Conseil communal du 22 mars 2016

Publié le samedi 2 avril 2016

Chronique du Conseil communal du 22 mars 2016

Excusée : Marianne JANSSENS (M.R) – Donc 24 conseillers présents sur 25 (presque un record !) Journalistes : 2 – Public : 5 personnes

Début du conseil communal marqué par une minute de silence en mémoire des victimes des deux attentats de Bruxelles. Ces attentats ont quelque peu plombé l’atmosphère dont tous les débats ont été emprunts de gravité et d’une certaine longueur pour certains. Ainsi le premier point, demandé à l’initiative du groupe Ecolo et ayant pour objet le bilan et les perspectives de la commission Enseignement, a duré plus de cinquante minutes sans aboutir à une réponse franche et cohérente de la majorité. Le plus extraordinaire durant les discussions, « gérardment » entendu que ce n’est pas le rôle du Collège ou du conseil communal de Genappe de réfléchir aux enjeux futurs des écoles de nos enfants ! Deux autres motions, demandées par le groupe P.S ont, elles aussi, donné lieu à des confrontations et des accords de principe sur le fonds. Une dégustation d’une bière blonde du Lothier, à l’initiative de la confrérie du même nom, devait clôturer la soirée lors de laquelle une photo des élus levant le coude fut prise. Seraient-ils plus assoiffés d’une bonne blonde que de débats constructifs sur l’avenir de l’enseignement communal ?

Point 1 : A la demande du groupe Ecolo – Bilan et perspectives de la commission Enseignement.

Pour rappel ce point est amené par Ecolo parce que la commission n’a jamais réellement fonctionné (4 petites réunions en deux ans) et est complètement à l’arrêt depuis juillet 2015 !

Anne Beghin (Ecolo) présente le point en rappelant brièvement les objectifs, l’esprit et les thématiques de cette commission. Et affirme que l’éducation et l’école sont des piliers fondamentaux et fondateurs qui doivent être pensés, réfléchis et débattus ensemble afin d’apporter des innovations et d’ancrer mieux notre enseignement communal dans le monde actuel. Elle questionne finalement Mme Bury, échevine de l’enseignement, quant à savoir quel est son bilan des deux années écoulées et quels seront les moyens et les propositions qu’elle fera pour dynamiser cette commission ?

Stéphanie Bury lit une courte et insipide réponse retraçant l’historique et la composition de la commission (huit membres du Conseil communal, les directrices des deux réseaux d’enseignement et des institutrices). Le R.O.I a été voté le 24 août 2014 et quatre réunions ont eu lieu. Pour elle, le sentiment général de ses membres n’est guère favorable au maintien de cette commission qui semble, pour la plupart, faire double emploi avec ce qui existe déjà dont la COPALOC

Anne Beghin souhaite que la commission réfléchisse à des enjeux de société (l’échec scolaire, la créativité, les rythmes scolaires, les classes de dépaysement, les cantines, la citoyenneté, …). L’enseignement est de la responsabilité de tous et pas seulement de la majorité ou de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle demande l’ouverture de cette commission à des personnes extérieures, compétentes, indépendantes, pour tracer des pistes d’avenir pour les écoles de Genappe. Elle refuse que la majorité se réfugie derrière la Fédération Wallonie Bruxelles. Elle impute l’échec du dysfonctionnement de cette commission à la majorité qui n’entreprend rien pour améliorer la situation. Elle demande une fois de plus d’ouvrir la commission à d’autres personnes qui ont envie de réfléchir sur les enjeux futurs des écoles, que cette commission soit davantage mixte et non composée que du personnel enseignant et d’élus. Elle rappelle que si Madame Meessen a la CCATM pour l’épauler dans son travail…Madame Bury devrait elle aussi avoir sa commission.

Le bourgmestre répond qu’il est hors de question que les directrices d’écoles ne fassent pas partie de la commission. Excédé, Gérard rappelle qu’ils sont élus et que c’est au Collège de prendre les décisions. Pour lui, aucun problème n’existe dans l’enseignement à Genappe car le Collège répond à toutes les questions à son sujet. Il n’a pas attendu la commission pour résoudre les problèmes !

Isaac Tanguy (Ecolo) : souligne qu’il n’a pas entendu dans la bouche de l’échevine quel est le bilan et les propositions qu’elle devait formuler. C’était pourtant bien l’objet du point et ce n’est pas le temps qui lui a manqué ! Plus de 6 semaines que nous avons envoyé le point au collège.

G. Couronné : Le Collège souhaitait d’abord entendre les arguments d’Ecolo, raison pour laquelle il n’y a aucun bilan ni propositions de leur part. En fonction du P.V de la directrice générale de l’administration (Mme Tock) le Collège décidera de la pertinence de maintenir ou non la commission enseignement. Suit alors une série d’interventions de conseillers communaux, généralement des enseignants ou d’anciens profs pour dénoncer cette commission qu’ils ont pourtant adoptée à l’unanimité en 2014.

Jérôme Leclercq (M.R) : la commission ne doit pas se substituer ni aux enseignants ni aux directeurs ! André Dubois (P.S) : la composition de la commission n’est pas heureuse, mélangeant le personnel de l’enseignement libre et de l’officiel. Le rapprochement des points de vue est un leurre car personne ne cède jamais rien. En outre, cette commission n’aborde que des sujets pédagogiques qui sont eux-mêmes soumis à des directives ministérielles. Par contre, 1001 sujets de société ne sont jamais évoqués et l’apport de personnes extérieures pour élargir le débat serait une bonne chose. L’école de 2016 n’est plus celle d’il y a septante ans et ce serait le rôle de la commission d’y réfléchir. André Dubois souhaite que la commission aborde des problèmes plus généraux, le P.O ayant d’autres objectifs. Benoit Huts (CDh) : Est-ce notre rôle de réfléchir sur les assises de l’enseignement ? Réglons d’abord ce qui va mal, les problèmes concrets. Ce n’est pas le rôle du P.O de réfléchir ! Sarah Hermans (M.R) : La liberté de l’enseignement est mise à mal. Les lignes de conduite sont fixées pour les six écoles communales. Les directrices doivent-elles se justifier ? Axelle Vanderlinck (M.R) : Cette commission est redondante. En tant que prof je l’estime inutile !

Anne Beghin (Ecolo) : il faut avoir une réflexion plus globale sur l’avenir de l’école et ne pas survoler des débats importants. Personne ne parle de se substituer aux enseignants ou de surveiller le travail pédagogique. De telles réactions traduisent à la fois une incompréhension et une forme de paranoïa non justifiée.

Gérard Couronné (M.R) : ce n’est pas le rôle de la commune d’organiser des assises de l’enseignement !

Jean-François Mitsch (P.S) : Prend en exemple la CCATM dont les riches débats alimentent les réflexions du Collège. Il estime qu’il serait sage que la commission enseignement débatte au moins d’un sujet important par an, comme le suggérait Anne Beghin. Jean-François estime aussi que la discussion de ce soir est très intéressante quant à l’existence future de cette commission.

Tanguy Isaac (Ecolo) : Demande à Stéphanie Bury : qu’aviez-vous donc en tête quand vous avez votez en 2014 ? Pourquoi ce changement de position ?

G. Couronné : répond que la proposition de créer cette commission émanait du groupe Ecolo alors que les écoles fonctionnaient bien ! Si d’autres réunions doivent encore avoir lieu sans résultats, alors le Collège reverrait sa position. Pour mettre un terme au débat, il propose d’inviter deux inspecteurs (un du maternel et un du primaire) et de leur demander un avis sur cette commission lors d’une prochaine réunion.

Anne Beghin : ne comprend pas pourquoi le bourgmestre revient sans cesse avec cette idée de problème « Il y a des problèmes » ? Et insiste pour avoir une réponse quant aux perspectives. Le bourgmestre répond que l’échevine fera des propositions dans les prochaines semaines.

Nous voilà repartis pour un tour au moins…

Point 4 : Plan communal de mobilité – Avenant au marché de services et lancement de l’enquête publique.

En l’absence de Marianne Janssens, Aude Roland, Conseillère en Environnement, présente le point sous forme de slides récapitulant l’historique du P.C.M, initié en 2011 déjà ! Après cette présentation, le groupe P.S demande une interruption de séance. Accordée pendant 5 minutes.

Jean-François Mitsch (P.S) : le plan a été retravaillé par le bureau d’études Espaces mobilités mais je n’ai pas obtenu une copie électronique du dossier. Il espère que celui-ci sera disponible lors de la prochaine enquête publique. Il critique certains points dont l’absence de mesures concernant la mobilité au centre ville, la réduction du CO2 non prise en compte dans le plan de mobilité, le séquençage du SSC et du P.C.M, les enjeux non étudiés sur la mobilité tels la réhabilitation du site de la sucrerie et la création d’une école secondaire…

G. Couronné : le document n’est pas définitif, il sera soumis à enquête publique et les fiches projets ne sont pas figées. L’enquête publique aura lieu du 10 mai au 12 juillet 2016. En outre, dès que les projets seront mis en œuvre, ils seront aussi l’objet de concertations avec les riverains et ils seront soumis également à des enquêtes publiques.

Tanguy Isaac (Ecolo) : trouve surprenant qu’aucune fiche projet sur la mobilité n’existe pour le centre de Genappe !

Vote : Pour : M.R + CDh – Contre : néant – Abstention : P.S + Ecolo

Point 8 : Travaux – Marché de travaux – Interventions localisées en voirie – Programme 2016 – Approbation des conditions et du mode de passation.

Montant 48.948 €

De nombreuses interrogations surgissent quant à la qualité des travaux suite à l’adjudication. Réponse : lors d’adjudications publiques en matière de voirie, les communes sont astreintes d’adopter le cahier des charges de la Région Wallonne dont tout le mode reconnaît que la qualité des revêtements est médiocre. Bref, on dépense des millions pour revoir des trous dans l’asphalte quelques mois après ! (le meilleur exemple est la rue de Villers-la-Ville refaite plusieurs fois et toujours avec l’apparition de nombreux nids de poule dès la fin de chaque hiver)

Vote : Pour : M.R + Ecolo + CDh – Abstention : P.S

Point 9 : Travaux – Marché de travaux pour l’installation d’un espace multisports – Adaptation des critères d’attribution – Ratification

Point intéressant quant l’information donnée sur la pollution décelée dans les terres excavées pour construire le nouveau ballodrome (parking) sur l’assiette du chemin de fer face à l’ancienne gare de Genappe.

Le bourgmestre précise que les terres excavées sont envoyées en décharge mais comme elles sont polluées par des hydrocarbures le chantier est momentanément arrêté. A la question de savoir si le futur site de l’espace multisports est aussi pollué, il semblerait que non.

Vote : UNANIMITE

Point 13 : I.S.B.W – Convention de collaboration relative à l’accueil extrascolaire pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2016 – Approbation.

Tiffany Fevery (P.S) : pourquoi n’y a-t-il pas une intervention de l’I.S.B.W dans toutes les écoles de l’entité ?

Stéphanie Bury (M.R) : c’est une question de coût !

Vote : UNANIMITE

Deux points supplémentaires à la demande du groupe P.S

1 - Tiffany Fevery : a introduit une motion pour soutenir tout projet de création d’une école secondaire à Genappe.

G. Couronné : cette motion à la faveur de la majorité si on peut modifier certaines petites choses (retirer l’accord de la commission enseignement et privilégier l’enseignement officiel).

Vincent Girboux (M.R) : sur un ton polémiste, la province du Brabant wallon où vous travaillez au cabinet de la députée provinciale P.S ayant en charge l’enseignement, dispose d’un budget de plus de 80% dédié à l’enseignement. Le P.S a les moyens et le pouvoir de soutenir un tel projet. Pourquoi n’agissez-vous pas auprès de cette instance plutôt que d’introduire une motion à Genappe ?

Tiffany répond que le groupe M.R est aussi présent à la province du Brabant wallon et qu’il pourrait aussi soutenir le projet !.

Pour mettre fin à ces échanges stériles, le bourgmestre propose à Tiffany de rencontrer, avec elle, la députée provinciale pour défendre le projet. La motion, corrigée par la majorité est, dès lors, adoptée à l’unanimité.

Anne Beghin a réaffirmé le soutien d’ECOLO à la création de cette école secondaire, par ailleurs en parfaite continuité avec l’école primaire de l’Espace 2000, en pédagogie active.

2 - Jean-François Mitch : a introduit une demande en quatre points concernant la revitalisation du quartier Mintens. Pour faire avancer le dossier de la revitalisation du centre de Genappe il demande à la commune de garder la maîtrise sur le foncier. Il préconise d’acheter certains biens sur fonds propres ou par emprunts et de faire valoir le droit de préemption de la commune pour les biens déjà vendus. Les biens concernés sont ceux de l’ilot Mintens, la maison Vandeloise, les Galeries du Meuble. Il propose également de soumettre à un concours d’architectes cette vaste revitalisation concernant déjà cinq maisons, propriété de la ville, sises rue de Charleroi.

G. Couronné : Concernant les Galeries du Meuble, c’est exclu. En effet, dans le passé, un permis d’urbanisme a été délivré pour un beau projet et le nouveau promoteur s’engage à le respecter. Quant à la maison Vandeloise, elle a été vendue rapidement. Le Collège attend un avant-projet pour les cinq maisons achetées par la ville, à la rue de Charleroi. L’idée du concours d’architectes est une bonne suggestion mais on ne peut lancer un tel concours maintenant en raison de l’avant-projet en cours. Quant au droit de préemption, le Collège serait d’accord avec l’idée de l’appliquer mais nous allons d’abord contrôler si cela est possible.

DIVERS

Anne Beghin insiste sur le fait que l’appel à candidature pour les personnes intéressées à intégrer le comité de pilotage de la nouvelle Maison des Jeunes n’est toujours paru nulle part. Vincent Girboux explique que le Centre culturel s’en occupe.

Philippe Goubau rappelle qu’Ecolo attend toujours des nouvelles du lancement du groupe de travail « assainissement des eaux usées ». Et, une nouvelle fois la réponse a été laconique « on avance, on avance….on va fixer une date »

Fin du conseil communal : 22H

Après cela, dégustation de la nouvelle bière blonde de la confrérie du Lothier. Excellente !