2 juillet 2020

Cinquante nuances de NON

Le Conseil communal de ce 23 juin était particulièrement crucial.  Au cours de cette séance, la dernière avant les vacances, devaient-être votées les principales mesures de sortie de la crise COVID.

Désireux de participer à la convalescence de notre commune et à la préparation de l’après confinement, notre groupe politique avait travaillé et présentait deux motions.  L’ensemble, et bien plus, a été refusé par le Collège.  C’est une désillusion pour notre groupe qui y a consacré de l’énergie pour proposer des projets en phase avec la réalité mais surtout une profonde déception pour l’avenir de notre commune et de ses citoyens.

Pour donner le change et maintenir l’illusion du dialogue, la majorité a exprimé ses refus d’une multitude de manières.  Florilège :

Non ! … mais peut être oui plus tard : Dans une première motion déposée, nous proposions d’organiser une agora citoyenne animée par un expert en intelligence collective pour tirer les leçons de la crise sanitaire et identifier les opportunités de changement positif pour la commune.  La réponse de la majorité fut apportée par le conseiller Jérôme Leclerq. Dans une dissertation laissant peu de place à une quelconque ouverture, ce dernier rejeta tout en bloc, expliquant que la population n’était pas demandeuse d’être consultée et préférait les « actions concrètes » du Collège aux « idées » de la minorité. Lors du vote, la proposition fut rejetée par la majorité. Le bourgmestre prit ensuite la parole pour proposer de rediscuter fin août d’une éventuelle consultation des citoyens.

Comprenne qui pourra.

Non pour faire moins bien : Une seconde motion présentée par notre groupe visait à aider les secteurs les plus touchés par la crise COVID : la culture, le sport, les loisirs et l’Horeca. Nous proposions un chèque culture et loisirs d’une valeur moyenne de 40 euros par foyer à dépenser dans la commune.  Outre le soutien financier aux acteurs locaux et aux familles, l’objectif était la relocalisation de nos habitudes de « consommation ». Après une écoute polie, la proposition fut rejetée sous prétexte des mesures post-COVID prévues par le Collège.  En quoi consistent ces mesures pour l’économie locale ?  Rien de nouveau si ce n’est des … « bons à gratter » pour les commerçants. Les grands oubliés du système de nos élus sont alors tous les acteurs locaux des secteurs de la culture et des loisirs.

A une aide ciblée et structurelle, la majorité préfère une tombola !

Oui mais finalement non : Au cours du Conseil communal de mai, nous proposions pour les deux mois d’été un programme de parrainage d’enfants et d’entraide scolaire.  Des contacts préliminaires avaient été pris avec les acteurs locaux par Anne Beghin. L’échevine en charge (Stéphanie Bury) trouvait l’initiative « chouette et pertinente » et le programme avait même été annoncé dans le journal de la ville.  Quelle ne fut pas notre déception lorsque le Collège annonça finalement l’abandon du projet.  Les diverses raisons invoquées témoignent surtout d’une très grande frilosité et peut-être d’un excès d’orgueil. Tout cela au détriment de l’intérêt des enfants.

Non même quand c’est oui : Dans le cadre de l’ilot Mintens, le Collège présenta un projet de destruction de trois maisons et la réalisation à cet emplacement d’un parking temporaire.  Le conseiller Benoit Moreau (Ecolo Genappe #Créonsdemain) interpella le Collège pour demander qu’un effort d’embellissement et de verdurisation soit intégrée au projet qui prévoyait initialement un sol en « caillasse ». Le Bourgmestre refusa en expliquant que la végétation sur les parkings était inévitablement détruite avant de constater dans un échange avec son échevin que la toute dernière version du cahier des charges prévoyait bien l’intégration de verdure…

A suivre donc.

Non c’est non : Un groupe de citoyens propose d’ouvrir l’Espace 2000 aux familles et aux enfants durant les week-ends de cet été un peu particulier.  Cela permettrait « aux jeunes enfants de rouler, en toute sécurité, à vélo, en trottinette, en rollers,… L’Espace 2000 deviendrait une place réservée aux enfants qui, après ce temps de confinement, ont besoin de sortir de leurs murs, de bouger et de respirer ».  L’idée est relayée par Ludivine Brocca (Ecolo GCD).  Refus net du Bourgmestre pour qui il y a assez de points verts dans la commune. Et aussi pour un sombre argument d’impossibilité d’ouverture de sanitaires… ce qu’il n’y a pas non plus près des autres espaces détente de la commune…

Circulez y’a rien à voir.

Oui et puis on oublie : la conseillère Tiffany Févery (PluS) avait proposé lors du conseil d’avril une motion sur la « Lutte contre les violences et discriminations à l’égard des femmes et reconnaissant le féminicide ».  Après avoir énuméré en mai les actions existantes dans le domaine, le Collège avait promis de revenir sur le sujet et en particulier sur la prévention.  Entre temps le COVID est passé et les violences faites aux femmes ont doublé.

Nous attendons toujours la réponse.

Le déroulement de ce Conseil est représentatif du fonctionnement de la majorité : les initiatives citoyennes, si elles ne sont pas cornaquées (récupérées ?) dans des procédures sous contrôle du Collège, sont invariablement rejetées.  Les propositions de la minorité sont soit rejetées directement, soit encommissionnées, soit reportées avant l’oubli ou au mieux récupérées pour finir complètement édulcorées.

Cette litanie de refus dessine en filigrane un fonctionnement en vase clos de la majorité, une conception de l’action publique dans laquelle toute idée extérieure est considérée tantôt avec la plus grande suspicion, tantôt avec mépris.  On en vient à penser que le Collège se considère seul dépositaire des aspirations des citoyens ramenés au rang de simples habitants.  Quelle tristesse.

La crise du Covid aurait dû être un tournant historique. Il n’en n’est rien. Les autorités communales continuent tête baissée à emmener commune et citoyens dans le mur.

Cette vision bloquée amène à repenser l’action politique et citoyenne dans notre commune.  C’est désormais notre chantier.

 

Thierry Ferracin
Co-Président Ecolo Genappe #Creonsdemain

Le compte-rendu complet par notre groupe du Conseil communal de mai 2020 se trouve sur notre site web à la page actualité.
Vous pouvez également accéder au détail de notre plan de sortie de crise ici.

X