L’état des cours d’eaux à Genappe : il faut agir !

Publié le dimanche 30 août 2015

Genappe, le 29 août 2015

Notre planète est en danger. Des mesures – parfois peu porteuses politiquement- doivent être prises pour diminuer notre empreinte écologique. Chaque année, nous consommons de plus en plus les réserves de notre terre sans lui laisser le temps de les reconstituer.

L’eau est de loin un trésor qu’il nous appartient de préserver. L’état des cours d’eau à Genappe est très préoccupant. Des efforts d’égouttage et d’épuration très importants sont en cours sur l’entité. Des stations d’épuration, dont la toute récente à Bousval, sont en service.

Malheureusement, si ces stations d’épuration fonctionnent correctement, elles sont bien loin d’être entièrement efficaces. ll y a deux raisons principales à cette situation.

La première est le fait que le réseau d’égouts est parfois très vieux à Genappe et que de l’eau dite « parasite » (de source, donc qui ne devrait pas être traitée) augmente considérablement le volume des eaux à traiter dans les stations. En diluant la matière organique, ces eaux naturelles rendent l’épuration moins efficace. Des projets sont à l’étude pour essayer de remédier à cet état de choses, mais cela prendra du temps pour se concrétiser.

La seconde est le manque de « charges ». Pour qu’une station fonctionne bien, les bactéries mises en oeuvre doivent être alimentées en matière organique abondante. Or elles le sont trop peu. Pour y rémédier, il « suffirait » d’augmenter la quantité et la qualité des eaux brutes qui arrivent aux stations et, par conséquent, le nombre de raccordements aux égouts. De nombreuses habitations sur notre commune envoient encore leurs eaux usées directement dans les ruisseaux, ou dans des égouts qui se déversent eux-mêmes dans les ruisseaux. Beaucoup d’autres ne sont pas encore reliées au collecteur.

Comment expliquer cette situation ?

Pour certaines, des difficultés techniques sont indéniables. Pour d’autres, l’aspect financier entre en jeu : un raccordement coûte cher et est à charge du propriétaire. Mais pour beaucoup d’autres, un manque d’information, de sensibilisation et de volonté expliquent le non-raccordement à l’égout. Étant donné les sommes considérables en jeu (construction des collecteurs, des égouts, des stations d’épuration, …) et l’avantage écologique et environnemental, il n’est pas normal que cette situation perdure à Genappe. Sans compter les exigences européennes dans ce domaine.

Le groupe Ecolo-Genappe sait que la commune travaille sur un « cadre administratif » qui tiendra en compte également l’environnement, et le raccordement aux égouts en fera partie. Il est en effet obligatoire pour tous de se raccorder à l’égout s’il existe. Mais dans la réalité, c’est loin d’être le cas. Il est également nécessaire d’informer et sensibiliser la population en général, et les intéressés en particulier.

C’est pourquoi Ecolo-Genappe a proposé, lors du dernier conseil communal du 25 août dernier, la création d’un groupe de travail « Assainissement des eaux usées » .

Et ce projet a été accepté à l’unanimité !

Ce groupe de travail aurait pour mission :

1. la réalisation d’un cadastre de la situation existante de l’égouttage sur la commune, y compris des bâtiments communaux, afin de cibler des actions d’information/sensibilisation en premier lieu dans les endroits les plus critiques.

2. la publication dans le journal communal et sur le site internet de la ville d’une série d’articles afin d’informer, de sensibiliser et de responsabiliser un public plus large et rappelant l’obligation de raccordement. Il pourrait également s’occuper de la distribution de toutes-boîtes, de l’organisation de visites (pour la population et pour les élèves des écoles), des stations d’épuration de l’entité, de visite de sites de captage d’eau réseau de distribution, avec exposition sur l’eau en général au même moment. Une collaboration avec l’IBW, l’IECBW, le contrat de rivière Dyle-Gette, Environnement-Dyle est d’ores et déjà envisageable.

3. La recherche de solutions pour remédier aux difficultés qu’une partie de la population peut avoir pour se mettre en règle (prêts sans intérêts, primes).

Enfin, Ecolo-Genappe propose la suppression de la taxe communale de 125€ pour le raccordement aux égouts. Celle-ci est contreproductive et vient s’ajouter aux frais déjà importants du raccordement.

Le Collège communal composera ce groupe de travail, et nous savons déjà que l’IBW en fera partie. Ecolo suivra de près ce dossier, afin de s’assurer qu’il aboutisse à des progrès sunstantiels de la qualité des eaux de nos rivières.

Philippe Goubau, Conseiller communal

phgoubau@skynet.be