Ecolo Genappe a suivi de près les récents événements qui ont touché l’école communale de Baisy-Thy parce que depuis le début de la législature Ecolo s’intéresse de près à la politique d’enseignement (mal)menée sur la commune. Ecolo insiste sur l’importance de la matière « enseignement » en vue de la faire évoluer et de répondre aux nombreux enjeux. Ce qui s’est récemment passé à Baisy-Thy témoigne d’un immobilisme presque maladif et d’une gestion à trop court terme.

Ecolo Genappe a été outré par la manière dont cette « crise » a été gérée. Le collège a abusé de ses pouvoirs. Et en définitive rien n’est résolu. Pour rappel, le 27 avril, le PO démet de leurs fonctions le président et la co-présidente, autrement dit le comité de l’Association de Parents est dissout. Cela se passe par écrit. Le ton est expéditif et accusateur. Il s’agit d’un véritable coup de force. Et le comité déchu s’est retrouvé d’emblée sur le banc des accusés! Un tel procédé n’est ni correct, ni légal.

Pour Ecolo, il était préférable d’agir autrement :

 Face aux problèmes posés sur la table depuis des mois par le comité déchu (Violence entre enfants, gestion des difficultés et échecs scolaires, gestion des classes d’accueil bondées, communication entre les acteurs scolaires, etc) il fallait privilégier vraiment le dialogue, la concertation et la collaboration ;

 Face à la crise au sein de l’AP et, entre son comité, le collège et la direction, il était envisageable de faire appel à des médiateurs de la Fédération Wallonie – Bruxelles, dont c’est le métier d’intervenir en cas de « crise ».

Il y a eu des mésententes et des tensions entre les différents acteurs. Certes. Pour les résoudre le PO a privilégié une réaction ferme et autoritaire. Inadéquate. Depuis quand un des acteurs d’une crise peut-il résoudre la crise lui-même ? Il est toujours plus sain que ce soit un acteur extérieur, un expert qui intervienne en vue d’une sortie de crise constructive. Rien ne justifiait une telle mise à pied. Les uns parlent de propos irrespectueux…les autres démentent.

Par ailleurs, le PO ne pouvait pas à cette période de l’année et de manière arbitraire, dissoudre ce comité de parents. Il n’en n’avait pas le droit. Ce comité s’investissait, bousculait et titillait direction et PO sur des questions irrésolues. Depuis trop longtemps. Depuis quand un PO décide seul en dehors de tout cadre juridique ?

Même la FAPEO (Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel) a pointé dans le chef du PO une véritable maladresse. Et de dire le soir de l’Assemblée Générale du 10 mai: « La légitimité du comité de parents n’est pas remise en cause » ! Dans l’invitation que le PO a adressée aux parents pour les inviter à cette assemblée extraordinaire … aucune information sur ce qu’est une AP, ni sur ses objectifs. Aucun parent non plus n’est invité à présenter un programme. Des élections sans programme ?

Ecolo dénonce dès lors la manœuvre :

  Beaucoup de parents présents le soir de l’AG semblaient avoir été instrumentalisés

  On peut (pouvait) s’interroger sur la présence massive des enseignants à une Assemblée Générale d’une Association de Parents

  Cette AG s’est terminée par des élections alors qu’on ne pouvait que souhaiter leur report à une date ultérieure, en septembre-octobre par exemple. Il fallait organiser des élections non pas en pleine crise mais plus tard, une fois que tous les candidats potentiels aient pu se positionner et présenter leur programme. Rien ne justifiait une telle précipitation. En précipitant des élections le PO affirme là encore son autorité, remet un semblant d’ordre au sein de l’école et étouffe le problème.

Le système dysfonctionne, il faut s’y attarder. Au delà de ce coup de force, les questions restent ouvertes. Béantes mêmes. Et pour Ecolo…à chaque fois que des personnes (politiques, parents, citoyens) s’investissent dans cette matière complexe que représente l’enseignement et en particulier à Baisy-Thy (école la plus importante tant en nombre d’enfants que en nombre d’enseignants voire en terme de projet pédagogique ambitieux), elles sont écartées ou elles s’en vont… découragées. Or La FAPEO reconnaît bien un droit parental : celui d’apporter des propositions pour l’école.

En conclusion, n’est-il pas grand temps que le collège se rende compte qu’il a la responsabilité finale d’une politique de l’enseignement. A Genappe, beaucoup trop de questions sont laissées en suspens :

  Beaucoup de problèmes sont évacués, voire étouffés au lieu d’être traités en profondeur.

  Pour repartir sur des bases saines et dans un esprit constructif à Baisy-Thy,

  • Ecolo a demandé que de nouvelles élections soient organisées en septembre-octobre, dans un climat apaisé et sur base de programmes. Le comité élu à la va vite le 10 mai serait alors un comité temporaire. Refus du bourgmestre !
  • Ecolo demande aussi la garantie de l’indépendance de l’Association de Parents sans quoi, les relations entremêlées voire malsaines entre PO, direction et AP demeureront.
  • Ecolo demande au collège de prendre ses responsabilités par rapport aux problèmes récurrents depuis des années. Les solutions tardent à venir. Il est grand temps de se mettre au travail. Et d’investir dans l’école. Les problèmes doivent être traités en profondeur et durablement. A l’école de Baisy-Thy. Et peut-être ailleurs. Pour les enfants d’abord !

Anne Beghin
Chef de groupe Ecolo Genappe

Share This