Chronique du conseil communal du 30 novembre 2021

Les 25 conseillers communaux étaient présents à l’exception de Kevin Paulus (MR-CDH) et Valentine Courtain (MR-CDH).
Public peu nombreux (mais le conseil était diffusé en direct sur Facebook) composé de membres des partis uniquement (3 Défi, 1 Ecolo, 1 PS et 1 MR).

Chroniqueuse : Anne Beghin

  1. Secrétariat communal – Intercommunale IMIO – Convocation à l’Assemblée générale ordinaire du 07 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : Il y a lieu que le Conseil Communal exprime sa position à l’égard des points portés à l’ordre du jour de l’Assemblée générale ordinaire du 7 décembre 2021 de l’Intercommunale IMIO qui sont :

  1. Présentation des nouveaux produits et services.
  2. Point sur le plan stratégique 2020-2022.
  3. Présentation du budget 2022 et approbation de la grille tarifaire 2022

Vincent Girboux (MR-CDH) présente rapidement l’intercommunale.

Bernard Löwenthal, qui est aussi administrateur d’IMIO pour Ecolo, présente la position de notre groupe: Globalement, la santé financière de l’intercommunale est bonne. Elle souffre un peu d’une diminution des commandes cette année, probablement suite au Covid. Mais on s’attend à une reprise. Ce sera d’autant plus le cas si la Région wallonne octroie 10 millions € de subsides aux communes et cpas pour leur digitalisation comme c’est prévu. Les comptes 2021 sont positifs, IMIO ne devrait pas avoir recours à un emprunt cette année. Le budget 2022 est prudent parce qu’on n’a pas de vue sur les futures commandes. On prévoit 4,9% de croissance par rapport à 2021. Les coûts d’hébergement continuent à monter. La recherche et développement est stable mais on aurait besoin de plus idéalement (350.000 € au lieu de 250.000 € prévus). Le coût total de sous-traitance est en légère baisse. On prévoit un équivalent temps-plein en plus. Le résultat est +/- 30.000 €. L’intercommunale sera « self-supporting ». Elle ne dépendra plus de subsides de fonctionnement de la Région dès 2022 (ce qui est plus vite que demandé initialement). On ne peut donc plus reprocher IMIO de concurrence déloyale. La grille tarifaire évolue conformément à l’inflation.

Notre groupe, comme l’ensemble des conseillers, approuve.

  1. Secrétariat communal – Intercommunale Sociale du Brabant wallon (ISBW) – Convocation à l’assemblée générale du 13 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : La Ville est convoquée à l’Assemblée générale de l’Intercommunale Sociale du Brabant wallon du 13 décembre 2021 et Stéphanie Bury en présente les 5 points:

  1. Modification des représentations communales et/ou provinciales – Incourt – Prise d’acte
  2. Procès-verbal de l’Assemblée générale du 21 juin 2021 – Approbation ;
  3. « Management lettre » de la révision d’entreprise – Information ;
  4. Plan stratégique – état d’avance des travaux et rapport spécial (article 5/153 §1er du Code des Sociétés et Associations );
  5. Approbation du budget 2022.

Ludivine Brocca exprime la position de notre groupe:

l’ISBW est en difficulté financière chronique depuis de longues années. Et malgré nos inquiétudes quant à l’avenir de l’ISBW, nous approuvons cet Ordre du Jour notamment puisque le rétablissement de la dotation de la Province devrait permettre de terminer l’exercice budgétaire 2022 sans déficit. Nous encourageons réellement l’Intercommunale, en partenariat avec les communes et la Province, à continuer sa réflexion quant aux moyens permettant d’assurer l’équilibre budgétaire dans la durée – la consultance prévue va peut-être le permettre- et donc, de pouvoir continuer à assurer les services actuels rendus à la population, et qui répondent à de réels besoins.

Christine Gilain de Ensemble pose la question de la création d’un fonds intercommunal afin de pourvoir aider ISBW. Ce que Gérard Couronné refuse car ce fond n’est pas nécessaire puisqu’il il suffit de demander aux communes une intervention plus grande.

Approbation à l’unanimité.

  1. Secrétariat communal – Intercommunale pure de financement du Brabant wallon (IPFBW) – Convocation à l’ Assemblée générale du 14 décembre 2021 – Ordre du jour. Benoit

Contexte : Il y a lieu que le Conseil Communal exprime sa position à l’égard du point porté à l’ordre du jour de l’Assemblée générale ordinaire de l’Intercommunale précitée du 14 décembre 2021 qui est :

Point 1 – Deuxième évaluation annuelle du plan stratégique 2020-2022.

Après une brève présentation de Stéphanie Bury, notre groupe approuve comme l’ensemble des conseillers.

En effet…Étant donné l’objet principal de l’intercommunale de livrer des dividendes les plus stables possibles aux communes affiliées, et l’objet accessoire mais bien rempli de fournir des services de marchés publics groupés aux communes affiliées, l’évaluation du plan stratégique démontre que la gestion de l’intercommunale observe au mieux ces objectifs à court et moyen terme, avec des perspectives de renouvellement futur des sources de dividendes qui soutiennent financièrement aussi des projets de développement durable.

  1. Secrétariat communal – Intercommunale « Bataille de Waterloo 1815 » – Convocation à l’Assemblée générale ordinaire du 15 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : L’ordre du jour de l’AG est l’approbation du budget 2022 et l’évaluation du plan stratégique 2020-2022.

Après une présentation de Sarah Herman (conseillère communale MR-CDH).

Approbation à l’unanimité

Notre position est justifiée par les éléments suivants :

Le budget 2022 proposé est stable, c’est un budget de fonctionnement qui n’est pas impacté par les investissements qui sont financés autrement. Les gros postes sont les frais d’entretien, d’énergie et de réparation (8.500 €, en diminution), les frais de bureau (4.600 €, en diminution), les assurances (33.800 €, stable), les honoraires du comptable et d’avocats (38.280 €, en hausse) et les frais de personnel (72.000 €, en légère hausse suite à l’indexation). Concernant l’évaluation du Plan stratégique notons que 2021 a été encore marqué par le Covid: ralentissement de beaucoup d’actions qui sont reportées et donc peu de réalisations en 2021. Un événement à souligner : la chute d’un châtaignier à Hougoumont et les actions pour le mettre en valeur et préserver les 2 autres. 

  1. Secrétariat communal – Intercommunale ORES Assets – Convocation à l’assemblée générale du 16 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : La Ville a été convoquée à participer à l’Assemblée générale de ORES Assets prévue le 16 décembre 2021.

Les points sont :

  1. Approbation du Règlement d’Ordre Intérieur de l’Assemblée générale
  2. Plan stratégique – évaluation annuelle/ validation du Plan Stratégique 2021-2023 (mise à jour 2022) et une mise à jour du ROI.

Gérard Couronné présente brièvement la situation et les intentions stratégiques de ORES (extension entre Vieux Genappe et Thy de l’installation du gaz moyenne pression).

Ecolo fédéral souligne que :

En 2020, le Plan Stratégique a fait l’objet de négociations entre les deux administrateurs écolos et le Bureau exécutif du conseil d’administration. Nous avions alors obtenu les modifications qui nous semblaient essentielles et avions suggéré de voter en faveur de ce document. Cette année, une mise à jour de ce document est proposée, comprenant principalement l’insertion de citations en faveur de la transition, et une actualisation d’informations sur les projets menés par Ores.

Les modifications allant dans le sens de la transition énergétique et suite à la validation de la première version du document, nous suggérons d’approuver la mise à jour du Plan Stratégique 2021-2023 lors de l’Assemblée Générale du 16 décembre 2020 sans nécessairement faire une intervention.

Les modifications du ROI sont conformes au décret du 15 juillet 2021 sur l’organisation d’Assemblée Générale et du Conseil d’Administration en distanciel. Nous suggérons également de valider ce document.

Benoit Moreau présente notre position :

Nous approuvons les modifications apportées au Plan stratégique 2021-2023 car elles vont dans le sens de la transition énergétique. En effet deux valeurs guident les écologistes dans leur participation au sein d’Ores :

1) La réalisation dans la transition énergétique ; le gestionnaire de réseau de distribution devra s’adapter si l’on veut pouvoir intégrer les nouvelles énergies renouvelables, qui sont par nature décentralisées et intermittentes.

2) La justice sociale et l’accès pour toutes et tous à une énergie abordable.

 Notre groupe approuve donc la mise à jour du Plan stratégique ainsi que les modifications du ROI sont conformes au décret du 15 juillet 2021 sur l’organisation d’Assemblée Générale et du Conseil d’Administration en distanciel.

Approbation à l’unanimité.

  1. Secrétariat communal – Ecetia Intercommunale SCRL – Assemblées générales extraordinaire et ordinaire du 21 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : ll y a lieu que le Conseil statue sur les points figurant à l’ordre du jour de l’Assemblée générale extraordinaire d’ Ecetia Intercommunale SCRL qui sont :

  1. Modification des statuts d’Ecetia Intercommunale SCRL – Approbation des modifications et quelques insertions ;
  2. Augmentation des capitaux propres par incorporations des réserves ;
  3. Lecture et approbation du PV en séance.

ll y a lieu aussi que le Conseil statue sur les points figurant à l’ordre du jour de l’Assemblée générale ordinaire Ecetia Intercommunale SCRL qui sont :

  1. Plan stratégique 2020-2021-2022 – Evaluation conformément à l’article L1523-13§ 4 du CDLD
  2. Contrôle de l’obligation visée à l’article 1532-1er bis, alinéa 2 du CDLD
  3. Lecture et approbation du PV en séance.

Tiffany Fevery (PluS) demande qu’une présentation de cette intercommunale à laquelle nous sommes affiliés depuis peu soit faite en conseil communal. Ce qu’elle avait déjà demandé il y a un an…

Le conseil approuve à l’unanimité.

  1. Secrétariat communal – in BW scrl Intercommunale – Convocation à l’ Assemblée générale ordinaire du 22 décembre 2021 – Ordre du jour.

Contexte : Considérant l’affiliation de la Ville à in BW scrl Intercommunale et que la Ville a été convoquée à participer à l’Assemblée générale ordinaire 22 décembre.

Les points à l’ordre du jour sont :

  1. Composition de l’assemblée
  2. Modification statutaire (séance extraordinaire pour ce point)
  3. Évaluation 2021 du Plan stratégique 2020-2022
  4. Projet « PIPER » Projets Industriels de Production d’Energie Renouvelables : information
  5. Questions des associés au Conseil d’administration
  6. Approbation du procès-verbal de séance

Benoit Huts (MR-CDH) présente l’intercommunale et explique rapidement les points de l’AG.

Bernard Löwenthal qui est administrateur de cette intercommunale intervient:

Le point principal est l’évaluation du plan stratégique. Le plan stratégique est constitué de 160 actions, +/- 8 sont « dans le rouge », mais on essaye d’y remédier.

Les enjeux sont :

  • le développement économique (la vente de terrain et la reconstitution du stock, en pensant déjà au stop béton)
  • la qualité et quantité d’eau potable
  • la reprise de toutes les eaux usées et leur épuration, et l’entretien des égouts
  • la réduction des OMR et la biométhanisation, sans payer plus.

L’enjeu pour l’année à venir: Pour les déchets, les recyparcs coûtent l’équivalent de 28€/hab/an refacturé aux communes. Si on ne disait plus « recyparcs gratuit », mais qu’on faisait payer le coût vérité, soit +/- 10 cents le kilo, cela permettrait de réduire la taxe forfaitaire de 28€/hab/an ! En Flandre, c’est déjà le cas dans certaines régions (pesée à l’entrée et à la sortie).

L’autre enjeu est de passer de +/- 160 kg/hab/an pour les communes en sac à en dessous de 90 kg/hab/an, et de 4 kg/hab/an pour les organiques à + de 25 kg/hab/an. C’est possible si (et seulement si) on passe à la poubelle à puce ou à la collecte au sac une fois tous les 15 jours. On peut espérer maintenir, voire réduire de 4€/hab/an ce cout de collecte et traitement.

Nous sommes d’accord avec l’évaluation, mais il faudra changer des choses à l’avenir », notamment :

  • 160 actions, c’est beaucoup trop, c’est illisible. Il faudrait avoir quelques (+/- 10) objectifs stratégiques, comme par exemple passer d’ici 2026 à moins de 90 kg/hab/an en OMR et considérer le reste comme un plan opérationnel.
  • il y a des actions inévaluables comme « entretenir les égouts » : c’est le métier d’in BW, c’est vague. A retirer à l’avenir ou à préciser (« entretenir 100km d’égouts par an »)
  • l’indice santé n’est pas clair. Parfois c’est vert alors que l’action a été reportée. Donc c’est peu compréhensible.

Bernard Löwenthal conclut en soulignant l’excellent travail des équipes de l’INBW.

Notre groupe et le groupe MR-CDh approuvent.

Ensemble et Plus approuvent sauf le point 3 pour lequel ils s’abstiennent (Évaluation 2021 du Plan Stratégique).

8.Travaux – Marché de services – 1677 – Mission d’étude pour la réfection de la rue de Ways à Genappe – Approbation des conditions et du mode de passation.

Le montant estimé s’élève à 82.000,00 € hors TVA ou 99.220,00 €, 21% TVA comprise. L’attribution de ce marché est conditionnée à l’obtention d’un engagement ferme du SPW à participer à concurrence de 50% aux dépenses engagées par ce marché de services.

Gérard Couronné se montre satisfait car la situation avance et semble se débloquer. Il explique qu’on a enfin un cahier des charges. Il explique que l’étude prévue est double : Elle concerne la stabilité de la voirie entre le 1 et le 41 de la rue de Ways et aussi l’égouttage et les raccordements « déglingués ». Il s’agit d’une procédure négociée sans publicité avec une ouverture des offres prévue avant la fin de l’année 2021. Philippe Henry, Ministre Ecolo, a promis une intervention de 50% par le SPW.

Tiffany Fevery demande si c’est approuvé par le SPW. Gérard Couronné répond que oui.

Christine Gilain demande ce qu’il en est de la condition de l’intervention de 50% par le SPW. Gérard Couronné répond qu’il a une promesse de Philippe Henry, Ministre Ecolo, pour l’intervention de 50% par le SPW, promesse obtenue grâce aussi à l’intervention de Bernard Löwenthal qui contacté le cabinet ministériel.

Bernard Löwenthal intervient : Cette étude est fondamentale pour pouvoir avancer ! Elle est urgente et le marché doit être lancé le plus vite possible. Le budget a déjà été approuvé lors de la dernière modification budgétaire.

Approbation à l’unanimité. 

9.Travaux – Marché de travaux – 1669 – Réalisation d’aménagements favorables aux déplacements cyclables sur l’entité de Genappe – Lots 1 à 2 – Approbation des conditions et du mode de passation.

Le montant estimé s’élève à 49.954,61 €, 21% TVA comprise.

Il s’agit ici d’opérationnaliser les décisions prises dans le cadre du plan cyclable qui nous a été présenté précédemment.

Ce marché est divisé en deux lots :

  • Lot 1 : marquage au sol (logo vélo, grippe antidérapant rouge,…) pour un total de 47 244 euros
  • Lot 2 : signalisation verticale (panneaux, poteaux,…) pour un total de 2710 euros

Notre groupe ne peut qu’approuver toutes ces aménagements faits pour assurer la sécurité des cyclistes.

Approbation à l’unanimité.

  1. Travaux – Adhésion à la centrale de marché initiée par la Province du Brabant wallon, relative aux travaux d’entretien, de petites réparations des cours d’eau et des bassins d’orage et des petits ouvrages en bordure ou sur les cours d’eau.

Contexte : Il est proposé au Conseil communal d’approuver l’adhésion de la Ville au nouvel Accord-Cadre de travaux d’entretien, de petites réparations des cours d’eau et de bassins d’orage ainsi que des petits ouvrages en bordure ou sur les cours d’eau, initié par la Province du Brabant wallon, agissant en qualité de centrale de marché.

Benoit Huts explique qu’il s’agit d’un renouvellement de cet Accord-cadre.

Après quelques recherches, nous nous rendons compte qu’il s’agit de 5 lots.

Les lots 1 à 4 sont relatifs à des travaux d’entretien et petites réparations à exécuter par la Province du Brabant wallon sur les cours d’eau non navigables de deuxième catégorie, ainsi que des bassins d’orages provinciaux.
Le lot 5 constitue une centrale de marché à destination des 27 communes du Brabant wallon et est relatif à des travaux d’entretien et de petites réparations réalisés par ces communes sur les cours d’eau de troisième catégorie, sur les bassins d’orage communaux, ainsi qu’aux petits ouvrages situés en bordure ou sur ces cours d’eau.

Cet accord cadre apportera une aide technique et une vrai expertise. Il dure 12 mois et est renouvelable 3 fois ( 3 années) soit pour une durée de 4 ans.

Anne Beghin explique que notre groupe ne peut qu’approuver cette coopération dans l’intérêt général mais aussi dans le cadre de la lutte contre les conséquences des intempéries ( inondations, coulée de boues, etc).

Le point est voté à l’unanimité.

  1. Travaux – Marché de travaux – 1673 – Aménagement de divers dispositifs de sécurité en voirie- Approbation des conditions et du mode de passation.

Le montant estimé s’élève à 73.630,32 €, 21% TVA comprise.

Il s’agit de 4 aménagements :

  • L’église de Ways : il s’agit de réaliser un petit parvis face à l’église en vue de sécuriser la sortie, laquelle s’effectue actuellement directement sur une bande de circulation. Cet aménagement réduira d’autant la bande de circulation, restructurera l’espace et induira une réduction de la vitesse.
  • Haute rue de Glabais : Il s’agit de la mise en œuvre de mesures qui ont été proposées par des riverains en vue d’y réduire la vitesse excessive des véhicules.
  • Rue de Rêves à Houtain-le-Val : Cette mesure est préconisée par l’étude de circulation dans Houtain-le-Val et viendra en complément d’autres mesures prises dans ce cadre
  • Rue de Ferrière à Bousval : Cet aménagement répond à une ancienne demande des riverains, mettant en exergue la mise en circulation locale tres peu respectée par les automobilistes, l’étroisse de la voirie générant une insécurité routière accrue ainsi que la réalisation future d’un important lotissement sur la commune voisine.

Ces aménagements ont été validés en commission circulation.

Approbation à l’unanimité.

  1. Ressources humaines – Service de la Petite enfance – octroi d’une prime en faveur de prestataires de la petite enfance en remerciement de leurs prestations durant la crise sanitaire – Octroi d’éco-chèques – Prise de connaissance et décision.

Contexte : L’ONE a pris la décision de récompenser les prestataires de la petite enfance pour les prestations effectuées durant la crise sanitaire. Elle compte octroyer des éco-chèques pour une valeur de 250 € par ETP.

  • Le PO avancerait l’achat qui sera remboursé à 103 % (3 % de frais de gestion) par l’ONE en novembre 2021.
  • Un ETP recevrait 250 € sauf congé non rémunéré intervenu durant l’année 2021 et non assimilé.
  • Compte tenu du fait que plus de 30 agents sont concernés, le budget alloué dépasserait les 8.000 €
  • Les montants nécessaires sont inscrits en 3ème modification budgétaire.
  • Le Comité de concertation syndical réuni en séance le 28 octobre 2021 a approuvé unanimement cette mesure.
  • Il est demandé au Conseil Communal de confirmer cet octroi.

Anne Beghin intervient : Suite aux effets de la crise du coronavirus, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé d’accorder une subvention exceptionnelle aux pouvoirs organisateurs des milieux d’accueil de la petite enfance pour l’année 2021..  On parle des crèches et MCAE. Il s’agit donc d’une prime de remerciement.  Au regard du travail effectué dans des conditions difficiles, fatigantes, stressantes notre groupe ne peut qu’approuver cette subvention exceptionnelle. Qui exceptionnellement s’appliquera aussi aux accueillantes conventionnées. Au regard de leurs difficultés et statut cela est très appréciable.

 Cette prime de remerciement pose toutefois -pour un souci d’équité- la question de l’ensemble du personnel des structures reconnues comme essentielles et ayant assuré leur travail en présentiel auprès des enfants et adolescents ( Ecoles, Ecoles de devoirs, Maisons de jeunes, etc.) ne devrait-il pas dès lors bénéficier aussi de ces éco chèques ?

 Benoit Huts explique que c’est le cas pour les équipes des AMO.

Gérard Couronné trouve que le personnel des écoles communales ne peut être privilégié par rapport au personnel des autres services communaux.

 Vote à l’unanimité.

  1. Affaires générales – Enseignement – Appel aux candidat(e)s pour l’admission au stage dans une fonction de directeur/trice pour les Écoles communales de Genappe – Lancement de la procédure. 

Contexte : Il y a lieu de proposer au Conseil communal, en séance du 30 novembre 2021, d’arrêter l’appel à candidat (e) s approuvé par la COPALOC en date du 08 novembre 2021, ainsi que le profil de fonction également approuvé par la COPALOC en date du 08 novembre 2021.

Intervention Anne Beghin: Nous apprenons la démission d’un directeur d’école et donc la nécessité de trouver un ou une remplaçant.e.

Il s’agit d’un poste de direction pour 3 implantations scolaires communales ( Bousval, Ways et Loupoigne ) pour un total de N= 249 enfants

Est-ce que le conseil communal pourrait prendre connaissance du courrier de démission adressé par le directeur au collège ? Il est moins aisé de se positionner sans connaitre les motifs de cette démission.

Dans le cadre de cette démission…Nous pouvons toutefois nous étonner ou nous questionner sur au moins deux points :

  • Pourquoi il est demandé dans l’article 1 de recueillir l’avis du corps enseignant des écoles de Genappe sur le profil de fonction ? Le profil de fonction est rédigé par le PO…il peut sans doute être soumis au conseil de participation et à la COPALOC mais pourquoi dans ce cas-ci aux enseignants ? Madame Tock explique que c’est une erreur. C’était le cas avant mais plus aujourd’hui. Seule la COPALOC donne son avis. Cela sera donc retiré.
  • Assurer seul.e une fonction de direction pour 3 implantations communales n’est-ce pas de trop ? ( A Baisy Thy, école la plus dense en terme d’inscriptions la direction n’assure « que » cette implantation ; Houtain-Le-Val et Espace 2000 un même directeur; Ways-Bousval et Loupoigne ou 3 implantations pour une seule personne)

Stéphanie Bury explique que Genappe n’a que 3 numéros de Fase pour ses écoles fondamentales et donc il est difficile de faire autrement. Anne Beghin propose alors que pour ce poste une aide administrative soit renforcée car la charge de travail doit assurément être trop lourde. Cela est refusé car chaque direction d’école bénéficie déjà aujourd’hui une telle aide. La question reste en suspens donc…L’aide actuelle est-elle suffisante pour cette direction là précisément…Pas sûr… 

Approbation à l’unanimité.

  1. Communications du Collège communal.

Aucune communication des échevins.

  1. Divers
  • Les groupes Ecolo Genappe #Créonsdemain et Ensemble interviennent sur le dossier du service travaux

 Christine Gilain pour Ensemble demande :

 Par respect pour tous les citoyens qui se sont mobilisés autour du point prévu lors du conseil communal du 9 novembre, retiré en dernière minute, il nous semble légitime que le Collège réponde aux questions suivantes :

– Préciser l’intérêt et l’urgence du regroupement des sites du service travaux,

– Faire un état des lieux de la surface utilisée actuellement par le service travaux,

– Expliquer pourquoi, alors que vous nous parliez, lors de notre réunion entre groupes politiques,  de 4,5 hectares (surface actuelle). Le projet est passé à 6,3 hectares et finalement dans le courrier au propriétaire à 7 hectares,

– Expliquer les critères de sélection de l’allée le cavalier,

– Répondre à la suggestion qui est sur toutes les lèvres : rester sur le site de l’ancienne sucrerie et s’étendre ! La justification de la zone marécageuse est indécente si on sait que deux écoles et une résidence-service sont dans les projets sur ce site !

– Confirmer ou infirmer le bruit qui court concernant l’implantation d’un zoning entre le garage Renault et l’INBW !

– Faire le point sur la suite du projet.

Anne Beghin, Pour Ecolo Genappe #Créonsdemain, avait interpellé par écrit de la manière suivante :

Les chefs de groupe de l’opposition ont été informées par courriel du changement de position du collège qui « souhaite s’engager dans une nouvelle réflexion ». Notre groupe ne peut qu’approuver cette décision. Nous nous sommes positionnés publiquement comme vous l’avez constaté. Dans le cas de figure où vous nous proposez de nous mettre autour de la table dès que vous aurez de nouvelles propositions à formuler, nous souhaitons souligner deux points qui nous semblent alors fondamentaux pour votre nouvelle réflexion:

  • Estimer au plus près les besoins réels et la surface nécessaire pour ce futur service. D’après notre comparaison avec les communes de la région, 1 à 2 hectares semble suffisant. Peut-être 2,5 hectares à cause des besoins spécifiques d’une commune rurale très étendue comme Genappe. Il n’y a pas de raison alors d’exproprier plus que cette surface.
  • Eviter les zones non-bâties ou non-bâtissables selon le plan de secteur. Ce sera évidemment plus cher mais c’est le prix à payer pour préserver la ruralité de notre commune, l’agriculture de proximité et le soutien aux agriculteurs qui s’engagent dans l’avenir et la transition.

Gérard Couronné a alors exprimé une réponse globale. Le lieu pour implanter ce futur service n’est pas facile à trouver. Le collège rappelle-t-il a examiné plusieurs localisations. Et Lors de la réunion du 23 septembre les conseillers présents avaient reconnus que le lieu de l’allée des cavaliers était le meilleur des 6 proposés. Gérard Couronné précise que les besoins sont de 4 hectares ( on s’éloigne alors du flou et des fluctuations communiquées de ci de là entre 4 et 7 Ha !). …et que si une superficie plus grande avait été annoncée c’est pour se constituer pour l’avenir « une réserve ». Gérard Couronné explique pourquoi il exclut d’entrée de jeu le site de la sucrerie : cela va prendre énormément de temps car il faudra obtenir notamment la révision du plan de secteur et du plan Masse.

Bernard Löwenthal précise que nous ne remettons nullement en question la nécessité de déménager et de construire de nouveaux bâtiments pour le service travaux mais que comme nous étions étonné par la surface nécessaire, nous avons fait une petite étude pour comparer avec les communes voisines. Aucune commune n’a un service travaux qui occupe plus de 6 ha. La plupart utilisent de 1 à 3 ha. Il nous semble donc qu’il faut partir des besoins réels en surface avant de réfléchir à l’endroit approprié.

Anne Beghin a exprimé l’indispensable nécessité de préserver un maximum les terres cultivables de Genappe et a rappelé que la ville en 2018 s’est inscrite dans la transition environnementale nommant Benoit Huts échevin de cette matière et dans la transition agricole en nommant Stéphanie Bury échevinne de cette dernière.

En conclusion….retenons que ce n’est pas la première fois que le collège adopte une méthodologie « à l’envers » ( Renowatt, Club de tennis pour les dossiers les plus récents) et ce n’est pas la première fois que nous regrettons un manque de concertation et un manque de vision globale. Mais la proposition de Gérard Couronné de repartir d’une page blanche pour ce dossier nous semble la meilleure façon de le gérer. c’est ce que nous avions d’ailleurs proposé de notre côté.

 

  • Concernant les droits des enfantsAnne Beghin explique que cela fait plus de 30 ans qu’ils sont célébrés. Si on sait l’intérêt porté par le centre culturel et on sait que tout le week end dernier leur a été consacrés au 38 rue de Bruxelles. Quelle(s) action(s) spécifiques de la ville pour l’édition 2021 ? En 2019, la ville avait organisé la plantation d’un arbre dans ce cadre. Pouvons-nous participer à une réflexion concertée pour l’édition 2022 et aussi pour les 35 ans de ces Droits ( 2024) sur un thème ou un droit à mettre en valeur, éventuellement avec le concours du conseil communal des enfants?

Stéphanie Bury explique que le Conseil des enfants vient d’être installé….et que bien sûr les petits conseillers travailleront cette question. Ce qui n’était pas l’objet du Divers…L’idée étant de souligner que la commune pourrait elle aussi célébrer avec force un ou plusieurs des droits des enfants et ce au travers d’une action, d’un projet.

  • Ludivine Brocca demande quelle est la situation actuelle dans les écoles au niveau sanitaire mais également au niveau de la mise en place des nouvelles mesures et restrictions en termes d’organisation de fêtes d’écoles, de voyages organisés ou de classes vertes/de neige, etc ?

X