29 juin 2022

Eolien: l’insupportable enlisement

Le dernier rapport en lien avec l’étude d’un cadre éolien local sur notre commune a été présenté lors du conseil communal de juin 2022. En définitive le but de cette étude était de savoir où implanter les 6 éoliennes prévues dans le Plan climat de Genappe dont l’objectif (approuvé et voté à l’unanimité) est de réduire d’ici 2030 40% de ses gaz à effet de serre. Quatre années après le lancement de cette étude et alors que le dernier rapport du GIEC recommande partout l’intensification du renouvlable, notre commune s’offre le luxe de repartir d’une page blanche, de crééer une nouvelle feuille de route excluant l’éolien.

Ecolo Genappe s’est toujours opposé à ce projet de cadre éolien local

Un tel cadre n’a aucune valeur légale, seule la Région wallonne a autorité en la matière. Faire croire à la population le contraire est dès lors complètement mensonger. Nous continuons à dénoncer une étude prétexte démarrée lors de la législature précédente. Etude dont nous ne pouvons pas non plus comprendre la lenteur. Quatre années se sont écoulées entre la rédaction du cahier des charges, en février 2018, et les dernières conclusions en juin 2022. Pour un coût de plus de 83 000 euros – auxquels se rajoutent les sommes engagées par la ville en nombreux recours au Conseil d’Etat – avec des recommandations quasi absentes. Et un cadre éolien vide.
Pourquoi est-ce le collège qui a choisi, seul, les 3 zones à analyser parmi la dizaine de zones potentielles proposées par le bureau d’étude ?

La consultation citoyenne a souffert d’une méthodologie non représentative

A la place d’un panel aléatoire, la population consultée était majoritairement constituée d’anti-éoliens. Le nombre de personnes consultées ne permet pas non plus une objectivation correcte : quelque 145 courriers reçus et 170 habitants ayant pris part à cette consultation citoyenne dont des « doublons » et « redondances » pour une population de 15 500 habitants. Nous lisons dans le rapport : « Ce sont majoritairement des personnes opposées à l’implantation d’éoliennes qui ont participé aux réunions citoyennes ».
Comment accepter dès lors une consultation si peu fiable pour des enjeux aussi fondamentaux que la transition énergétique et la lutte indispensable contre le réchauffement climatique ? En fin de compte s’il est vrai qu’il faut écouter les uns et les autres, reconnaissons qu’à Genappe les anti-éoliens ont été plus que largement écoutés ces 20 dernières années et, ont consciemment ou pas instrumentalisé le collège qui s’est laissé enfermer dans une inertie irresponsable. Ce même collège n’hésite jamais à citer « ses » citoyens qu’il ne veut pas décevoir. Et c’est un comble aussi de l’entendre dire que les écolos auraient dû stimuler la participation des pro-éoliens! Une telle remarque n’a pas sa place dans le cadre d’une étude qui se doit d’être rigoureuse et indépendante. Tout cela se fait au détriment de l’intérêt collectif !

La désinformation autour de l’éolien n’est pas acceptable non plus

Pourquoi les retombées financières pour une commune (au moins 12 000 euros/mât par an) n’ont-elles pas davantage été valorisées auprès de la population ainsi que la participation citoyenne  proposée de manière importante par certains promoteurs ? Prendre part financièrement à ce type de projet, on le sait, en augmente l’acceptabilité. Pourquoi aussi au regard d’autres communes (citons par exemple Fernelmont ou Modave avec « Eole Modave » une coopérative citoyenne et communale), Genappe ne s’engage pas elle non plus activement dans la mise en place d’une coopérative communale ?

Genappe a accumulé un retard considérable

Notre commune s’enlise ainsi dans une démarche isolée non solidaire des autres communes et régions qui, elles, s’engagent dans la réduction des gaz à effet de serre. Il y a un an, il nous était présenté l’état des lieux de notre plan climat qui précisait que 10% de l’objectif avaient été atteints. Il nous reste donc moins de 8 ans pour atteindre les 30% restants. Le défi est gigantesque. Voire
inatteignable lorsqu’on lit dans le rapport que « Si la population est défavorable à l’implantation d’éoliennes il faudra revoir le Plan Energie Climat avec d’autres sources d’énergie ». –  Soulignons
qu’il est fait référence ici à 1% de la population sondée ?!  –
Faire croire alors que la solution est un mix énergétique qui pourrait se passer de l’éolien et précisément des 6 à 7 éoliennes prévues depuis 2017 dans notre plan climat est un leurre complet. Comment le collège compte y arriver ? A moins que les 15 500 habitants diminuent chacun.e toutes leurs consommations énergétiques de moitié, il est impossible de se passer de ces éoliennes  prévues pour contribuer à la réduction de 40% de nos gaz à effet de serre. Sans oublier que les autres sources d’énergies comme par exemple l’installation de champs de panneaux solaires ou d’unités de bio  méthanisation comprendront elles aussi leur lot de nuisances, de résistances et de recours. Notre territoire est reconnu comme bien exposé aux vents et le collège communal nous propose une nouvelle feuille de route qui nous prive de cette ressource naturelle, c’est atterrant !

 

Anne Beghin

X