La fin des sacs blancs à Genappe ?

Publié le dimanche 1er mai 2016

Genappe, ma commune Nature ?

Cette devise a été choisie par la majorité à Genappe. Or force est de constater que ce n’est pas toujours le cas, dès lors que des intérêts financiers sont en jeu.

Lors du dernier conseil communal, ce mardi 25 février 2016, le groupe Ecolo-Genappe a présenté un nouveau système de récolte des déchets ménagers : le remplacement des sacs payants blancs par des conteneurs à puces. Ce système, mis en place depuis longtemps dans plus de 120 communes de Wallonie, possède de nombreux avantages, tant environnementaux, sociaux, que financiers.

Dans la pratique, chaque ménage aurait à sa disposition deux conteneurs à puces, l’un pour les déchets organiques, l’autre pour les déchets résiduels. Lors de la collecte, chaque conteneur est pesé deux fois, avant et après vidage. Cela permet de connaître le poids exact des déchets évacués, et de déterminer le coût réel pour chaque ménage. Rappelons-nous l’exigence de la Région wallonne qui impose le « coût-vérité » : faire payer aux habitants le coût réel du traitement de leurs déchets.

Depuis sa mise en place, en janvier 2016 à Chastre, le poids des déchets a baissé de plus de 30 % !

Devant cette évidence, majorité et minorité ont adopté le point d’Ecolo à l’unanimité. La commune se mettra en contact avec l’IBW pour connaître le résultat de l’étude entamée à ce sujet.

Curieusement, interpellé par nos conseillers, le bourgmestre a avoué ne pas être favorable à cette nouvelle opportunité de limiter l’impact environnemental de nos concitoyens.

Et ceci uniquement par intérêt financier à très court terme, et sans aucun doute pré-électoral. Même les plus grands de ce monde l’affirment : la vraie urgence de l’humanité est environnementale !

Pourtant, il a été démontré que ce système amène les gens à mieux trier, à recycler, a créer des structures d’échanges (donneries, Ressourcerie de la Dyle, etc…) créatrices de liens sociaux. Il encourage aussi à créer son propre compost.

Les ouvriers chargés des collectes ne doivent plus manipuler les sacs, donc moins de douleurs dorsales, blessures et coupures…

Les déchets organiques récoltés peuvent être rentabilisés pour la bio-méthanisation, créatrice d’électricité, et le digestat sous forme de compost de qualité pour les agriculteurs.

Sans compter les sacs éventrés par les chiens, renards, fouines et autres corbeaux…

Depuis sa mise en place à Chastre, les services communaux n’ont pas eu connaissance d’une augmentation des dépôts sauvages ou de plaintes d’habitants.

Philippe Goubau Conseiller communal

Pour plus d’infos : phgoubau@skynet.be