26 novembre 2019

Espace 2000 : l’Ensemble du site doit être repensé

Il y a un point sur lequel tout le monde semble maintenant s’accorder au sein de notre commune : le gaspillage énergétique et économique du site de l’Espace 2000 doit cesser.  Pour les habitants et les membres de notre formation qui se penchent sur ce sujet depuis de nombreuses années, une étape est franchie dans la bonne direction et ils se réjouissent.

Rappelons qu’il y a quelques semaines encore, le bourgmestre et l’échevin de la transition énergétique soutenaient, durant la séance du Conseil communal, que ces bâtiments étaient isolés. Grâce à l’étude de RenoWatt – dont nous soulignons ici le travail qualitatif -, ils ont revu leur position et prennent conscience des enjeux : l’ensemble des bâtiments de l’espace 2000 et, en particulier, les préfabriqués en place depuis bientôt 60 ans sont terriblement énergivores et cette situation n’est plus tenable. Rappelons que ces bâtiments préfabriqués n’ont qu’une vocation temporaire.

Les élus proposent aussi un plan d’action qui revient à isoler ces bâtiments. Bien sûr, les membres de notre formation ainsi que certains habitants qui ont étudié les solutions à apporter à ce gouffre énergétique y avaient pensé. Mais après réflexion, la conclusion qu’ils ont souvent exprimée est que ces bâtiments, ayant largement fait leur temps, devaient être abattus au profit de nouveaux bâtiments modernes, passifs et donc durables.

Au vu de l’importance du projet pour la commune (on parle de 1,3 million pour le volet isolation) et du fait que très peu de personnes dans la commune aient été consultées, nous demandons le report du vote sur le plan d’isolation qui devrait avoir lieu ce 26 novembre. Evitons en effet de prendre une décision dans la précipitation et consultons les parties prenantes afin d’envisager de manière sereine l’avenir de ce site qui constitue un des biens communs des habitants d’aujourd’hui et de demain. Nous sommes confiants que le collège accèdera à notre requête de report, car il s’agit de bon sens.

Notre position sur l’investissement financier prévu pour le volet isolation (1,3 million) est qu’il ne tient pas la route. C’est exactement comme appliquer un gros sparadrap pour résoudre temporairement le problème créé par des bâtiments qui ont largement dépassé leur durée de vie. Le problème, c’est que ce sparadrap coûte très cher à la collectivité et que si nous voulons traiter la maladie et pas le symptôme, nous devons planifier l’utilisation de nos ressources de manière plus précise sur le long terme.

Avant de se lancer dans de tels projets, il faudra se résoudre à planifier nos actions et choisir les plus efficaces pour une bonne utilisation de l’argent public.

Notre formation politique refuse ainsi de prendre des décisions majeures dans la précipitation et sans dialogue. Il en va de notre responsabilité politique, de l’avenir mais aussi du respect de chacun et chacune des habitants.

Nous souhaitons associer le plus grand nombre possible de personnalités politiques et de citoyens à la réflexion et au choix d’un plan complet (pour la commune dans son entièreté) durable et soutenable sur le long terme.

Notre formation politique a élaboré un plan crédible et plus global qui s’appuie sur l’étude réalisée par RénoWatt et s’inscrit dans une transition énergétique indispensable. Notre plan prévoit un réaménagement de l’Espace 2000 qui doit bénéficier d’une vision complète de l’avenir du centre-ville.  Il se décline en 3 axes :

  • Appliquer dès à présent les recommandations du bureau d’étude Renowatt concernant :
    • L’isolation de l’hôtel de ville et de la salle polyvalente
    • un réseau de chaleur limité à l’école, l’hôtel de ville et la salle polyvalente avec une nouvelle chaufferie redimensionnée
    • les panneaux solaires
  • Réinstaller toute une série de services communaux dans le centre-ville, au cœur de celle-ci, et non de manière décentrée tel que c’est actuellement le cas. Cela permettra dans le cadre du projet de la rénovation urbaine de redynamiser le centre dont ses commerces et d’être au plus près de la population.
  • Reconstruire de manière phasée un site durable sur 2 niveaux qui accueillera les autres services communaux (l’ensemble du service travaux par exemple) mais aussi du logement et du tertiaire. Une telle reconstruction pourra s’envisager aussi sous le mode d’un partenariat public-privé pour valoriser ces surfaces situées en zone urbaines à re-densifier au profit du financement de ce projet.

Ce scénario affirme ainsi une vision globale incluant une lutte efficace contre le réchauffement climatique et propose d’inclure le plus grand nombre dans son élaboration définitive plutôt que de réaliser un travail isolé et risqué. Ce plan initie enfin une vraie transition énergétique sur notre commune.

X