Chronique du conseil communal du 30 mars 2021

Les cinq élus du groupe Ecolo-GCD n’ont pas participé au conseil communal de ce mardi 30 mars 2021.

Le groupe avait préalablement demandé que le conseil se tienne en vidéo conférence, pour tenir compte du contexte d’évolution de la pandémie et la demande des autorités fédérales de respecter le télétravail.  En outre, le taux de contamination est particulièrement important à Genappe.

En tant qu’élus, le groupe Ecolo-GCD  estime que l’on doit faire preuve d’exemplarité.

Cette demande a été rejetée par le président du conseil et la directrice générale car ils estiment que les conditions sanitaires liées à l’organisation du conseil communal sont respectées.

Nous leur avons fait parvenir, à titre d’information, nos votes et argumentations sur les différents points du conseil.

Bien que ces argumentations n’ont pu être utilisées pendant le conseil, nous les rendons publiques, dans cette chronique, afin que chaque citoyen puisse être informé de nos positions.

Les groupes Ensemble et PluS nous ont suivi dans la décision de ne pas participer au conseil communal étant donné le contexte sanitaire.

Séance Publique

Le bourgmestre ouvre la session du conseil communal en mentionnant qu’il n’est pas d’accord avec la décision d’Ecolo-GCD car il estime que toutes les conditions sanitaires sont respectées dans la salle où se tient le conseil. Il mentionne qu’un appareil permettant de filtrer l’air sera testé pendant la séance.

Il mentionne également que, il y a trois mois, un feedback avait été demandé à l’ensemble des conseillers communaux sur les règles sanitaires pour la tenue du conseil et les conseillers s’étaient exprimés positivement.

Au cours de la séance, Natacha Cracco (MR-CDH) demande pourquoi une approche hybride ne pourrait être envisagée (chaque conseiller décide de son mode de participation – par visio-conférence ou en présentiel dans la salle). Le bourgmestre répond que ce n’est pas autorisé.

Il n’y a donc pas eu de débat pendant ce conseil. Le bourgmestre s’est même senti obligé d’expliquer en cours de conseil que la majorité faisait ces débats entre eux dans une autre réunion ce qui expliquait l’absence totale d’intervention aujourd’hui. Le conseil a été expédié en 42 minutes…

  1. Secrétariat communal – Transition : motion « Genappe en avant ».

Dans le cadre de l’opération « Genappe, en avant ! », il est proposé au conseil de prendre une motion de soutien aux secteurs associatif, culturel, sportif et Horeca en développant un programme d’actions et en autorisant l’organisation de certaines manifestations, favorisant le lien social et la liberté d’expression, en extérieur sur la voie publique dès le 1er avril 2021, moyennant le respect des gestes barrière : distanciation sociale, port du masque, désinfection des mains et des conditions imposées par les autorités fédérales et régionales et des protocoles visant les différents secteurs.

La motion est votée à l’unanimité.

Nous aurions voté contre cette motion parce qu’elle nous apparait prématurée, précipitée :

  1. C’est une démarche isolée du collège communal alors qu’il avait souhaité que « Genappe en avant » soit ouvert à tous les groupes politiques. La minorité communale n’ait pas été associée à l’élaboration de cette motion et que celle-ci ne reflète donc que l’opinion du collège.
  2. Cette motion nous semble inaboutie et incomplète
  • Les propositions de « Genappe en avant » sont le fruit d’un travail collectif et qui n’est pas abouti ;
  • Elle ne considère pas les mesures du 23 mars dernier ;
  • Il manque un considérant tenant compte de la détresse de certains secteurs (certains indépendants, Horeca, artistes indépendants, secteur culturel et associatif) qui même si parfois financés connaissent aussi une vraie détresse morale ;
  • Nous ne sommes pas d’accord avec la formulation du 1er article à savoir : De soutenir les secteurs Horeca, culturel, sportif, associatif de Genappe en chargeant le collège communal de permettre de déployer un programme d’actions en faveur d’une meilleure cohésion sociale et citoyenne de la commune. En effet, au travers de son programme « Genappe en Avant », nous reconnaissons que la ville de Genappe compte bien soutenir sa population mais ne soutient cependant pas directement les secteurs culturels ou de l’Horeca qui sont impactés par l’arrêt de leurs activités depuis un an. Et, ces secteurs malgré le travail du groupe de travail demeurent alors en grande difficulté.
  1. L’article 3 nous semble inadéquat.
  • Vous proposez que soit communiquée cette motion aux 27 communes de la Province du BW, à son gouverneur, à la Ministre de l’Intérieur et au Premier Ministre. Nous ne comprenons le sens d’une telle démarche. Ne serait-il pas plus adéquat d’inviter par exemple les 27 communes à mettre en place elles aussi un groupe de travail ?
  • Pourquoi envoyer cette motion au fédéral si ce n’est pas pour lui demander un changement de posture comme par exemple de considérer des manières plus solidaires et équitables de gérer l’épidémie entre tous les secteurs afin d’intégrer différemment les acteurs culturels et de l’Horeca.
  • Nous trouverions dès lors opportun de rajouter un 4eme article « Genappe se reconnait commune culturelle et vivante car elle reconnait le caractère essentiel de la culture, des arts vivants, de l’HORECA. Cela signifie alors qu’elle s’engage sur le moyen, et le long terme à mettre en places diverses actions ».

Nous aurions voulu la réécriture de cette motion en tenant compte de nos remarques et en incluant bien évidemment celles de tous les partis en place. Dès accord sur une nouvelle version, rédigée ensemble, nous aurions pu représenter cette motion au conseil communal d’avril ou de mai dans sa version aboutie.

  1. Environnement – Règlement complémentaire de circulation- Rue du Sablon à Bousval – Mise en circulation locale.

Historique : La commission de circulation a reçu une demande, d’un riverain de la rue du Sablon à Bousval, de mettre ladite rue en sens unique. Un sondage a été réalisé auprès de l’ensemble des riverains lesquels se sont montré majoritairement défavorables à la mise en sens unique mais demandaient la mise en circulation locale de leur rue.

Nous proposons au Conseil communal d’adopter un règlement complémentaire de circulation visant à interdire, à la rue du Sablon à Bousval, l’accès à tout conducteur sauf la desserte locale et les fournisseurs via le placement d’un signal C3 avec panneau additionnel  » Exceptés riverains et fournisseurs ».

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ce règlement.

  1. Environnement – Règlement complémentaire de circulation- Rue Taburiaux à Vieux-Genappe- Organisation du stationnement.

La proposition est:

  • d’interdire le stationnement côté impair de la rue Taburiaux à Vieux-Genappe et de matérialiser la mesure par le placement d’un panneau E1 et de rendre obligatoire le stationnement sur l’accotement et de le réserver aux voitures, voitures mixtes et motocyclettes devant les immeubles 31 à 41 et de matérialiser la mesure par le placement d’un panneau E9b et d’un panneau additionnel de distance flèche montante « 30m »;
  • d’autoriser le stationnement côté pair de la rue Taburiaux à Vieux-Genappe depuis la rue Taburiaux (tronçon reliant la Place Mercurey) jusqu’à la porte située sur le pignon de la supérette sise à la Chaussée de Nivelles n°2;
  • d’interdire le stationnement entre la porte susmentionnée et le carrefour formé par la Rue Taburiaux et la Chaussée de Nivelles et de matérialiser la mesure par la pose d’un panneau E1 et d’un panneau additionnel de distance ’10m » flèche montante et la pose de bollards dans cette zone d’interdiction.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ce règlement.

  1. Environnement – Règlement complémentaire de circulation- Rue E. Hecq à Ways- Interdiction de stationner.

A diverses reprises, le service environnement-mobilité a été interpellé par des riverains de Ways par rapport à la problématique et l’insécurité que générait le stationnement dans et aux abords directs du carrefour formé par la rue E. Hecq et la N237 à Ways.

Sur base de la visite de terrain, le service propose de laisser la place pour deux voitures entre la zone de stationnement qui pourrait être autorisée et le carrefour de la N237. Cela représente 13m. Soit 5m (interdiction de stationnement liée au Code de la Route) + 2 voitures (8m).

Dans un courrier, des riverains se montraient favorables à l’interdiction de stationner à « x » mètres du carrefour et proposaient de marquer les zones de stationnement au sol. Le service n’est pas favorable au marquage des zones de stationnement car cela signifie, qu’il n’est plus autorisé de se stationner au dehors de celles-ci ce qui pourrait être préjudiciable pour d’autres riverains.

Nous proposons au Conseil communal d’interdire le stationnement dans la rue E. Hecq, côté droit, sur 8 mètres depuis le carrefour avec la N237 et de matérialiser la mesure via le signal E1 flèche montante « 8m ».

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ce règlement.

  1. Environnement – Règlement communal en vue de l’utilisation d’un parking vélo à contrôle d’accès.

Dans le cadre du budget participatif 2020, l’acquisition d’un parking vélo à contrôle d’accès a été retenu. Le range-vélo est, à présent, installé sur la Place de Bousval.

Le groupe de citoyens et le service Environnement-mobilité ont travaillé à la rédaction d’un projet de règlement lequel se trouve annexe.

  • Le range vélo sera accessible via un badge et/ou une application smartphone.
  • L’accès sera payant–> 25€/semestre.
  • L’objectif est de favoriser les déplacements à vélo quotidiens, utilitaires et surtout visant l’intermodalité.
  • C’est le service environnement-mobilité qui gérera l’octroi des accès aux demandeurs.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions nous aussi approuvé ce règlement. En effet, on parle d’un très beau projet dont le règlement a été discuté avec les citoyens qui l’ont proposé. Ce projet, s’il fonctionne bien pourrait être l’embryon d’une politique ambitieuse. Si l’évaluation est positive, nous imaginons qu’on pourra réfléchir à implémenter d’autres range-vélo dans la commune, voire même des installations plus grandes. L’évaluation permettre aussi d’évaluer si un abonnement de 6 mois ne serait pas trop long (peut-être qu’un abonnement trimestriel serait mieux. Et dans le futur, il nous semble important de réfléchir à un tarif préférentiel pour les jeunes et un tarif social. Mais à ce stade, nous approuvons ce règlement en espérant que le projet rencontre le succès auquel nous croyons.

  1. Environnement – Convention entre la Ressourcerie de la Dyle et la Ville de Genappe concernant la collecte des encombrants ménagers à la demande.

La Ressourcerie de la Dyle effectue, en collaboration avec l’InBW, la collecte des encombrants et objets réutilisables à la demande. Cette collaboration est régie par une convention entre l’InBW et la Ville et La Ressourcerie et la Ville.

Nous recevons un courrier par lequel la Ressourcerie de la Dyle nous informe de l’augmentation des tarifs passant à 25,50€/m³. Soit une augmentation de 1,86€/m³. Cette augmentation se justifie par l’augmentation du prix des salaires, les taxes et des frais de communication.

Cette augmentation représente pour la Ville, sur base des projections de collecte pour 2021, une augmentation de 750€ ; cette dépense peut être prise en compte dans le cadre du coût-vérité.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé cette convention.

  1. Environnement – Concours « Genappe, Villages fleuris » – Règlement – 2021.

En 2020, la ville a organisé le concours « Genappe, Villages fleuris ». Le concours a accueilli 24 participants.

Cette année, nous souhaitons relancer le concours « Genappe, Villages fleuris ». Celui-ci entre dans les projets de Villes et villages fleuris ainsi que dans le cadre du plan Maya. Ce dernier a pour objectif l’embellissement et l’amélioration du cadre de vie de nos villages par le fleurissement des façades et jardinets. Le plus par rapport au concours édition 2020, est qu’il y aura 2 catégories : d’une part, les façades et les balcons et de l’autre, les jardinets, le tout visible de la voie publique.

Nous demandons au Collège communal de marquer accord sur :

  • l’organisation du concours « Genappe, Villages fleuris » du 15 juillet au 1er septembre 2021 à destinations des citoyens, commerces, associations, …
  • Le règlement du concours « Genappe, Villages fleuris » revus notamment par la création de deux catégories d’inscription plutôt que d’une;
  • La communication du concours via un communiqué de presse, le journal de Genappe (de mai et juin), le site internet et le Facebook de la ville.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ce règlement en disant :  Nous remercions le collège d’avoir pris en compte certains points soulignés l’an dernier par notre groupe concernant le règlement notamment de faire du critère « La Présence de variété mellifères et/ou indigène ou de tout aménagement favorisant la biodiversité (exemple petit autel à insectes, …) un critère à part entière.

Nous regrettons toutefois que notre demande d’inviter aussi à participer les associations de terrain telles que la MJ, Les ateliers du Léz’arts, etc..n’ait pas été retenue malgré l’accord donné par le président de séance d’impliquer les associations dès l’édition 2021.

  1. Affaires générales – Cohésion sociale – Je Pédale Pour Ma Forme – Lancement des sessions de printemps et d’automne 2021 – Approbation.

Le projet « Je Pédale Pour Ma Forme » serait réalisé en partenariat avec le GAL lequel financera et s’occupera des formations des coachs, de prévoir un kit de démarrage et un équipement pour les coachs. Il y aurait des groupes de 15 personnes.

Le conseil décide :
Article 1 : de marquer son accord pour l’organisation des deux sessions pour l’année 2021;
Article 2 : de marquer son accord pour les termes de la convention de partenariat établie entre la Ville et le GAL;
Article 3 : de prendre en charge les frais liés à l’organisation de l’évènement pour une valeur totale de 2.800 euros au nouvel article budgétaire des affaires sociales;
Article 4: de fixer le défraiement des coachs à 25euros la séance;
Article 5 : d’approuver les conventions établies à signer par la Ville et les coachs;
Article 6 : de favoriser la promotion de l’activité à tous via le site et les professionnels de la santé;
Article 7 : de marquer son accord sur la fixation d’un tarif de 35 euros par personne et par session;
Article 8 : de notifier la présente décision au GAL, aux coachs et au Service Finances.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé. En effet, le soutien à l’activité physique, à la mobilité active et la création de liens sociaux sont plus qu’importants en cette période particulière.  Mais avec quelques questions :

  • Des solutions sont-elles imaginées pour les personnes souhaitant participer au projet mais ne possédant pas un vélo en bon état de fonctionnement ? Des partenariats avec les cyclistes de la commune ont-ils été imaginés ? Avec la ressourcerie ? Le projet « ça roule à Genappe » ayant obtenu un subside dans le cadre des projets participatifs et une de ces actions étant la location de vélos, des liens sont-ils prévus ?
  • Les règles sanitaires actuelles permettant les rassemblements de jeunes en extérieur par bulle de 10, un groupe spécial ados est-il prévu ? Une adaptation de ce programme pourrait-elle également imaginée pour l’été afin de proposer cette offre aux jeunes de la commune ?
  • Dans le descriptif du projet, on parle de groupe de 15 personnes mais la convention du GAL stipule des groupes de minimum 5 et maximum 10 participants par coach. Qu’en est-il ?
  1. Finances – Octroi d’une aide financière exceptionnelle « Covid-19 » pour La Ressourcerie – Exercice 2020

La Ressourcerie sollicite la Ville de Genappe pour l’octroi d’une aide d’exceptionnelle sous la forme d’une suspension de loyer pour une période de trois mois. Cette demande représente un montant de 3 x 1.750 €, soit un total de 5.250 €.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé mais avec une réserve sur la manière dont sont attribués ces subsides. Nous ne sommes pas contre aider financièrement la Ressourcerie. Mais nous aimerions savoir s’il y a une règle pour obtenir des aides. Est-ce qu’il suffit qu’une association le demande ou avez-vous mis en place des critères pour y avoir droit ? Et est-ce que toutes les associations savent que cette possibilité existe ?

  1. Finances – Maison de la laïcité Galilée – contrôle d’utilisation du subside 2020, octroi des subsides 2021.

Il y a lieu de prendre connaissance des octrois des subsides ordinaire pour 10.000 € et extraordinaire pour 3.146 € pour 2021 et de prendre connaissance du contrôle d’utilisation du subside 2020 en faveur de la Maison de la laïcité Galilée de Genappe.

Le subside extraordinaire est justifié pour 3.146 € pour la fabrication et la pose d’un escalier.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ce subside.

  1. Finances – Compte 2020 Fabrique d’église de Bousval- Approbation.

Les dépenses se sont élevées à 52.913,66 € et les recettes se sont élevées à 53.055,86 €

Un rappel doit être fait à la fabrique. En effet, les dépenses du chapitre II ont dépassé les montants prévus au budget et ce même y compris la modification budgétaire 2020. Une modification budgétaire aurait dû être introduite. Cependant, cela ne modifie en rien le compte.

Le point est voté à l’unanimité ;

Nous aurions approuvé.

  1. Travaux – Travaux – Immeuble sis 3, rue Mintens menaçant ruine – Démolition en vue d’assurer la sécurité publique – Prise d’acte et connaissance de la décision du Collège communal et approbation de la dépense.

Il est proposé au Conseil communal de prendre acte et connaissance des décisions des 17 février 2021 et 10 mars 2021, par laquelle le Collège communal décide de procéder, en l’absence de crédit budgétaire, à la passation d’un marché de travaux pour la démolition de l’immeuble sis 3, rue Mintens et de fixer, à cette fin, la procédure négociée sans publicité comme mode de passation de marché, de confirmer la consultation préalable des sociétés Jade &Co Sprl, VDRT S.A. et De Meyer Jacques, d’attribuer le marché de démolition de l’immeuble sis 3, rue Mintens menaçant ruine à la firme VDRT S.A. pour le montant rectifié de 44.895,86 EUR TVAC tel que repris sur son offre reçue le 2 mars 2021 et de décider d’en admettre la dépense.

Le bourgmestre demande à R.Van Damme de quitter , pour un instant, le conseil.

Il mentionne qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt entre l’échevin Van Damme et la société VDRT qui a été retenue pour l’évacuation des déchets.

Approuvé à l’unanimité.

Nous aurions approuvé ou rejeté ce point en fonction des réponses à nos questions concernant le possible conflit d’intérêt.

  1. Travaux – Marché de travaux – 1544 – Entretien des ouvrages de lutte contre les inondations – Approbation des conditions et du mode de passation.

Il est proposé au Conseil communal d’approuver le cahier des charges N° 1544 « Entretien des ouvrages de lutte contre les inondations », établis par le Service Environnement. Les conditions sont fixées comme prévu au cahier des charges et par les règles générales d’exécution des marchés publics. Le montant estimé s’élève à 40.000 € TVAC. Procédure négociée sans publication préalable.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé.

  1. Urbanisme – Patrimoine – Modification de la voirie communale – Sentier n°36 – Chemin de la Bruyère 20 à Glabais.

Il est proposé au Conseil Communal d’autoriser la modification du tracé du sentier n°36 traversant les parcelles de Monsieur Xavier Vanpoucke conformément au plan dressé par le bureau des géomètres Lesceux-Quertain sprl daté du 11 mars 2021 et d’accorder à la présente décision les mesures de publicité.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé.

  1. Urbanisme – Subvention pour le Conseiller en aménagement du territoire – Rapport d’activités de l’année 2020 – Information.

Le Conseil communal est invité à prendre connaissance de la décision du Collège Communal réuni en date du 17 mars 2021 d’approuver le rapport annuel 2020 relatif à la subvention pour le Conseiller en Aménagement du territoire.

Pas de vote. Nous profitons de ce point pour remercier madame Dehombreux pour son bon boulot avec la CCATM dans les circonstances difficiles qu’on a vécu en 2020 avec les changements importants générés par le CODT et bien sûr dans le contexte très difficile de la crise sanitaire.

  1. Urbanisme – Piscine communale – Bien sis à rue de Bruxelles 38 Genappe – Cadastré section A n° 50 R – Bail emphytéotique – résultat de l’appel public aux candidatures – Attribution emphytéote – Décision du Conseil Communal

Actuellement, la Ville exploite une piscine située Plaine Communale, rue de Bruxelles 38 à Genappe et cadastrée section A n°50 R. Afin que le public puisse en profiter pleinement et que les écoles en bénéficient pour leurs cours de natation, la Ville voudrait disposer d’une piscine couverte et ouverte toute l’année. Pour ce faire, la Ville a souhaité confier la rénovation et l’exploitation de la piscine communale à un exploitant privé par emphytéose.

Le Conseil Communal, en séance du 23 juin 2020, a marqué son accord de céder, par bail emphytéotique, la jouissance de la parcelle cadastrée section A n° 50 R abritant actuellement la piscine communale, située Plaine Communale à Genappe et de marquer son accord sur le projet de bail emphytéotique.

Il y a donc eu lieu de désigner un emphytéote par un appel public aux candidatures. Cet appel public aux candidatures à été publié sur notre site internet en date du 15 février et à la même date un communiqué de presse a été organisé. Les candidatures devaient être rendues pour le 28 février 2021. A la fin de l’appel public, nous avons reçu une seule candidature provenant de HD AQUASPORT sprl enregistrée sous le numéro BCE BE0606 999 472 sis Rue du Bois des Rêves, 55 à 1341 Céroux-Mousty représentée par Monsieur Denis Detinne.

HD AQUASPORT sprl déclare, sur base d’un droit emphytéotique, vouloir entreprendre la rénovation de la piscine sise rue de Bruxelles, n°38 à 1470 Genappe cadastrée A 50 R et de confier l’exploitation à l’asbl PROMOSPORT.

Leur candidature est complète. Elle comprend un avant projet et une note d’intention détaillée du projet proposé qui reprend le type d’infrastructure comportant le bassin de natation, les installations techniques et les installations annexes à la piscine. Elle contient également une proposition de planning de fonctionnement en période scolaire et non scolaire, une présentation de leur service et ils nous proposent un calendrier allant de la mise en route par architecte à l’ouverture officielle de la piscine.

Les travaux sont estimés à 1.200.000 € détaillés dans leur candidature.

Il est proposé au Conseil Communal de marquer son accord sur l’attribution de l’emphythéote à HD AQUASPORT sprl enregistrée sous le numéro BCE BE0606 999 472 sis Rue du Bois des Rêves, 55 à 1341 Céroux-Mousty représentée par Monsieur Denis Detinne pour la rénovation de la piscine communale sise rue de Bruxelles, 38 à 1470 Genappe cadastré section A n° 50 R et dont l’exploitation sera confiée à l’asbl PROMOSPORT.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions approuvé.

  1. Secrétariat communal – Affaires générales – Piscine de Genappe – convention relative à l’exploitation suite au bail emphytéotique conclu avec HD Aquapost.

Il y a lieu que le conseil approuve la convention pour confirmer les conditions d’exploitation telles que reprises dans l’offre d’HD Aquasport :

  • piscine ouverte au grand public (min 1 h/jour 7j/7) et aux écoles, stages, cours collectifs
  • accès prioritaire à toutes les écoles primaires de l’entité
  • fréquentation des écoles communales de Genappe
  • tarif scolaire et tarif grand public

Vincent Girboux propose que, pendant les mois de juillet et aout, un geste financier soit accordé aux enfants défavorisés :  la différence entre le tarif actuel et le futur tarif serait prise en charge à raison de 50% par le CPAS et 50 % par l’exploitant de la piscine.

Ce point est accepté et la proposition du président du CPAS sera ajoutée à la convention.

Le point est voté à l’unanimité.

Nous aurions voté contre. Nous étions tous d’accord pour pérenniser les installations aquatiques actuelles et pour les améliorer afin d’en augmenter l’usage, nous étions tous d’accord pour permettre aux écoles de l’entité de bénéficier d’infrastructures adéquates mais surtout nous étions tous d’accord pour maintenir l’accessibilité de la piscine à tous. Et par rapport à ce dernier objectif, la convention proposée ici en est bien loin. Vous ne respectez pas cet engagement en proposant un tarif de 3,50 euros pour un enfant et de 3,90 euros pour un adulte alors que jusqu’alors les habitants avaient accès à la piscine pour 1 euro par enfant et 1,50 par adulte. Alors certes, cette nouvelle infrastructure sera couverte mais ses dimensions ne justifient pas qu’on demande une entrée supérieure, pour un enfant, au tarif des piscines de Nivelles, LLN ou Waterloo qui jouissent d’infrastructures nettement plus importantes (il en est de même pour les entrées « adulte » des piscines de Waterloo et LLN).

Nous demandons donc que le subside de 2 x 50.000 euros que la Ville accorde à la sprl HD Aquasports serve aussi à offrir une réelle accessibilité pour tous et que soient proposés des tarifs préférentiels « jeunes » et « familles » puisque cela correspond aux demandes et aux besoins de notre population. En effet, il nous semble essentiel que les subsides communaux permettent de rencontrer cet objectif d’accessibilité qui était commun à tous.

Avec le tarif proposé, nous ne pouvons que voter contre.

  1. Secrétariat communal – Divers.

La décision est prise de reporter les divers proposés par la minorité au conseil d’avril. C’est une décision logique puisque le débat de ces points n’était pas possible.

Pour information, nos divers étaient :

  1. a) Dans le cadre de l’appel à projet « POLLEC 2020 » où en est la ville quant à l’engagement d’un(e) coordinateur (trice)? En effet sont en jeu :
  • l’actualisation de notre Plan d’Action pour l’Énergie Durable et le Climat (PAEDC)
  • le pilotage et de la mise en oeuvre de ce PAEDC.
  1. b) Nous souhaitons que la communication d’informations officielles vers les conseillers communaux soit améliorée. A titre d’exemple nous n’avons pas été informé officiellement de la récente fermeture complète de l’école communale de Baisy-Thy. En tant qu’élu nous estimons que chaque conseiller.ère doit être tenu.e informé.e des événements ou décisions impliquant la vie de la commune et des citoyens. Serait-il possible que le service informatique de la ville propose un programme de communication interne ?
  2. c) Lors du conseil communal de janvier, Christine Gilain demandait où en était l’organisation du marché des producteurs locaux. Celui de septembre a connu un réel succès tant au niveau des producteurs que du public présent. La crise s’éternise d’une part et les marchés à l’extérieur sont sans cesse maintenus par les mesures ministérielles successives. Ce contexte permet ainsi de réitérer régulièrement l’expérience de septembre 2020. Qu’en pensez-vous ? Ou en est la réflexion annoncée en janvier ?
  3. Secrétariat communal – Communication du Collège communal.

Le collège informe :

– qu’il y aura un marché des producteurs locaux le 18 juin.

– qu’une distribution de 100 poules se tiendra le 7 mai.

– qu’il y aura une « quinzaine des pollinisateurs » du 15 au 25 mai ( visite cimetières nature, conférences sur pesticides, spectacle sur le monde des abeilles, découverte nature sauvage…).

Le collège communiquera de l’information sur le nouveau marché des repas scolaires lors du conseil communal d’avril.

  1. Secrétariat communal – Procès-verbal de la séance du 23.02.2021- Approbation.

Approuve le procès-verbal de la séance antérieure.

X