On piétine !

Publié le lundi 28 mars 2016

L’enseignement… chronique d’une mort annoncée ?

D’un côté, il y a ceux qui sont convaincus que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. De l’autre, il y a ceux qui sont convaincus qu’un Autre Genappe est possible : plus durable, plus solidaire, plus innovant, plus moderne. Et ce dans plusieurs matières de notre quotidien qui sont à la traîne : le vieillissement de la population, la mobilité, l’aménagement du territoire, les énergies, l’environnement ... et… l’enseignement.

A Genappe, la majorité fait piétiner la Commission Enseignement initiée par Ecolo mais toutefois votée par tous les conseillers communaux s’accordant unanimement sur la pertinence des thématiques proposées par notre groupe politique. Aujourd’hui, cette commission s’enlise alors que nous vivons une époque qui a urgemment besoin de penser, d’innover, d’avancer, aussi et surtout, sur les questions d’école, d’éducation et de vivre ensemble. Des débats devraient être initiés dès le niveau local sans attendre docilement les instructions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, derrière laquelle se retranchent trop aisément nos élus.

Ce défi de penser nos responsabilités de PO (Pouvoir Organisateur de l’enseignement sur la commune) pour une école plus en phase avec la réalité des familles et du monde ambiant, ce défi, en plus d’être urgent, pourrait être enthousiasmant. Mais durant les trois années écoulées, le maigre menu des quatre réunions de cette commission, exclusivement (cela n’a aucun sens) ouverte à des élus et des directrices déjà surchargées ne nous a pas permis d’avancer en profondeur sur l’un ou l’autre thème. Et en conseil communal…régulièrement…depuis trois ans nous participons malgré nous à des discussions sans fin ni fonds.

Ecolo est en colère face à une commission à l’arrêt depuis juillet 2015 qui n’a, en définitive, jamais vraiment fonctionné. En janvier 2016, Ecolo a demandé à l’échevine et au collège des alternatives pour relancer la machine. Il faudra attendre le Conseil communal du 22 mars 2016 pour ne pas avoir de réponses.

Rien. Nothing. Nada. C’est désolant.

Et le collège de postposer sa réponse une nouvelle fois de quelques semaines ! Désolant et désespérant.

Anne Beghin