amand (18 ans et plus de 400 voix) doit se désister. C’est Axelle Muller qui siégera durant 2 ans. Suite à un déménagement, elle cède sa place à Charlotte Laureys qui prête serment en septembre 2020.

Principales interventions et actions

  • Nombreux membres de notre groupe soutiennent et participent à différentes marches Climat à Bruxelles et Louvain-La-Neuve fin 2018 et en 2019.
  • La création en mars 2019 du Groupe de Travail « Genappe Commune Hospitalière ».
  • Notre rejet du projet non exemplaire en terme énergétique de construction d’une buvette et de vestiaires pour le stade de foot.
  • Mai 2019 : Rejet d’un projet de club de tennis au cœur du Parc de la Dyle (un des seuls poumons verts de la commune sur lequel la CLDR a par ailleurs imaginé des projets de préservation).
  • Mai 2019 : Le collège rejette la proposition d’un plan communal de biodiversité proposé par Ludivine Brocca et Anne Beghin.
  • Septembre 2019 : Opposition ferme au renouvellement du contrat de Sodexo pour les repas chauds au sein des cantines scolaires. Ludivine Brocca et Anne Beghin participe à la rédaction du cahier des charges mais ne sont que partiellement entendues. Sodexo ne pouvait que remporter le marché.
  • Notre rejet du projet Renowatt de l’Espace 2000 (Encapsuler des préfabriqués pleins d’amiante pour une durée de vie de 20 ans est incompréhensible et peu responsable).
  • Plus de deux mois de confinement… et un confinement politique. A notre demande le collège organise des réunions par visio-conférence avec les chefs de groupe de la minorité.
  • Le triple programme de relance post covid proposé par notre groupe est rejeté par le collège, dont le programme de parrainage des enfants imaginé pour de nombreux enfants en partenariat avec des citoyens.
  • Le silence des 5 conseillers lors du conseil d’août 2020 : Les mandataires du Groupe Écolo Genappe #CréonsDemain se tairont en séance du conseil communal du 25 août 2020. Aucune intervention, aucun commentaire, aucune question. Rien. Et pour tous les points qui requièrent un vote les 5 mandataires se sont abstenus. L’idée était de dénoncer l’absence de communication, de respect et de débat au sein d’un groupe de 25 personnes qui se devraient pourtant de prendre les meilleures décisions pour l’intérêt commun tenant compte de consensus autour de valeurs et de priorités dans un contexte de crises multiples. Nous n’hésitons pas à parler de harcèlement politique.
  • Le rejet par le collège d’une proposition de Groupe de Travail pour la gestion de la crise et de l’après crise sanitaire confirme la position défensive du collège à systématiquement dire non, fermer la porte plutôt qu’à privilégier l’ouverture et l’intelligence collective dans une époque qui en a bien besoin au regard des nombreuses crises à gérer.

Co-Présidence : Philippe Michaux et Thierry Ferracin

 

X