Chroniqueur : Daniel Detienne
Public : seulement quatre personnes, chroniqueur compris !
Journalistes : Vincent FIFI  –  Simon BREEM (un nouveau – L’Avenir)
Conseillers absents : Tiffany FEVERY (P.S) – Anne BEGHIN (Ecolo) excusée.

Un conseil communal en vase clos, relativement court et axé principalement sur la reconduction, en 2018, des taxes communales (10 points – de 5 à 15). Ecolo s’est opposé à toutes ces taxes au motif principal qu’elles seront votées sans connaissance préalable des dépenses qui seront engagées l’année prochaine. Suite à une intervention de JF Mitsch (pt 16), le bourgmestre, fidèle à l’image de son parti, pourfendeur des services publics, a justifié préférer l’entreprise privée par cette logorrhée révélatrice « le privé, jamais absent ou malade ». Franche spontanéité trahissant sa haute considération des agents communaux ! Conscient de son excès de vérité, il a aussitôt ajouté que cette remarque ne concernait pas son personnel communal ni le service travaux en particulier.

Gérarement entendu cela mais, tu l’as dit bouffi !

ORDRE DU JOUR  – SEANCE PUBLIQUE

1. Finances – Fabrique d’église de Baisy-Thy – Budget 2018.
Part communal pour équilibrer le budget : 7779 €
VOTE : P.S (Abst)

2. Finances – Fabrique d’église de Glabais – Budget 2018.
Part communale pour équilibrer le budget : plus de 18.000 € (à vérifier au dossier)
VOTE : P.S (Abst)

3. Finances – Fabrique d’église de Houtain-le-Val – Budget 2018.
Part communale pour équilibrer le budget ordinaire : 3786 € – Extraordinaire : 15.300 €
VOTE : P.S (Abst)

Ces trois points qui engagent des dépenses importantes pour équilibrer les budgets des fabriques d’église (il y en a huit à Genappe), ont été votés en 3 minutes !

4. Finances – Finances – Marchés de services – Marché d’emprunt pour le financement des dépenses du budget extraordinaire 2017 – Approbation des conditions et du mode de passation.
Marché attribué à Belfius.

Jean-François MITSCH (P.S) : Pourquoi est-ce toujours Belfius qui répond depuis des années et qui emporte le marché ? Comment faire pour étendre la compétition entre d’autres  opérateurs financiers ?

Réponse (G.C) : c’est la dernière fois en 2018 car pour les prochaines années, nous mettrons en concurrence d’autres banques.

VOTE : ECOLO (Abst)

5. Finances – Règlement de taxe – Centime additionnel au précompte immobilier – Exercice 2018.
Centimes additionnels au précompte immobilier : 1950 centimes

Tanguy ISAAC Ecolo) : concernant les finances, le bourgmestre peut-il nous faire un exposé quant à l’esquisse budgétaire pour l’année 2018, les équilibres choisis entre les différentes taxes et redevances pour lesquelles la commune à la liberté du niveau (c-à-d à l’exclusion des prélèvements pour lesquels l’application du coût-vérité est obligatoire).

Réponse (G.C) : le Collège élabore le budget 2018 qui sera présenté au conseil en décembre prochain. Vous n’avez pas à vous immiscer dans la préparation du budget qui est de la seule compétence du Collège communal. La tutelle en a reçu une ébauche, fin septembre, mais doit recevoir les règlements taxes avant le 14 novembre, raison pour laquelle ils doivent être votés aujourd’hui.
Les groupes de l’opposition seront invités à la commission finance pour discuter du budget.  Malgré d’importantes modifications (zone de secours par exemple), la situation est saine et permet de faire face à l’indexation.

J-F MITSCH (P.S) : les centimes additionnels sont inchangés mais les taxes indirectes augmentent ! Ces taxes indirectes sont proportionnellement plus handicapantes pour les habitants. Ne serait-il pas possible de modifier cette logique ? Ainsi, quand on ajoute une taxe de 30 € (voirie) à celle de 80 € (immondices) à d’autres encore, en fin de compte, cela représente beaucoup d’argent pour les bas revenus !

André DUBOIS (P.S) : le fonds des communes pénalise les communes qui ne s’alignent pas sur le taux moyen de la Région wallonne !

Réponse (G.C) : Aucune taxe indirecte n’a augmenté. Toutes celles qui suivent sont inchangées pour 2018. Ces taxes communales ne peuvent pas être adaptées aux revenus des citoyens. Seul l’I.P.P. est proportionnel aux revenus. Quant à la pénalité du fonds des communes à celles qui étaient en dessous du seuil régional, c’est terminé maintenant

VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

Commentaire du chroniqueur : ce premier point, traitant des taxes communales, est le seul qui a vraiment donné lieu à un débat plus ou moins animé entre Ecolo, P.S et le bourgmestre, notre grand argentier. Comme chaque année, la même rengaine : tout va très bien, monsieur le marquis ! Toutes les autres taxes ont été votées avec le même enthousiasme par le M.R et le CDh  (sur une liste commune en 2018 ?) tandis qu’Ecolo se réfugiait dans une opposition tenace et que le P.S s’abstenait systématiquement, l’un et l’autre insatisfaits du sempiternel discours du leader d’une majorité amorphe mais ravie de l’entendre glousser le statu quo des taxes communales !

6. Finances – Règlement de taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques – Exercice 2018.
I.P.P : 7% – maintenu
VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

7. Finances – Règlement complémentaire de taxe sur la délivrance de documents administratifs – Exercice 2018.
Carte d’identité : 20 € – inchangé.

Tanguy ISAAC (ECOLO) : la taxe diminue suite à l’augmentation du prix du fédéral ? Pourquoi n’y a-t-il pas de gratuité pour les C.I électroniques pour les enfants de moins de 12 ans

Réponse ( G.C) : La taxe sur les C.I est maintenue à 20 € mais comme le prix à augmenté, c’est la commune qui perd un peu de son bénéfice et à Genappe, on n’applique pas la gratuité.

VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

8. Finances – Règlement redevance concernant le traitement des dossiers d’urbanisme – Exercices 2018 à 2019.
9. Finances – Règlement redevance concernant les frais de formalités d’enquêtes publiques d’urbanisme et annonces de projet – Exercices 2018 à 2019.
10. Finances – Règlement de taxe sur les demandes d’autorisation d’activités relatives au permis d’environnement aux implantations commerciales- Exercices 2018 à 2019.

Le bourgmestre demande de voter en bloc ces trois redevances dont les règlements ont déjà été adoptés antérieurement mais que la ville doit adapter au nouveau CDt.

VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

11. Finances – Règlement de taxe relative à la salubrité et propreté publiques – Exercice 2018.
30 € par ménage
VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

12. Finances – Règlement de taxe sur les parcelles non bâties – Exercices 2018 à 2019.
VOTE : ECOLO (Contre ) – P.S ( Abst)

13. Environnement – Finances – Déchets – Coût vérité- Budget prévisionnel 2018.
A Genappe, ce coût vérité représente 95% des dépenses réelles via la vente des sacs poubelles.

Tanguy ISAAC (ECOLO) : quels sont les efforts effectués par la commune pour diminuer les coûts liés aux traitements des immondices en général ?

Réponse (G.C) : les efforts ne sont pas faciles à faire pour diminuer le volume des déchets et le coût de leurs traitements. La charge annuelle par habitant reste constante.

Christophe Hayet (M.R) souligne une très légère diminution chaque année, environ 1kg/an/habitant – cela reste insignifiant par rapport au volume total.

Philippe GOUBAU (ECOLO) : le système des poubelles à puces (pesées automatiquement à chaque  passage du camion) que nous avons proposé est un moyen efficace pour diminuer le poids des ordures ménagères ! Réponse : ce système sera mis en œuvre, en 2020 !

VOTE : ECOLO (Contre)

14. Finances – Règlement de taxe sur l’enlèvement et le traitement des immondices ménagères – Exercice 2018.
VOTE : ECOLO (Contre) – J-F MITSCH (Abst)

15. Finances – Règlement redevance pour les sacs poubelle destinés à l’enlèvement des déchets ménagers – Exercice 2018.
VOTE: ECOLO (Contre) – J-F MITSCH (Abst)

16. Travaux – Marché de travaux – 976 – Réalisation de dispositifs anti-coulées de boues et inondations à divers endroits du territoire de Genappe – Approbation des conditions et du mode de passation – Décision.
Ce marché s’élève à 181.666,23 € hors TVA ou 219.816,14 € TVAC (21%).

Philippe GOUBAU (ECOLO) : Quelles variétés de haies seront-elles plantées pour empêcher ces coulées de boue ? Le cahier des charges ne précise pas s’il s’agit de variétés locales !

J-F MITSCH (P.S) : ces travaux ne pourraient-ils pas être réalisés par le service travaux de la commune ? N’est-ce pas une opportunité d’engager du personnel supplémentaire pour planter ces haies et pour les entretenir par la suite ?

Réponse (G.C) : NON ! Le service travaux à déjà trop de boulot actuellement, avec les feuilles qui tombent, il faut deux camions tous les jours pour les ramasser. Il s’agit d’un travail exceptionnel, qui sera confié à une entreprise privée. Le privé, n’est jamais absent ou malade !

Christophe HAYET ( M.R) – Echevin des travaux avec Rembert VANDAMME : il y a une trentaine de lieux d’intervention dans la commune. Aude Roland (Conseillère en Environnement) a précisé les variétés de haies à planter qui varieront en fonction des lieux.

VOTE : J-F MITSCH (Abst)

17. Travaux – Travaux – Marché de travaux – 964 – Marché de travaux pour l’installation d’un espace multisports – Approbation du cahier spécial des charges modifié, des conditions et du mode de passation.

Ce point est déjà passé devant le conseil communal en janvier 2014 mais doit être revoté suite aux modifications des lois concernant les marchés publics. Le subside de la région wallonne s’élève à 88.000 €.

Tanguy ISAAC (ECOLO) : Ecolo a toujours été très critique par rapport à l’emplacement de ce projet. Le retour de ce dossier en conseil communal est une opportunité pour l’amender. Nous proposons de reconsidérer son emplacement entre le ballodrome et la chaussée de Charleroi, là où se tient le marché le samedi matin. Notre proposition aurait comme avantage de diminuer l’emprise sur la zone herbée ce qui est positif pour l’agrément et pour la perméabilité des sols et, peut-être, des coûts moindres vu que cet espace est déjà macadamisé.
Quant au marché du samedi, il pourrait être délocalisé à un autre endroit. Des solutions existent : sur le ballodrome – sur une partie de la rue de la Station – sur la place de l’Église. Les voitures qui se parquent là devront aller ailleurs mais il n’y a aucun manque de places avéré à cet endroit de Genappe.

Réponse (G.C) : les commerçants sont demandeurs pour disposer de cet espace et nous ne l’affecterons pas à l’espace multisports qui ne dénature pas le site. L’endroit où il sera installé est idéal. Le ballodrome, lui, est un espace sécurisé pour les enfants. Si le dossier revient c’est suite à une modification des marchés publics, le collège n’a aucune intention de changer d’avis et les commerçants du coin ne veulent plus que la rue de la Station soit fermée au trafic pour le marché ou d’autres activités.

André DUBOIS (P.S) : sur le site, ne pourrait-on installer une plaque rappelant qu’un château existait auparavant à cet endroit ? Des explications quant à l’histoire de son implantation et de sa démolition pourraient retenir l’attention des utilisateurs du Ravel et des promeneurs ?

Commentaire du chroniqueur membre du Cercle d’histoire de Genappe : bonne idée, mais le château n’était pas à cet endroit mais plutôt dans l’îlot constitué par la rue de la Station et la rue Château Lothier. Les membres du conseil communal ignoraient ce détail malgré la très belle exposition organisée par le cercle d’histoire lors des journées Louis XI, les 9 et 10 septembre derniers. Sarah Hermans, Jérôme Leclerc et le bourgmestre qui l’avaient visitée en compagnie du gouverneur l’avaient-ils déjà oublié ?

VOTE : ECOLO (Abst)

18. Travaux – Travaux – Marché de travaux – 966 – Aménagement de places de parking à la Plaine communale – Approbation des conditions et du mode de passation – Décision.
Aménagement de 62 nouvelles places de parking autour de la plaine Beghin. Le revêtement sera composé de dalles en béton alvéolées et gazonnées.

Philippe GOUBAU (ECOLO) : On souffre une nouvelle fois de l’absence d’une vision cohérente et partagée sur la politique de mobilité et de parking dans le centre de Genappe. Le plan Google joint au dossier montre que le parking actuel n’est pas rempli et le P.C.M (Plan Communal de Mobilité) montrait qu’il y avait suffisamment de places de stationnement dans le centre.

Réponses énervées de Renaud VAN PETEGHEM (M.R) et du bourgmestre (G.C) : comment pouvez-vous dire des choses pareilles ? Venez voir. Tous les jours le parking Beghin est plein ! Passez le soir, il ne désemplit pas ! Soyez un peu attentif aux réalités et aux souhaits des commerçants et des gens ! Dire qu’il y a assez de place c’est … (n’importe quoi) !

Tanguy ISAAC (ECOLO ) : deux études commandées par la commune lors de l’élaboration du plan de mobilité ont démontré que le nombre de place de parking était suffisant à Genappe. Vous préférez ne pas les écouter. Un parking rempli à 50 % paraît être plein. Je passe aussi régulièrement sur place et il y a toujours des vides. Les vues de Google Map montrent que des parkings sont souvent libres et, même, le responsable de la police estime que bien gérées, les places de stationnement sont suffisantes.

Réponse toujours aussi irritée et même sarcastique du maïeur : les parkings dans le centre sont indispensables pour tous les utilisateurs des infrastructures proches (Centre Culturel – salle omnisport – maison des jeunes – commerces, banques, …). Il en faudrait plus pour répondre à la demande car je ne pense pas que tous ces gens viendront dans le centre à vélo ! Le Collège a commandé une nouvelle étude de mobilité et de stationnement dans le centre.

Pour démontrer qu’on a raison ! (ajouté par le chroniqueur).

Tanguy ISAAC (ECOLO) : Ces nouveaux parkings (62 places en plus) autour de la plaine seront surnuméraires. La gestion globale des parkings manque de visions et de projets comme le soulignait déjà le plan de mobilité : aucune zone 30 dans le centre, piste cyclables inexistantes, plan de circulation inexistant, affichage des lieux et du nombre de parkings inexistant, … Combien d’études vous faudra-t-il pour vous convaincre ?

JF MITSCH (P.S) : une signalisation de qualité permettrait de diriger les automobilistes vers les parkings. (Mme Tock souffle dans l’oreille de son patron que des panneaux ont été commandés). Ne faudrait-il pas organiser une concertation avec tous les acteurs (commerces, police, conseillers communaux, commission de circulation, associations, …) pour trouver des solutions ? Qu’attend-t-on ?

Réponse agacée (G.C) : ils seront associés à cette nouvelle étude ! (la troisième sur le même thème). Quant à la maison Beghin (14, rue de Bruxelles), je me suis exprimé dans la presse à titre personnel, elle doit disparaître pour élargir l’entrée de la plaine. La décision n’a pas encore été prise en collège, mais c’est mon droit, en tant que bourgmestre, de dire ce que je pense quand des journalistes me posent des questions. M’enfin ! (ajouté par le chroniqueur).

VOTE : ECOLO (Contre) – JF MITSCH (Abst)

19. Travaux – Marché de travaux – 977 – Réalisation d’une aire de jeux à Baisy-Thy – Approbation des conditions et du mode de passation – Décision.
Ce dossier a déjà été traité en octobre 2016 mais il revient en conseil communal à la demande d’Infrasport. Les problèmes de sécurisation des lieux avaient déjà été évoqués à l’époque.

JF MITSCH (P.S) : la vitesse sur la route de Tangissart devrait être réduite à 30 km/h par des dispositifs adéquats (effet de porte, plateau, … ) pour réduire le danger à l’approche de l’aire de jeux. Ne serait-ce pas utile de diriger le dossier vers la commission circulation ?

Olivier MAINFROID (CDh) : qui remplace Gérard BOUGNART depuis janvier 2017 et qui ne connaissait donc  pas le dossier, s’inquiète de la dangerosité du lieu. Il estime que comparativement aux aires de jeux de Loupoigne (Chenoy), Genappe (plaine), Vieux-Genappe (Cressonnière), celle de Baisy-Thy plus proche d’une route rapide, lui semble moins sécurisée pour les enfants. Il ajoute qu’une implantation à côté de la salle St-Roch ou dans la rue adjacente aurait été plus judicieuse et qu’il n’y mettrait certainement pas ses enfants !

Réponse ( G.C) : l’espace sera clôturé et l’accès de l’aire de jeux se fera par la rue Chêniat. En outre, ce sont les baisytois qui ont choisi cet endroit.

Ce n’est donc pas notre problème ! (ajouté par le chroniqueur).

VOTE : JF MITSCH (P.S) (Abst)

20. Travaux – Marché de fournitures – 973 – Achat d’un nouveau camion pour le service des Travaux – Approbation des conditions et du mode de passation
Double emploi avec le point 21 ! Ce point est retiré !

21. Travaux – Travaux – Marché de fournitures – Achat d’un nouveau camion pour le service des Travaux – Approbation des conditions et du mode de passation – Décision.
Ce nouveau camion au tonnage plus élevé remplace un autre plus petit.

JF MITSCH (P.S) s’informe quant au type de motorisation et demande si un moteur au LPG ne pourrait pas remplacer les habituels moteurs Diesel polluants.

Rembert VANDAMME (M.R) ajoute que ce camion porte-conteneurs aura une charge au sol de 26T alors que celui déclassé avait une charge au sol de 19T. Il précise que l’ancien camion n’avait une charge utile que de 5T alors que celle du nouveau camion passera à 20T. Le moteur sera toujours un Diesel car le gabarit ne permet pas d’autres modes de moteur. D’apr§s lui, le moteur de nouvelle génération pollue nettement moins et il l’explique par la modification du circuit d’échappement du moteur qui polluait davantage dans le passé.

Bref, une réponse technique d’un expert en camions qui en possède une belle flotte depuis des décennies.

Le bourgmestre, ironique, souligne qu’aucun camion électrique de cette capacité n’existe sur le marché ! Il ajoute, qu’avec ce nouveau camion on ne fera plus qu’un seul transport quand il en fallait quatre avec l’ancien !

Commentaire du chroniqueur : à y regarder de plus près, il semblerait que les chiffres cités par l’expert sont mécaniquement incohérents. En effet, si la charge totale au sol de l’ancien camion était de 19T et qu’il ne pouvait transporter que 5T, son propre poids (tare) s’élevait donc à 14T. Le nouveau camion, lui aura une charge utile de 20T pour un poids total au sol de 26T, soit une tare de 6T. L’explication semble logique mais alors, comment comprendre que le nouveau camion qui sera 2,33 fois moins lourd que l’ancien (6T au lieu de 14T), aura une charge utile 4 fois plus importante que l’ancien (20T au lieu de 5T). Bref, comment un camion, plus léger, peut-il transporter une charge quadruplée ? Il me semble que plus la charge est importante plus le véhicule qui la transporte doit être plus solide et que, forcément,  il est aussi plus lourd. La résistance des matériaux a ses limites !

Or, d’après les explications fournies par l’échevin/transporteur/expert Vandamme, c’est apparemment l’inverse ! Il doit sans doute y avoir une raison mais qui m’échappe, à moins d’une grossière erreur de communication verbale en conseil communal !

VOTE : JF MITSCH (P.S) ( Abst)

22. Travaux – Travaux – Déclassement de véhicules et engins du Service des Travaux – Décision.
Un camion de 1997, un tracteur, une barre faucheuse, … usés et mis en vente.

VOTE : UNANIMITE

23. Ressources humaines – Règlement sur la Politique de la sécurité de l’information – Adoption
24. Ressources humaines – Charte des Utilisateurs du Registre de la Population et du Registre National – Adoption
25. Ressources humaines – Charte de bonne conduite informatique de la Ville de Genappe – Adoption

Ces trois points doivent repasser devant le conseil communal car ils n’avaient pas été concertés avec le CPAS. Ce qui a été fait.

VOTE : UNANIMITE

Point supplémentaire à la demande de M. Jf Mitsch Conseiller communal
Motion : Revitalisation du quartier Mintens.

JF MITSCH expose le point. Il rappelle qu’il avait déposé une motion semblable en mars 2016 mais que depuis lors aucun projet n’avait vu le jour. L’achat du n° 23, rue de Charleroi (quincaillerie Vandeloise) qu’il avait suggéré au moment de l’affichage de la vente en 2016, sera seulement officialisé fin de cette année ! La démolition, pourtant programmée pour fin 2016 du n° 25 (ancienne boulangerie sur le coin de la rue Mintens) n’est toujours pas réalisée. Il demande une vision globale sur l’aménagement de l’ilot Mintens intégrant d’autres acquisitions telles le n° 31, rue de Charleroi (notaire Evrard) ainsi que les anciennes Galeries du Meuble. Il souligne que les réserves financières de la commune permettent une politique d’achat ambitieuse et souhaite une réelle participation citoyenne dans tout projet. Face à tous ces enjeux, il propose une motion avec cinq propositions :

1- Charger le Collège communal d’envisager           avec la commission de rénovation urbaine la mise en place d’un concours d’architecture couvrant l’ensemble du quartier Mintens (du carrefour du centre aux anciennes Galeries du Meuble) et définir avec les habitants dans un processus participatif, les éléments à prendre en compte dans ce projet.
2 – Analyser le meilleur montage de PPP (Partenariat Public Privé) possible pour mettre en œuvre la revitalisation.
3 – Acquérir le 31, rue de Charleroi.
4 – Acquérir les anciennes Galeries du meuble, rue de Charleroi.
5 – Désigner un bureau d’études pour lancer une étude participative sur le centre de la commune.

Réponse (G.C) : un marché de services a été lancé pour réaliser un Master Plan sur l’ensemble de l’ilot Mintens. Le bureau d’études A.B.R de Bousval a été désigné et le travail va bientôt commencer. Des rencontres avec les riverains, la CCATM, la commission de Rénovation Urbaine, le conseil communal, le collège auront lieu pour adapter ce plan. Cette large concertation est nécessaire pour ne pas partir de rien mais d’un plan initial que chacun pourra amender. Dès que ce Master Plan sera établi, le Collège lancera un appel à projets. C’est la modification que le Collège fait à votre motion.

Tanguy ISAAC (ECOLO) : Nous avons pris connaissance de la motion de JF Mitsch. Ecolo abonde sur l’importance d’avoir une vision globale, d’élargir le périmètre de l’ilot Mintens et d’intégrer les citoyens à tous les stades de la réflexion. Comme vous l’avez précisé, le collège nous présentera sous peu un projet soutenu par une large participation citoyenne.
Cependant, il ne faudrait pas que cette participation soit édulcorée comme ce fut le cas lors de l’élaboration du P.C.M. Lors de l’élaboration de ce plan, aucune voix des riverains du centre de Genappe ne fut entendue. Il faudra ramener la confiance car les gens pensent que vos consultations populaires n’aboutissent à rien ! Comment, cette fois-ci,  allez-vous faire face aux avis de la population s’ils sont contraires à ceux du  Collège ? Le cadre de ces consultations n’est pas très clair. Il faut un travail structuré sans quoi le suivi  des réunions risque d’être catastrophique comme dans le passé et les gens se démobiliseront très vite.

Réponse (G.C) : toujours irrité : la population sera largement consultée sur un plus large périmètre. Un plan sera présenté par le bureau A.B.R et servira d’ébauche contrairement à la page blanche comme vous le suggériez auparavant ! Quant aux anciennes Galeries du Meuble, elles ont été rachetées par un développeur. Le permis octroyé précédemment à V-Projet n’est pas caduque mais il n’est plus d’actualité. Par exemple, le bâtiment à front de rue n’est plus destiné à des bureaux. Un nouveau permis sera donc imposé. Concernant le n° 31, le collège négocie avec le propriétaire mais nous avons déjà une belle maîtrise du foncier dans la rue de Charleroi.

JF MITSCH (P.S) : Il faut prévoir des réunions d’information et de travail le plus en amont possible de ce plan. Si les riverains pourront le casser, il faut préalablement les informer, les documenter (voir ce qui se fait ailleurs, visiter des sites) pour leur montrer ce qui est possible de faire.

Réponse (G.C) : Oui, c’est nécessaire d’informer préalablement la population, raison pour laquelle nous avons demandé à A.B.R de se faire aider par un professionnel des débats, la société ESPRIT. Il demande à JF Mitsch s’il souhaite maintenir sa motion. Celui-ci acquiesce du bout des lèvres sur la modification apporté par le Collège. Finalement, à la demande de Philippe GOUBAU, le bourgmestre lit la motion du collège incluant l’adoption du Master Plan, la participation citoyenne et la globalisation du dossier (sauf le rachat des Galeries du meuble et du bâtiment n° 31).

Vote : UNANIMITE

Point supplémentaire à la demande de M. JF Mitsch Conseiller communal
Motion : Piscine sans chlore et accessible à tous.

JF MITSCH expose sa motion : la lecture d’ouvrages médicaux montre que le chlore utilisé dans les piscines est à l’origine d’asthme chez les jeunes enfants. Le principe de précaution demande de modifier le traitement de l’eau en remplaçant le chlore par des mécanismes naturels. De quelle manière ce principe pourrait-il être intégré si la piscine devait être privatisée comme vous l’annonciez au conseil communal précédent ? Ce principe pourrait-il être cadenassé dans la convention qui serait passée avec l’opérateur privé ? Beaucoup d’écoles de Genappe proposent la natation aux enfants et cela occasionne des frais importants pour les parents et le P.O. Ce serait intéressant d’avoir une piscine couverte pouvant accueillir les enfants durant les périodes scolaires. En cas de privatisation, la commune pourrait-elle avoir un contrôle sur les prix pour accéder à la piscine ?

Réponse (G.C) : le collège reprendra les discussions avec l’éventuel repreneur privé en novembre. La piscine aura les mêmes dimensions que celle d’aujourd’hui mais sera couverte.
En cas de reprise par un opérateur privé qui se chargerait des travaux, le collège imposerait un traitement de l’eau sans chlore. Quant au prix, il est encore trop tôt pour en discuter. Cependant, il est évident que la commune appliquerait des tarifs préférentiels pour les écoles, les groupes, les familles défavorisées, … à l’instar des prix pour les plaines de jeux durant les vacances.
Suite à votre motion, le collège fait la modification suivante : le collège se charge des conditions de reprises par le privé (chlore, négocier les prix, …) qui est mise au vote.

Vote : UNANIMITE

Trois points supplémentaires demandés par le bourgmestre
a) Voyage à Bruxelles le 31.10
b) Corrida de Noël – fixation des prix : 5€ prévente – 7€ sur place. Le bénéfice sera versé aux enfants d’Haïti.
c) Engagements de dépenses supplémentaires pour 2017 : 3000 € pour les pécules de vacances d’agents démissionnaires.

Ces trois points (pour lesquels l’urgence n’a pas été demandée ce qui est un vice de procédure) ont été adoptés à l’unanimité.

Secrétariat communal – Divers.

1 ) – Philippe BOUBAU (ECOLO) : Concernant le taux des pesticides dans les cours d’écoles, il faudrait aussi intégrer l’école communale de Loupoigne dans l’étude qui sera réalisée par la province.

Réponse (Stéphanie BURY et G.C) : la situation de toutes les écoles et des crèches ont été revues et des contacts sont pris avec les agriculteurs. Ce point sera analysé par la commission agriculture. On a déjà bien avancé sur le sujet, la Province à transmis nos remarques au SAMI.

2) – Tanguy ISAAC (ECOLO) : Concernant le financement de la  bibliothèque communale, notre députée Hélène Ryckmans à transmis une question à la ministre de la Communauté Wallonie Bruxelles. Celle-ci (Alda Greoli) n’aurait pas pris connaissance de la motion du CC. Pourquoi ?

Réponse (Vincent GIRBOUX – M.R) : nous avons reçu un courrier de la ministre, il y a environ 10 jours, qui nous informait qu’elle s’engage à financer les 22 bibliothèques en carence financière, dont la nôtre.

3) – JF MITSCH (P.S) : concernant le radon, ce gaz qui provoque des cancers, ne serait-il pas utile de répéter le message via le journal de Genappe pendant plusieurs mois d’affilée (décembre- janvier – février). Ne serait-il pas aussi opportun de sonder les bâtiments publics et les logements sociaux ?

Réponse (G.C) : on ne voit pas d’inconvénients à relayer l’information plusieurs fois dans le journal communal. Concernant les logements publics, nous enverrons un courrier dans ce sens au gestionnaire Notre Maison.

Fin de la séance publique à 9H35.

Share This