Chroniqueur: Bernard Löwenthal

Sont absents : Kevin Paulus (MR) et Tiffany Fevery (PS).

Contexte et préambule

Peu de public (6 personnes dont 3 écolos !) et de journalistes (2) pour suivre ce « petit » Conseil communal de fin de législature (déjà ?! seulement 16 points).

Le Conseil commence par une longue présentation (mais intéressante) de la Zone de secours du Brabant wallon. S’en suit un débat sur le budget, puis deux présentations de Stéphanie Bury pour répondre aux points rentrés par nos mandataires. La présentation ne répondait pas à toutes nos attentes (malgré le délai d’un mois qu’on leur avait laissé pour préparer) mais on peut noter l’effort fait pour essayer de nous répondre.

Un de nos deux points a abouti à l’obtention d’une table ronde sur l’enseignement (nouveau nom pour la commission, plus ouverte et mixte, comme on le voulaitJ). L’autre n’a pas été accepté mais la commune s’est engagée à faire des analyses sur les pesticides dans les écoles. Au moins les élus ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas…

Le Conseil finit de manière tendue suite à un nouvel exemple de manque absolu de respect du Bourgmestre envers la minorité. Il a refusé à Jean-François Mitsch d’intervenir ! Et a souligné aussi que c’est la faute des mandataires s’ils n’ont pas lu une pièce ajoutée au dossier la veille du Conseil (la plupart des conseillers de la minorité préparent évidemment bien avant et ne peuvent pas deviner ces ajouts…). Le public, peu nombreux malheureusement, était estomaqué par ce comportement déplorable.

Enfin pour terminer ce préliminaire, soulignons l’attitude presque caricaturale du CDH. Les élus humanistes appuient systématiquement le MR, jouant la carte de l’allié devenu fidèle.

 

  1. Secrétariat communal – Programme pluriannuel de politique générale de la de la Zone de secours du Brabant wallon – Approbation.

Le major Filleul a présenté de manière détaillée la situation actuelle et le programme pluriannuel de politique générale de la Zone de secours du Brabant wallon, zone créée en même temps que notre Province en 1995.

Je ne vais pas résumer ici tout ce qui a été présenté. Les principales difficultés qu’ils rencontrent sont :

  • Statut pécuniaires anciens sont conservés (différences d’une caserne à l’autre) ;
  • L’aide médicale urgente mobilise trop de monde ;
  • Les pompiers volontaires sont disponibles quand ils le veulent (avant c’était imposé), ce qui est beaucoup moins efficace ;
  • Le temps de formation d’un pompier volontaire est très long (268 h/pers) et ne peut être fait que le samedi. Ça prend donc 1 an et demi.

Le budget est en croissance étant donné l’engagement de 18 pompiers professionnels supplémentaires. Ils en souhaitaient même 60 pour pouvoir faire une permanence à Villers-la-Ville et 24h/24 à Jodoigne.

La caserne de Villers la Ville existe mais est vide, les recrutements étant difficiles.

André Dubois (PS), alarmiste : Le budget augmente et va encore augmenter. Qu’est-ce qu’on fait des volontaires ? Le major répond qu’on continue à utiliser des volontaires quand il y en a (quand ils sont disponibles). Ils ont choisis de ne les utiliser que quand c’est nécessaire (ils n’attendent pas dans les casernes). Coût par habitant : 44-45 € (pour plus de 100 € dans des zones plus professionnalisées).

Anne Beghin (Ecolo) demande ce qui freine le recrutement.  Le major explique que c’est dû au fait qu’ils veulent devenir pro plutôt que rester volontaires. Que le niveau physique attendu est un filtre important et qu’il faut avoir réussi une épreuve fédérale avant de pouvoir postuler.

Anne Beghin demande si la communication est suffisante. Le major explique que non et qu’il va falloir le faire.

Anne Beghin trouve qu’être volontaire c’est faire preuve de solidarité, altruisme, générosité,… et que c’est sans doute sur ces valeurs qu’il faut communiquer pour attirer de nouvelles recrues. Le major confirme mais explique que les pompiers ont l’impression de n’être qu’un numéro dans une multinationale.

Anne Beghin demande s’il y a des femmes pompières. Le major répond qu’il n’y en a qu’une (et une malade). Ils ont très peu de candidates alors qu’il n’y a pas de raison physique empêchant les femmes d’être pompières.

Jean-François Mitsch (PS) demande l’impact budgétaire de la prévention. Le major répond en expliquant qu’ils ont analysé 2500 permis + les réunions de sécurité pour les événements. Mais il ne répond pas vraiment à la question.

MR, Ecolo et CDH approuvent, le PS s’abstient par manque d’informations.

  1. Commission agriculture – Organisation d’un voyage dans la Région de Durbuy- Tarification.

Anne Beghin (Ecolo) : 50 € c’est cher pour les jeunes et certaines personnes. Est-ce qu’il y a quelque chose prévu pour les aider ?

Stéphanie Bury (MR) répond que si les organisateurs sont contactés confidentiellement, ils cherchent une solution.

Anne Beghin se plaint que c’est de nouveau en semaine… « Systématiquement nous soulignons les mêmes choses et systématiquement nous ne nous sentons pas entendus. Pourquoi ces « voyages » sont-ils  systématiquement organisés en semaine ? »

Stéphanie Bury répond que c’est une décision de la commission. Ils ont organisé l’excursion vers la Foire agricole de juillet à Libramont, en semaine, et ça n’avait pas eu de succès. Benoît Huts (CDH mais déjà dans son rôle de candidat sur la liste du bourgmestre) renforce ce que dit Mme Bury ce qui fait rire Gérard Couronné…

Approbation à l’unanimité.

  1. Finances – Budget communal – Exercice 2017 – Modifications budgétaires n° 2 – Services ordinaire et extraordinaire- Approbation.

Gérard Couronné (MR) lit tous les changements à l’extraordinaire (obligatoire –  on ne peut pas avoir des réserves extraordinaires non affectées. Donc ils l’affectent). Fastidieux et impossible à suivre du public qui n’avait pas le document.

Le changement le plus important est la suppression du budget pour la place de Bousval, reporté en 2018, et l’ajout du budget pour la traversée de Bousval (voir plus bas).

Il annonce aussi être en contact avec un repreneur de la piscine communale. Il la reprendrait et la couvrirait avant l’été. Elle pourra servir pour les écoles.

André Dubois (PS) demande pourquoi le budget pour sablage de la façade de l’école de Loupoigne n’est pas repris. G. Couronné répond que ce sera le cas en 2018.

Philippe Goubau (Ecolo) s’étonne qu’on prenne du retard pour la Place de Bousval. Pourquoi, aussi, le budget pour l’étude initiale a-t-il été reporté ? G. Couronné répond qu’il reste très peu de temps cette année (ndlr : ça ne fait que 30 ans qu’il est au pouvoir – on n’est plus à ça près…) et que de toute façon on ne peut pas faire les deux chantiers en même temps.

Olivier Mainfroid (CDH) s’étonne que des budgets pour la piscine restent inscrits à l’extraordinaire alors qu’existe un projet de privatisation. G. Couronné répond que c’est au cas où, la reprise par le privé capoterait.

Tanguy Isaac (Ecolo) faire remarquer que la piscine couverte sera privée. Il y aura donc un coût pour l’utilisateur. Pourquoi cette question n’a-t-elle pas été l’objet d’un débat en Conseil communal ? G. Couronné répond que le débat viendra quand la convention sera présentée.

MR, CDH et André Dubois pour. Jean-François Mitsch s’abstient. Ecolo vote contre comme pour tout ce qui concerne le budget. Il n’y a aucun changement de philosophie globale.

  1. Finances – Fabrique d’église All Saint’s – Budget 2018.
    5. Finances – Fabrique d’église de Bousval – Budget 2018.
    6. Finances – Fabrique d’église de Vieux-Genappe – Compte 2016.

RAS (approuvé par tous sauf le PS qui s’abstient).

  1. Travaux – Marché de travaux – 956 – Travaux d’égouttage divers – Année 2017 – Approbation des conditions et du mode de passation.

100.000 € TVAC – Approuvé à l’unanimité.

  1. Travaux – Marché de travaux – 954 – Réfection de diverses voiries dans le cadre du plan d’investissement 2017-2018 – Année 2017 – Approbation des conditions et du mode de passation.

668.000 € – procédure ouverte

Tanguy Isaac (Ecolo) intervient: Depuis le 30/6/2017, la règle des marchés publics a changé. En quoi cela a impacté ce dossier ? Christophe Hayet (MR) répond que rien n’a changé.

Tanguy insiste en disant que les lots de plus de 130.000 € doivent être subdivisés. Pourquoi celui-ci ne l’a-t-il pas été ?

Mme Tock répond que la loi ne prévoit pas le nombre de lots. Gérard Couronné explique qu’il ne voit pas l’intérêt de le faire.

Tanguy explique que le faire permet de favoriser les petites entreprises au niveau local. Cela a du sens de ne pas subdiviser si il y a des contraintes techniques qui l’empêche mais sinon ce n’est pas acceptable.

  1. Couronné dit qu’il a raison en théorie. Mais que ce ne sont pas des PME qui vont faire ces gros chantiers de voirie et qu’il n’y en a de toute façon aucune à Genappe capable de le faire.

Approbation à l’unanimité.

  1. Travaux – Marché de travaux – 962 – Réaménagement de l’Avenue des Combattants dans le traversée de Bousval – Approbation des conditions et du mode de passation. (Philippe)

Gérard Couronné (MR) explique avoir appris par hasard que le SPW allait remplacer l’asphalte sur l’avenue de Combattants dans la traversée de Bousval. Il a donc pris contact avec eux pour pouvoir faire des aménagements en même temps. Le SPW sera maître d’ouvrage mais tout ce qui est en dehors de la chaussée sera à charge de la commune. Ca va aller vite, l’entreprise sera désignée encore cette année (sur le budget 2017) et devrait donc commencer les travaux au printemps.

Philippe Goubau (Ecolo) demande pourquoi ne pas avoir utilisé le budget prévu pour la Place de Bousval. G. Couronné répond qu’ils n’avaient pas assez de budget pour les deux travaux (aménagement chaussée + place).

Philippe remarque qu’il n’y a aucune coordination avec le projet de réaménagement de la Place. G. Couronné explique que le SPW ne veut pas y toucher.

Approbation à l’unanimité.

  1. Urbanisme – Accord de modification d’une voirie communale dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisme pour la transformation d’une résidence pour personnes âgées et d’une habitation en un ensemble de 17 logements avec une salle commune, une garderie et des bureaux – Bien sis à Bousval, chemin de Wavre – Cadastré section D n° 69f – 69h – 70h – 13f.

Unanimité.

  1. Affaires générales – Petite enfance – Règlements d’ordre intérieur des MCAE (Maison Communale d’Accueil de l’Enfance), du service des accueillantes conventionnées et de la nouvelle crèche « Les Mini-Pousses ».

Anne Beghin (Ecolo) intervient : A Genappe il y a les accueillantes d’enfants et deux MCAE :

  • Les « Mini pousse » c’est le nom de la crèche de Bousval dont le tout nouveau bâtiment sera inauguré en décembre prochain. C’est le nom qui remplacerait le nom « Les Flibustiers » ?
  • Les petits bateaux (Espace 2000)

En juin dernier, lors du conseil communal et du point très polémique (l’opposition était unie sur ce sujet) de convention de partenariat entre la ville et l’IECBW garantissant une réservation de places au bénéfice du personnel de l’IECBW Stéphanie Bury avait dit que l’ONE avait approuvé. Or ce n’est pas le cas. L’ONE n’a pas marqué d’accord sur la réservation de places au profit de l’IECBW. L’ONE en juin a remis un avis négatif sur la réservation de 6 places. Or madame Bury avait assuré l’accord de l’ONE lorsque cela lui a été demandé en séance de juin. Elle a menti !

Concernant les conventions

  • Que veut dire, au niveau de l’article 2, « Conformément aux principes d’égalité et de non-discrimination et en tant que milieu d’accueil agréé par un organisme d’intérêt public, l’accessibilité du milieu d’accueil est assurée à tous les enfants, quelle que soit l’occupation professionnelle des parents ou leur temps de prestation » ???
  • Dans le même article on parle de refus d’inscription…peut-on connaître et le nombre de refus annuels et les raisons invoquées ?
  • La procédure d’inscription et la procédure de confirmation de l’inscription semblent bien complexe, compliquée et pas sûr que tout le monde comprend…Extrait « Les parents qui n’ont pas reçu de refus d’inscription confirment leur demande dans le mois à compter de l’échéance d’un délai de trois mois suivant leur demande initiale ». C’est clair ?:)))
  • Concernant les critères de priorités à l’admission
    • Cela pose question
    • Que les habitants de Genappe soient prioritaires cela semble évident. Pourquoi ne pas s’arrêter là en termes de priorité ?
    • Est-ce ainsi encore d’actualité que certains publics soient prioritaires eux aussi comme le personnel de l’administration, le personnel des écoles, le personnel du commissariat de police….car alors pourquoi pas le personnel de certaines associations telles que par exemple le Centre culturel ?
  • La période de familiarisation de l’enfant avant son entrée définitive est tout à fait acceptable en théorie mais est-elle toujours réaliste et réalisable. 5X2h pour les MCAE et encore beaucoup plus contraignants pour les accueillantes. Ce n’est pas réaliste pour toute une série de cas de figure comme les parents indépendants, les situations de déménagement, la complexité des familles recomposées, etc.
  • Les repas…..rien n’est indiqué concernant l’origine des aliments ? Et encore moins leur caractère Bio ?

Stéphanie Bury (MR) répond point par point :

  • Elle ne sait pas combien de refus d’inscription il y a eu. Surtout pour des gens n’habitant pas l’entité.
  • La procédure de confirmation est nécessaire selon elle : validation à la naissance,…
  • Les critères donnant priorité au personnel de l’administration, c’est leur choix de se limiter à ces 4-là.
  • Ils suivent les critères de l’ONE pour la période de familiarisation.
  • Les repas font l’objet d’un marché annuel dans lequel le caractère local est mentionné.

Approbation à l’unanimité.

  1. Affaires générales – Petite enfance – Crèche des « Mini Pousses » – Projet pédagogique – Approbation.(Anne)

Approbation à l’unanimité.

 

  1. Ressources humaines – Petite enfance – Modification des cadres du personnel de soin – Décision (Anne)

Approbation à l’unanimité.

  1. Secrétariat communal – Conseil communal du 26 septembre 2017 – Ordre du jour – Point supplémentaire à la demande du groupe Ecolo – L’enseignement communal à Genappe, perspectives.

Anne Beghin (Ecolo) résume le point et présente le contexte de cette nouvelle interpellation sur l’école. Elle souligne aussi que le point a été envoyé au collège fin août afin de laisser le temps à l’échevine de préparer son intervention.

  1. De quoi s’agit-il aujourd’hui?
  2. L’enseignement communal dont nous sommes le PO est absent des débats publics : il s’agit d’une matière absente en conseil communal sous prétexte qu’il existe d’autres lieux de débats tels les Conseils de participation.

Or…L’enseignement communal doit bénéficier

  • d’une vision globale sur ses missions actuelles et futures
  • d’une réflexion continue au profit de l’ensemble de ses acteurs (élèves, parents, équipes éducatives)
  • de changements, d’évolutions, de progrès dont nous, PO, avons les leviers et la responsabilité
  1. Genappe est une commune en mutation, nous devons en tenir compte pour toutes les matières communales, et ce comprise, l’enseignement:

– Arrivée de 1500 habitants d’ici 2030…et donc arrivée de nouveaux élèves

– Arrivée d’une, voire de deux écoles secondaires d’ici un an

  1. Ecolo souligne les manquements récurrents dans notre enseignement communal et trop de questions laissées en suspens depuis le début de la législature et pour les principales soulignons :

– L’accompagnement des enfants en difficultés scolaires

– L’évaluation des projets pédagogiques

– Le choix et l’évaluation des projets d’école

– L’évaluation des cantines scolaires

– Les classes de dépaysement

– L’apprentissage de la citoyenneté

– Les liens entre les différents acteurs de l’école, le climat d’école et l’autonomie des comités des parents

– L’écart entre PO-direction(s) et Parents

 

  1. Quelles sont dans ce cadre les 4 questions posées par Ecolo Genappe ?

Dans ce cadre Ecolo a posé 4 questions à madame Bury et attend donc en cette séance du conseil publique des réponses à chacune d’elles.

Quelles sont ces 4 questions?

  1. Quel est le projet d’école de chaque école communale ?
  2. Quelle est la politique menée au sein de nos écoles pour mettre en place
    1. Le décret devoirs de 2001
    2. Le décret citoyenneté den 2007
  3. Quelle est la politique du PO et ses propositions concrètes pour contrer les difficultés scolaires et l’échec scolaire. Nous savons que notre taux de réussite au CEB n’est nullement une garantie. Nous savons que les résultats réels par matière expriment des difficultés importantes dans les apprentissages. Beaucoup d’enfants n’atteignant pas les 60% en fin de sixième primaire.
  4. Quels sont les liens entre PO-direction et comité de parents pour chacune des écoles et comment envisager à l’avenir leurs relations. On sait que ces relations dans certaines écoles ne sont aujourd’hui pas au beau fixe alors que c’est ensemble, réunis que PO-directions et parents sont concernés par la scolarisation et qu’il est légitime que chaque instance puisse s’exprimer et être entendue et ce y compris à propos des orientations pédagogiques. Il est fondamental aussi que les comités ou associations de parents puissent bénéficier d’autonomie ( et non de contrôle incessant). Il n’y aurait plus de comité de parents dans une de nos écoles ? N’est-ce par interpellant ? Qui va encore s’investir ? Qu’attendez-vous en fait des parents en tant qu’acteurs scolaires ? A Genappe…nous n’avons pas l’impression que les parents sont considérés comme des partenaires. Or pour rappel (site de la FAPEO) : « Les parents…..ont le droit à la parole lorsqu’il s’agit de l’enseignement prodigué à leur enfant »

III. Quelle est la Motion déposée par Ecolo Genappe en cette séance de conseil ?

ECOLO PENSE QU’UNE NOUVELLE COMMISSION ENSEIGNEMENT SERAIT UN OUTIL DE TRAVAIL ET D’EVOLUTION ADAPTE A LA SITUATION DE GENAPPE, un outil nécessaire et un outil audacieux. Un Espace d’échanges.

 

  • Considérant que la Commission Enseignement a été fermée pour des raisons inadéquates à la rentrée 2016 sans qu’aucune alternative n’ait été proposée ou testée pour assurer son fonctionnement optimal ;
  • Considérant l’importance grandissante de l’échevinat de l’enseignement (nombre d’écoles, nombre de projets d’école, nombre d’enfants et d’équipes éducatives en hausse, accueil d’une école secondaire en plein centre dès septembre 2018) ;
  • Considérant les manquements soulignés, les défis et les enjeux de demain ;
  • Considérants les collaborations et partenariats Primaire-Secondaire dès 2018-2019 ;

 

Le conseil communal de Genappe décide, en la séance publique du conseil communal de septembre 2017, de la ré-ouverture de la commission Enseignement.

Article 1 :

Au regard de certains enjeux forts et tournés vers l’avenir, Ecolo propose la création d’une nouvelle commission mixte et ouverte à des experts, des spécialistes, des citoyens passionnés par l’école et l’éducation…

A l’instar d’autres commissions, ouvrons-la largement. Aux équipes éducatives, aux élus mais aussi aux citoyens. Ensemble créons l’école de demain, réfléchissons aux enjeux et aux défis enthousiasmants de Genappe : l’accueil de deux écoles secondaires, les partenariats et les dynamiques futures avec nos écoles primaires.

Stéphanie Bury présente un slide show pour répondre et expliquer en même temps la situation à la rentrée 2017.

Il y a 1451 élèves à Genappe, en hausse de 7% par rapport à l’année passée. Il y a 27 enseignants en primaire, 18 en maternelle et 15 spéciaux (religion, informatique,…).

Spécificités des écoles :
Baisy-Thy : immersion néerlandais depuis 10 ans.
Espace 2000 : Freinet depuis 2011.
Autres : projet langue (1h semaine au début…).
Baisy-Thy (en 3P) et Houtain (en classe d’informatique) bénéficient d’un tableau interactif.
Projet « cyberclasses » dans toutes les écoles.

Remédiation :
– Immédiate (en classe)
– Différée
– 2 écoles de devoirs (AMO et Arc-en-Ciel)

Accueil extrascolaire : 240 enfants/jour – 21 encadrants.

Sodexo a fait une enquête présentée au PO avec quelques changements (qu’elle n’a pas expliqué).

Anne Beghin répond :
– Pas de réponse sur la politique globale.
– On a demandé une présentation des projets pédagogiques et des projets d’établissement. Ici on a eu un mélange.
– Remédiation : il y a eu des efforts. Mais ce n’est pas suffisant au niveau des écoles des devoirs qui ne peuvent s’occuper que de 30 enfants.
– L’école de l’Espace 2000 est en discrimination positive. La commune touche donc 20.000 € chaque année. Comment ce montant est-il utilisé ?

Gérard Couronné : L’enseignement coûte 1,1 Mio € à Genappe.
Jean-François Mitsch (PS) : C’est 15% de moins que la sécurité.
G. Couronné : Offusqué ; ça n’a rien à voir ! (Pour lui, la sécurité est bien plus importante que l’avenir de nos enfants).

Anne continue : Pas convaincue par le lien entre parents/enseignants/direction. La présentation montre une situation idéale mais pas la réalité. Qu’est-ce que vous faites pour que cela aille mieux ?

Stéphanie Bury explique qu’elle ne veut plus d’une commission enseignement. Mais qu’elle propose de faire une table ronde sur un thème défini.

Anne répond : « Bravo ! C’est ce qu’on veut depuis le début ! Travailler avec les experts, les personnes qui ont envie,…

Jean-François Mitsch (PS) demande si cette table ronde ne s’installera qu’une seule fois ou sera l’objet d’un processus continu. G. Couronné répond que ce sera continu sauf si personne ne vient.

Tanguy Isaac (Ecolo) demande qu’une proposition concrète soit faite au prochain Conseil communal. G. Couronné est d’accord mais demande un délai plus long.

Approbation à l’unanimité.

  1. Secrétariat communal – Présentation de la nouvelle charte graphique de la Ville de Genappe.

Gérard Couronné présente le nouveau logo de la Ville.

Jean-François Mitsch (PS) et Anne Beghin (Ecolo) trouvent que ce logo ne reflète absolument pas les villages et la diversité de la commune. C’est juste une version modernisée de l’ancien logo. Pourquoi ne pas demander l’avis des citoyens ?

Gérard Couronné répond que c’est leur choix (du Collège communal).

MR approuve, PS et Ecolo s’abstiennent. CDH vote contre (voilà enfin un sujet suffisamment important pour qu’ils osent aller contre le bourgmestre pour une fois…).

15bis. Pesticides. Point D’Ecolo Genappe intitulé « Mesures à prendre afin d’éviter l’exposition des enfants des écoles aux pesticides »

Philippe Goubau (Ecolo) explique son point :

Vu les analyses dans la cour de récréation d’une école à Cortil-Noirmont, révélant la présence de substances dangereuses pour la santé, le Conseil communal propose au Collège diverses mesures à prendre afin d’éviter l’exposition aux pesticides, et ceci par principe de précaution.

Etant donné l’entourage de cultures intensives principalement autour  de deux écoles de l’entité, à savoir :

L’école fondamentale communale de Baisy-Thy,
L’école du petit chemin à Loupoigne ;

Le Conseil communal demande que la commune de Genappe prenne les mesures nécessaires afin d’éviter que les enfants des écoles soient exposés aux pesticides:

Article 1 : le Conseil demande le placement de « capteurs » (il s’agit en fait de la pose d’un matériau absorbant dont on extraira plus tard les pesticides éventuels) dans les deux écoles concernées pour analyser et objectiver les traces de produits présents,

Article 2 : le Conseil demande l’instauration de mesures rapides pour instaurer une zone tampon sans épandages autour de ces deux écoles, avec la pose de haies à croissance rapide (voir Natagriwal : https://www.natagriwal.be/fr/mesures-agro-environnementales/haies-et-alignements-darbres),

Article 3 : le Conseil demande l’interdiction de toute pulvérisation toxique les jours d’occupation des écoles dans un rayon de 100 mètres,

Article 4 : le Conseil demande l’organisation de réunions informatives destinées aux riverains et écoles sur la toxicité ou non des épandages en cours.

 

Stéphanie Bury (MR) présente sa réponse à l’aide d’un slide show laborieux. Elle confirme notre constat mais indique plusieurs réserves comme le coût des plantations (et leur entretien), le coût des analyses qu’elle dit très élevé (250 € selon nous…).

Elle explique que le Sami (Service d’analyse des milieux intérieurs) va venir dans les deux écoles et que la Province payera leurs analyses. Ca leur paraît suffisant à ce stade.

Tanguy Isaac (Ecolo) intervient et demande s’ils ne pourraient déjà faire un état des lieux pour voir si les haies seraient possibles et sur quel terrain (privé ou public) il faudrait les planter. Gérard Couronné répond que ce sera sur des terrains privés.

André Dubois (PS) demande pourquoi l’école communale de Loupoigne n’est pas dans les écoles à risque. On Aline De Groode (MR) lui répond qu’il n’y a pas de contact direct entre des champs et l’école de Loupoigne.

Jean-François Mitsch (PS) demande la parole. Le bourgmestre refuse sèchement sous prétexte que le vote est commencé. Ce qui est faux, J-F Mistch l’avait demandé bien avant. C’est non seulement un manque de respect du bourgmestre envers un Conseiller de l’opposition, mais aussi un non-respect de la législation !

Philippe Goubau demande qu’on vote la motion d’Ecolo en tant que telle, et la proposition du MR à part. Ce qui est accepté (preuve que le vote n’avait pas commencé lors de la demande de parole de J-F Mitsch…).

Vote de la motion : Ecolo, CDH, PS pour. MR contre.

Vote de la proposition MR : MR, PS, CDH pour. Ecolo s’abstient.

 

15ter. Point de Jean-François Mitsch (PS) concernant la rémunération des dirigeants d’ORES

ORES a répondu par écrit à Jean-François Mitsch. Ce n’est pas la compétence de Conseil communal. J-F Mitsch trouve leurs réponses floues, qu’ils tournent autour du pot.

Anne Beghin (Ecolo) demande à pouvoir lire ce document. Gérard Couronné (MR) dit qu’elle aurait dû aller le lire dans le dossier. Le document a en effet été ajouté la veille.

Donc, les conseillers auraient dû deviner qu’un document avait été ajouté à un dossier qu’ils avaient déjà consulté… Une nouvelle preuve de l’absolu manque de respect du bourgmestre pour la minorité !

  1. Procès-verbal de la séance du 29 août 2017 – Approbation.
  2. Divers.

Anne Beghin (Ecolo) estimant que la réponse envoyée aux personnes ayant répondu à l’enquête publique est largement insuffisante, demande au Collège d’expliquer les raisons de son refus du projet des 6 éoliennes de WindVision.

Gérard Couronné (MR) répond qu’ils feront un communiqué de presse et une explication dans le journal de Genappe.

Share This