12 janvier 2022

Le budget du CPAS 2022, une ambition manquée !

Ecolo Genappe #CréonsDemain s’est abstenu lors du vote du budget du CPAS en raison de la stabilité, incohérente selon nous, de la part communale en 2022, soit 1.830.404 euros. Pas un cent de plus alors que nos conseillers sont confrontés à des augmentations régulières des dépenses sociales depuis la crise sanitaire. Ce statu quo incompréhensible traduit une absence de visions et d’ambitions sociales fortes de notre ville. Peu importe qu’elle ait déjà fait un effort en 2021, il nous semble primordial qu’il devait être poursuivi pour endiguer l’augmentation constante des aides sociales dans toutes les sphères de la population et soutenir une politique plus dynamique en terme d’accueil de migrants dans notre commune hospitalière.

Le programme de politique sociale rédigé par le président pour 2022, souligne d’ailleurs notre inquiétude. En page 3/24 on peut y lire : « le droit à l’intégration sociale est en croissance depuis le 1ier janvier 2019 qui culmine aujourd’hui à 120 bénéficiaires selon les statistiques de cette fin d’année. Par conséquent, il est plus que nécessaire d’assurer des recettes qui permettront de financer les revenus d’intégration sociale (R.I.S) et les aides sociales qui ont progressé de 59% en 2019, de 28% en 2020 et de 1% en 2021 ». Ce dernier pourcentage nous paraît ridicule en regard des deux précédents et n’est guère un gage de confiance en l’avenir. D’autant que la crise Covid ne semble pas s’apaiser et provoquera de nouveaux dégâts sociaux, particulièrement chez les moins de 25 ans constituant la part la plus importante des bénéficiaires du R.I.S  à Genappe (51,46% – page 3/24).

Quant aux augmentations d’index, une seule est prévue au budget alors que l’inflation s’envolera probablement, à l’image du coût des énergies qui se répercuteront inévitablement sur les biens et les services. Le bureau du plan, lui, table sur deux indexations en 2022, un signal clair pourtant !

De plus, nous ne pouvons tolérer que nos conseillers soient régulièrement manipulés pour influencer leurs décisions ! L’exemple le plus frappant fut la décision d’engager un(e) juriste en 2021. Suite à la complexité des baux à ferme et de la législation sociale, nos conseillers furent convaincus de la nécessité et de l’urgence de ce recrutement malgré un surcoût salarial non négligeable et le risque d’une augmentation constante des R.I.S jusqu’en 2024.

En mars 2021, la décision fut prise à l’unanimité d’entamer la procédure mais suite à une grave irrégularité, l’engagement de la candidate retenue en juillet fut annulé. Aujourd’hui, pourquoi ce(tte) juriste ne serait-il(elle) plus indispensable alors que le besoin, lui, n’a pas changé ?

Une décision incompréhensible du CPAS soutenu en concertation par le Collège communal. C’est ainsi que les dépenses du personnel sont en diminution : 2.355.817 € en 2022 pour 2.374.493 € en 2021 et ce malgré le risque d’une double, voire d’une triple indexation avant la fin de l’exercice ! Soutenir notre CPAS, n’est-ce pas aussi faire preuve de cohérence et de reconnaissances des nécessités de ses équipes en prise directe et constante avec les réalités sociales, parfois dures de notre cité ?

Globalement, le total des dépenses à l’exercice propre du CPAS s’élève, ainsi, à 5.439.999,89€ tandis que celui des recettes à 5.311.807,34€, soit un mali de 128.182,65€. Celui-ci est compensé par un prélèvement sur le fonds de réserve pour équilibrer le budget, tel qu’imposé par la Loi.

En page 13/24, la conclusion du président nous interpelle sur sa gestion à long terme : « Les prévisions de dépenses ordinaires inscrites au budget 2022 augmentent de 6,04 % à l’exercice propre par rapport au budget initial 2021, tandis que celles des recettes augmentent de 3,54 % ». Avec un tel déséquilibre, la situation n’est guère réjouissante et nous conforte qu’un effort accru de la Ville était encore nécessaire, comme nous l’espérions  pour 2022, … crise sanitaire oblige !

Quant au budget extraordinaire, il baisse considérablement en 2022. Le montant des investissements passe de 771.261,60 €, en 2021, à 403.000 € en 2022 ! La plus grosse part concerne l’aménagement et la maintenance des logements pour personnes âgées (190.000 €) ce qui est une bonne chose mais est insuffisant en regard de l’urgence climatique et du besoin de diminuer les coûts locatifs de ces logements mal isolés, mal conçus pour des personnes disposant de bas revenus. Les travaux pour le bâtiment administratif de la rue de Ways, prévus pour 2021, ont été annulés.

De nouveaux honoraires d’architectes (15.000 €) sont à nouveau budgétés pour sa rénovation future. Et toujours aucun projet quant à la Maison de Repos et de Soins (M..R.S) malgré le déménagement de la « Résidence du Lothier ».

Comment ces investissements de 403.000 euros seront-ils financés ?

Aucun subside mais un prélèvement de 64.500 euros sur le fonds de réserve et des emprunts pour couvrir le solde, soit 338.500 euros. La dette, elle, passera ainsi de 20.257 € en 2021 (budget initial) à 33.506 € en 2022.

Par conséquent, nous estimons que le budget du CPAS fut préparé par une majorité frileuse et sans ambition. Comme le souligna le bourgmestre, le 21 décembre dernier lors du conseil communal : «établir un budget, c’est faire des choix». S’agissant des leurs, nous n’avons pas à les soutenir même si nous y relevons parfois de bonnes intentions.

Dès lors, sans changement, nous nous abstiendrons encore lors de prochains votes sur les budgets du conseil de l’action sociale ou du conseil communal.

 

Anne Beghin
Benoit Moreau
Bernard Löwenthal
Charlotte Laureys
Daniel Detienne
Ludivine Brocca

X