1 avril 2019

Il faut révolutionner notre assiette et ce dès le plus jeune âge !

A Genappe, le groupe politique #créonsdemain veut des cantines scolaires exigeantes parce que non seulement on peut y arriver, mais on doit y arriver. On ne peut plus aujourd’hui mépriser la planète, l’environnement, l’avenir au profit de l’industrialisation, du profit, de la finance. Aujourdhui, l’alimentation est au croisement de ces enjeux mais aussi d’enjeux liés à la santé, à l’éthique, à l’économie. Les autorités publiques doivent apporter des réponses concrètes. Au cœur de cette dynamique globale, la question de l’alimentation de nos enfants à travers les cantines scolaires fait l’objet de pressions de plus en plus fortes. Et, met en évidence des questions très précises : Quel équilibre nutritionnel est proposé chaque jour dans les menus ? Comment éviter de retrouver dans les assiettes de nos enfants des pesticides ou autres produits dont les dangers pour la santé sont clairement avérés ? Quels sont les impacts d’une consommation trop importante de viande pour l’environnement et la santé ? Peut-on ou doit-on distinguer les différentes viandes en fonction notamment de leur bilan énergétique et des filières dont elles sont issues ? Comment soutenir mieux nos agriculteurs et agricultrices, nos maraichers dont beaucoup sont conscients de ces enjeux ? Comment enfin assurer des repas qualitatifs quotidiens à l’ensemble des enfants sans que le coût ne devienne une contrainte qui exclurait une partie d’entre-eux ?
S’il est temps d’inverser certaines tendances et de privilégier des repas sains, à base de produits locaux, bio et/ou équitables pour l’ensemble des collectivités…commençons par les écoles dont le futur fournisseur sera désigné dans les mois à venir. Il s’agit dès lors d’une prise de position qui nécessite l’implication de l’école, des parents mais bien davantage encore des autorités communales. Prise de position que nous revendiquons indispensable pour notre commune de Genappe la plus étendue, la plus rurale, la plus agricole de cette partie du Brabant wallon.

Approvisionner la restauration collective en circuit court est une dynamique efficace pour créer de nouveaux marchés locaux ou renforcer l’économie existante sur la commune. Une telle option est par ailleurs en phase aussi avec la dynamique Zéro déchet votée en conseil communal de mars dernier. Bien sûr cela nécessite une approche courageuse, parfois créative. Les cantines scolaires communales aujourd’hui représentent à Genappe 180 repas quotidiens. Cela semble dès lors possible. Mais ce qui est certain c’est que si nos cantines deviennent plus proches, plus locales, plus bios, plus durables, le nombre de repas augmentera et ce, au bénéfice également de nos producteurs locaux. Parce que telle aussi est la demande de nombreux parents.

Dès la rentrée scolaire 2019…nous voulons donc des cantines scolaires différentes et nous voulons que le changement fasse tâche d’huile aussi au niveau des crèches. Nous pensons notamment à la nouvelle crèche de Bousval et sa cuisine flambant neuve, entourée par deux fermes demandeuses de collaboration. Nous ne voulons plus que le fournisseur qui remporte le marché soit nécessairement le moins cher (« la santé de nos enfants vaut bien plus que cela ! ») et celui qui réponde le mieux à un cahier des charges flou, laissant libre cours aux interprétations par manque d’objectifs chiffrés. Les produits sains et de qualité, les filières locales doivent devenir des critères majeurs dans le choix du fournisseur et non uniquement le prix ! Telle est notre conviction politique. Telle est aussi la demande de beaucoup de parents qui se sont dernièrement mobilisés par une pétition remise à l’échevine de l’enseignement et une interpellation citoyenne faite en conseil communal.

2019 pourrait assurément être l’année du changement… En effet, un nouveau marché va être lancé pour les écoles communales de Genappe, un nouveau cahier des charges est donc aujourd’hui en cours d’élaboration. Notre groupe, comme l’ensemble de la minorité, a été associé à sa rédaction. Notre groupe est exigeant et ce notamment suite à l’analyse du cahier des charges de la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve qui, beaucoup plus contraignant, a vu TCO remporter le marché. A Genappe, c’est Sodexo qui gère les cantines scolaires depuis 2013. Et même si nous reconnaissons des efforts et des adaptations de la part de ce groupe, force est de constater qu’il reste un groupe industriel, international et que le recours aux circuits courts demeure son point faible.
Alors que cela fait plus de 10 ans que le documentaire « Nos enfants nous accuseront » est sorti – rappelons rapidement que son thème central est l’empoisonnement supposé des aliments par des toxines (pesticides, fongicides, engrais, etc.) de la chimie agricole…développé à travers le cas d’une école en France…- il est grand temps que Genappe récupère son retard en la matière et s’inscrive le plus rapidement possible dans une transition écologique de l’alimentation afin d’offrir à courte échéance dans l’ensemble de ses cantines scolaires des repas biologiques, sains, équilibrés et abordables, issus de circuits courts ainsi qu’une alternative quotidienne végétarienne.

Ludivine Brocca et Anne Beghin
Conseillères communales #Créonsdemain

X