8 juin 2021

Protégeons aussi les hérissons !

Le groupe Ecolo Genappe #CréonsDemain souhaite que Genappe s’engage pour la biodiversité des jardins et interdise le fonctionnement des robots-tondeuses la nuit.

LES ROBOTS TONDEUSES, UTILES MAIS DANGEREUX

« Les robots-tondeuses se rencontrent de plus en plus souvent dans nos jardins wallons. Ils rendent peut-être de grands services à leurs propriétaires et sont moins bruyants que les tracteurs ou les tondeuses classiques mais ils causent de gros dégâts au niveau de la faune s’ils sont programmés pour tourner la nuit. En effet, les animaux tel le hérisson sont victimes des lames tranchantes de ces machines silencieuses et ont peu de chance de leur échapper s’ils se retrouvent sur leur chemin de tonte. » pouvons-nous lire sur le site de l’Union des Villes et des Communes de Wallonie.

Le hérisson est une espèce protégée. Cette protection est d’autant plus importante que la régression de sa population est à rechercher du côté des activités humaines : disparition des haies, diminution du nombre d’abris, utilisation des pesticides, circulation routière, maladies et enfin le fonctionnement des robots-tondeuses.

Si le code de la citoyenneté de notre commune impose un cadre réglementaire des tontes tel que stipulé dans le dit code : « il est interdit d’utiliser tout appareil de jardinage ou autre muni d’un moteur à explosion ou électrique, tel que tondeuse à gazon, fraiseuse, vrille, tronçonneuse, nettoyeur à haute pression, etc… en tout temps entre 20h00 et 8h00, le dimanche et les jours fériés légaux, sauf entre 10h00 et 12h00 », il ne nous semble plus complétement adapté depuis l’arrivée de ces robots tondeuses sur la marché et chez les particuliers.

Or si les robots tondeuses fonctionnent tel que c’est souvent le cas, 24h/24 dans les jardins, ils contribuent à abimer et réduire la biodiversité. Leur fonctionnement la nuit constitue un danger mortel pour certains petits mammifères dont le hérisson qui par ailleurs joue un rôle majeur dans l’écosystème des jardins et potagers (insecticide naturel, chasseur de limaces-chenilles et autres nuisibles des potagers). De sortie la nuit, en quête de nourriture, le hérisson est donc en danger. Et l’écosystème de nos jardins aussi.

Sa sauvegarde est une responsabilité de chacune et de chacun. Nous estimons donc que cette responsabilité doit être optimisée par une campagne d’information d’une part et un règlement communal d’autre part.

DEMANDES POUR PRÉSERVER ET RESTAURER LA BIODIVERSITÉ DES JARDINS

Ecolo Genappe #CréonsDemain demande donc l’interdiction des robots tondeuses la nuit à Genappe c’est-à-dire de deux heures avant le coucher du soleil à deux heures après son lever et pour simplifier de 18h à 9h. Cela permettra ainsi aux hérissons de déambuler dans les jardins en plus grande sécurité.

Dans ce contexte nous demanderons aussi lors du conseil communal du 22 juin prochain que Genappe s’investisse dès à présent à la sensibilisation de tous ses publics à propos des dangers de la tonte des pelouses et en particulier la nuit.

Les communes peuvent agir en sensibilisant les citoyens et pourquoi pas aussi les revendeurs de ces machines (via les conseils à donner aux acheteurs et la programmation des tontes) à la cause des animaux nocturnes victimes de ces tondeuses silencieuses.

En effet il est possible que bon nombre des détenteurs de tondeuses automatiques ne sont pas au courant de la souffrance provoquée à la faune sauvage. Cette sensibilisation se ferait via le journal de la ville, lors d’événements orchestrés par la ville mais aussi auprès des enfants et parents des écoles communales et du conseil communal des enfants.

LA TONTE PARTIELLE, UN VRAI PLUS POUR LA BIODIVERSITÉ !

Enfin nous demanderons aussi que Genappe, dès 2022, invite chaque citoyen-propriétaire ou locataire d’un jardin à s’inscrire à une grande opération en faveur de la biodiversité : « en mai, tonte à l’arrêt ». Ainsi, pour permettre à la nature de déployer toute sa richesse et de donner une bouffée d’air à la biodiversité, les citoyens seraient invités à ne plus tondre une partie – ou totalité – de leur jardin durant au moins un mois.

Tondre son gazon, c’est malheureusement supprimer les zones refuges de beaucoup d’animaux. A côté des hérissons, on pense  aux insectes, amphibiens, musaraignes, oiseaux qui sont blessés, voire tués, par les lames de nos tondeuses  quelles qu’elles soient. Par ailleurs la population d’insectes sauvages (abeilles, guêpes et autres pollinisateurs) ne cesse de diminuer… Réduire les tontes et semer des fleurs mellifères c’est la garantie aussi de revoir dans nos jardins des fleurs, des herbes hautes, des plantes, des couleurs, de la vie.

Pour paraphraser Hubert Reeves gardons chaque jour à l’esprit que la biodiversité nous concerne au premier chef, car la biodiversité c’est nous, nous et tout ce qui vit sur terre.

 

Anne Beghin

X