Bas les masques, la majorité enterre Charlie !

Un texte de Daniel Detienne, membre et militant Ecolo

Publié le samedi 7 mars 2015

Suite au conseil communal du 26 février, deux points importants ont musclé les débats. Parmi ceux-ci, la constitution d’un bail emphytéotique d’une durée de 27 ans avec la SNCB afin de déplacer le ballodrome de Genappe sur l’assiette de l’ancien chemin de fer (point 16) et, en point d’orgue, la demande formulée par le P.S d’octroyer aux trois partis de la minorité une page d’expression libre dans le journal de la ville (point24). Ce dernier point a été rejeté catégoriquement par le bourgmestre refusant tout article politique dans son canard, en contradiction avec son propre édito, paru dans l’édition de février, soulignant que le Collège communal (donc la majorité M.R) y présente les différentes politiques déployées au service de la population.

La minorité, elle, n’a pas le droit de critiquer ou de commenter ouvertement les politiques déployées par le pouvoir en place via le journal officiel de la ville, payé cependant par tous ses contribuables. Heureusement que le ridicule ne tue pas car, prenant en exemple le journal d’Ottignies-L.LN (dont la majorité est constituée par Ecolo, le CdH et le P.S), le bourgmestre tenta de démontrer que l’espace d’une page réservé à la minorité M.R (sur les 44 pages du journal) est dans la même proportion qu’à Genappe. Le quart de page attribué à la minorité dans le journal de Genappe qui en comporte 12, lui suffit donc. Notre censeur semble oublier qu’à Ottignies-L.L.N, seul le M.R est dans l’opposition !

Un rapide calcul des surfaces disponibles pour les groupes politiques dans le journal de Genappe, montre que les pourcentages sont largement en faveur de la majorité et ne sont absolument pas proportionnels à la représentation des élus. La majorité avec ses 16 sièges, représente 64% de la population et la minorité avec ses 9 sièges, le solde, soit 36%. Quant au journal de Genappe, il se compose de 12 pages développant une superficie totale de 15.180 cm2 dont la part réservée à la majorité s’élève à 14.547,5 cm2, soit 95,83%. Le quart de page dédié à la minorité représente 632,5 cm2, soit 4,17% de l’espace total. Dans un souci d’équité démocratique, les surfaces rédactionnelles suivantes devraient être dédiées aux deux groupes : 64% de 15.180, soit 9.715,2 cm2 ou 7 ¾ pages pour la majorité et 36% de 15.180, soit 5.464,8 cm2 ou 4 ¼ pages pour la minorité. Près de huit pages pour le pouvoir en place et quatre pour la minorité, telle devrait être la légitimité de l’espace rédactionnel issu du scrutin démocratique. Nous sommes loin du compte et la demande du P.S d’accorder une page complète n’était certainement pas exagérée. Pauvre démocratie que celle qui n’est pas défendue par tous ! Bref, alors que le site Internet de la Ville s’associait à Charlie Hebdo au lendemain des attentats de Paris, à l’issue du conseil communal de ce 26 février, nos treize conseillers M.R suivaient aveuglement leur grand censeur et votaient en chœur mais sans raison contre la motion démocratique initiée par la minorité.

Gérardmentvuça, des élus préférant s’identifier à Charlot, plutôt qu’à Charlie. Bas les masques bleus, le carnaval n’est apparemment pas qu’un spectacle de rue.

Daniel Detienne

Rapporteur Ecolo du Conseil Communal du 26 février 2015