Comment imaginer que nous pourrons construire une société nouvelle et plus durable si nous continuons à faire grandir les enfants dans un système général (et pédagogique en particulier) qui a suffisamment prouvé ses limites et son absurdité.

Pour Ecolo Genappe, la pédagogie active est une vraie réponse aux difficultés de notre enseignement actuel. Comme souligné lors de notre soirée d’octobre 2016 « Pour une école participative », les écoles en pédagogie active rendent probablement l’enfant plus conscient, plus ouvert, plus dynamique. Dès lors, les pédagogies actives connaissent un nouvel engouement tant chez les parents que chez beaucoup d’enseignants ou d’adolescents.

A Genappe pas moins de 1000 enfants sont scolarisés dans nos écoles maternelles et primaires. A Genappe, il n’y a pas d’école secondaire.

Et si Genappe est candidate…toute décision devrait dépendre d’une étude dont les résultats se font attendre. Etude qui établit les zones démographiques en tension nécessitant alors l’implantation d’une nouvelle école.

Cela fait 15 mois que l’asbl NESPA( Nouvelle Ecole Secondaire en Pédagogie Active) a déposé son dossier au cabinet de la ministre Marie-Martine Schyns et demande qu’une école secondaire ouvre à Genappe.

Oui mais voilà l’étude a trainé, les résultats aussi.

Oui mais voilà qu’à côté du Groupe NESPA, un autre Pouvoir Organisateur sort du bois et veut lui aussi son école secondaire sur notre commune, à savoir un collège catholique.
Pourtant, la demande d’installer une école secondaire à pédagogie active dans une zone autour de laquelle on trouve déjà 13 écoles secondaires catholiques et seulement 5 athénées (Rixensart, Ottignies-LLN, Nivelles, Waterloo, Braine-l’Alleud) a tout son sens.
Nespa a reçu aussi le soutien des écoles primaires en pédagogie active. Notons au passage que l’Athénée Paul Delvaux en PA à Louvain-la-Neuve ne parvient plus à répondre aux demandes croissantes.

Depuis plus d’un an, la ministre tient tout le monde en haleine, de réunions, en sorties parlementaires, en promesses d’études, en reports… Et tout s’accélèrerait depuis la demande de ce PO catholique. Les résultats devraient être présentés dans le courant du mois de janvier 2017.

Cependant, il faut se rendre à l’évidence que le groupe NESPA a constitué un dossier motivé, argumenté avec des préinscriptions, des candidats-enseignants, et, que ce dossier était le premier sur la table.

Pour être en phase avec les enjeux de notre société, Ecolo Genappe en appelle donc au soutien de cette école du groupe NESPA. Probablement plus novateur mais assurément plus contemporain.

Ce projet d’école secondaire en pédagogie active est par ailleurs en continuité avec une des écoles primaires de la commune, en pédagogie Freinet depuis plus de 5 ans. Et à ce titre, oui la commune et ses élus pourraient se mobiliser en faveur de NESPA. Affirmer alors un positionnement clair et convaincu…Ne pas laisser faire et se laisser porter.
L’école du groupe NESPA renforcerait à plus d’un titre l’enseignement Freinet de l’Espace 2000 (partenariats, passerelles, transition primaire-secondaire, renforcement pédagogique, etc.).
 Et Genappe pourrait ainsi devenir un pôle scolaire fort en Brabant wallon.


Si les résultats de l’étude attendue depuis des mois sur les zones en tensions démographiques prouvent la nécessité d’une école secondaire à Genappe… espérons donc que la ministre soit consciente des enjeux et des réalités de terrain mais aussi cohérente et ouverte à la proposition de NESPA sur son bureau depuis si longtemps.

Anne Beghin

Share This