Rapport du Conseil communal du 30 septembre 2014

Début de séance – Prestation de serment d’une conseilère de la majorité (Axelle Vanderlink), la séance est suspendue pendant dix minutes, on offre un verre de mousseux et des boudoirs.

Point 4. H. Ecolo signale que ce n’est plus Sophie Vandeloise qui est représentante d’Ecolo alors que c’est Philippe Lorsignol.
Philippe demande que soit précisé que c’est Philippe L. qui remplace Sophie pour l’intercommunale

Point 5. Commission Enseignement. Anne Beghin se présente candidate.
Les délégués de la minorité sont Madame Beghin, Benoit Huts, et Andre Dubois pour le PS.
Stephanie Bury est proposée à la présidence.

Point 6. Commission Seniors. Théâtre.
Proposition de l’article 27 demandé par le PS. Vincent précise que tous ceux qui veulent l’obtenir, le peuvent mais doivent le demander. Mitsch demande que l’information soit véhiculée – accéder à l’article 27. Anne propose d’écrire un article dans le journal sur l’article 27, comment y accéder. Vincent est d’accord – tout le monde est d’accord.

Ecolo demande un taxi pour les personnes à mobilité réduite entre l’arrivée du bus et le théâtre. Des problèmes ont été soulevés précédemment. La proposition est discutée, il s’agit d’une journée complète, le taxi ne serait pas évident à organiser. La proposition est refusée.

Point 7. Organisation Voyage à Liège et Montjoie/Marché de Noël.

Ecolo souligne que le choix du jour ne convient pas à tous. Pourquoi un vendredi ? On ne permet qu’aux aux retraités, chômeurs ou personnes qui ne travaillent pas de s’y rendre. Privilégier un vendredi, c’est exclure les personnes qui travaillent, pourquoi pas un samedi ? S. Bury répond qu’elle n’a pas eu le choix, date imposée.
André Dubois demande si c’est possible de faire les deux marchés en une journée, cela semble beaucoup, Stephanie Bury répond qu’elle a calculé l’itinéraire et que ce sera possible.

Point 8. Une nouvelle crèche à Bousval. La crèche actuelle ne peut être agrandie. La ville propose la construction d’une nouvelle crèche.
A Genappe il existe 144 places d’accueil pour 519 enfants de 0 à 3 ans ! Donc la liste d’attente est longue. 1 164 240€, dans une ZACC.
Ecolo s’interroge de l’avenir de l’ancienne crèche. Il y a un subside attendu de 673.673€ et un subside à la Province de plus de 200 000 serait demandé. La part communale s’élèverait à 200 000 euros. La ville s’est adressée à Crèch’Invest pour appuyer son projet ce qui est très positif. Dommage qu’une telle démarche ne se soit pas faite dans le dossier de demande l’école secondaire.
Défense de la majorité – Il s’agit d’un des gros dossiers de la législature. Actuellement il y a plus de 100 à 150 enfants en liste d’attente. Le taux de couverture est de 32,9 pourcent. Il est insuffisant et donne à Genappe une plus forte chance d’être retenue, et le dossier est présenté comme solide. Le collège a décidé de ne pas transformer une structure existante, mais de construire une structure neuve, de 42 lits, 3 sections horizontales de 14 enfants. Rue du point du jour à Bousval, c’est dans le bout d’une ZACC.
Souhait de construire un batiment basse energie, respect de la nature. Début 2017 – nouvelle ouverture.
Qu’est-ce que va devenir l’ancienne crèche ? Le bourgmestre répond qu’elle va servir à l’école – les cours spéciaux se donneront dans la crèche actuelle.

Le CDH relève les problèmes de voirie – Ils seront pris en compte
Vote presque à majorité – absention du ps.

Point 9. Projet animation du Centre ville de Genappe lors de Noël.
Une organisation collective ( 3 échevinats, le TOF, le CCG, La Lanterne, le PCS, AMO, CPAS, etc)
Et si le subside provincial attendu de 5000 euros (Province) en vue d’organiser ces festivités de Noël n’est pas attribué ? L’idée de ces festivités est positive. Le prix d’entrée au spectacle est démocratique. Autant dynamiser le centre en ces période de fin d’année. Mais un subside de 7000 euros est noté pour le PCS. Nous sommes étonnés. Est-ce réaliste de sortir autant de l’enveloppe globale du PCS ? Le PCS ne s’est pas réuni pour discuter. Nous votons oui mais nous souhaitons qu’au PV notre doute quant au financement soit inscrit.

Sur l’inquiétude d’obtenir le subisde – Réponse du bourgmestre : « on l’aura. »

Sur l’enveloppe du PCS – Vincent répond qu’il s’agit d’un projet social, de mixité, qui rentre tout à fait dans le projet du PCS. Si on dépasse les subsides ce sera à la charge de la ville.
Madame Fevery est étonnée que la commune n’ait pas poussé plus loin le dossier à la province pour redynamiser le centre de Genappe, davantage d’opportunités seraient surement possibles si les démarches étaient faites. Vincent répond que la commune a demandé 10.000€ à la province.
Il a été décidé un prix d’entrée minimum – le respect du spectacle est évoqué. Au vote – absention de Jean-françois Mitsch pour les raisons de gratuité

Point 13. Elagage d’arbres. Abstension PS (trois personnes)

Point 14. Abattage d’arbres. 587€/arbre pour une coupe à blanc et 14€/arbre pour élagage –
Ecolo s’étonne de la différence de prix. Le bourgmestre justifie le prix en évoquant de manière aléatoire des situations d’arbres dans d’autres lieux.
Le CDH demande de tenir compte de l’utilisation du bois coupé, le bourgmestre va donner sa réponse.
Abstention des PS. Remarque du bourgmestre sur l’abstention qui évoque l’absence d’avis de Jean-François Mitsch.

Point 15. Collaboration IBW et Commune. Notre directeur financier souligne 10% d’honoraires de l’IBW par rapport. Cela semble élevé pour Ecolo qui s’interroge. En général les maîtres d’œuvres font un chiffre aux alentours des 5%.
Vote unanimité

Point 16. Travaux de voirie. L’ouvrage est confié à l’IBW (Philippe G). On s’interroge sur le taux d’honoraire supérieur. Pourquoi ne pas demander à l’IBW de garder le même taux honoraire.
Le bourgmestre évoque la maitrise des travaux de l’IBW et le fait qu’il s’agit ici d’un suivi de chantier complet – cela a un prix.
Vote unanimité

Point 17. Travaux de remplacement des dauphins des gouttières de l’école de Baisy-Thy (Anne).
Le prix semble exorbitant. Plus de 250 euros/tuyaux de descente. Alors que le prix de base est de 50€. Nous souhaitons des explications.
Le bourgmestre répond qu’il s’agit d’une estimation de prix, les prix remis peuvent être moins cher que les 250€ . Le bourgmestre évoque aussi les conditions de ces dauphins pour justifier le prix, dans une école les enfants peuvent maltraiter le matériel…
Absention du PS

Point 18. Marché de travaux. Réfection des rues. (Philippe G)
Le crédit budgétaire est insuffisant d’après monsieur Dewel. Il y aura une dépense supplémentaire au crédit. Le bourgmestre répond que les dépenses seront réparties sur trois ans et seront couvertes par un subside qui augmente chaque année sur trois ans. Le coût sera finalement totalement couvert.
Jean-François Mitsch réplique que les aménagements de voiries ne sont pas clairs dans le dossier, il faut une signalétique pour les vélos.

Philippe G évoque la rue du sablon, le bourgmestre répond que quelque chose sera fait prochainement. Une réparation avec un matériau de la couleur de la dolomie pour garder le même coloris, avant une rénovation plus sérieuse.
Le PS est pour si on note qu’une signalétique sera étudiée par la suite.

Point 19. Aménagement d’un nouveau parking à l’école de Baisy-Thy (Anne)
Le crédit budgétaire est insuffisant. On note une augmentation de 88 119 euros. Le budget total est de 236 000 euros. Pour un parking ! C’est du gaspillage d’espace communal alors qu’on aurait pu y faire un espace potager ou un espace vert pour les enfants. Nous votons contre malgré les améliorations du parking que nous soulignons (un parking plus vert, éclairé, des dalles vertes, des plantations). On craint aussi un risque de cafouillage – conflits de circulation à l’entrée du parking.
Le bourgmestre avoue que c’est cher payé mais c’est l’école la plus grosse de la commune, avec des problèmes de circulation. Pas d’autres possibilités pour le parking à proximité de l’école. Le bourgmestre réplique que c’est cher mais c’est parce que c’est vert, et « Ecolo a demandé un parking vert ». Ecolo précise qu’ils ont demandé un parking vert mais l’enveloppe globale reste très élevée.
J-F Mitsch évoque le problème du déchargement des enfants sur le trottoir parce que l’aménagement est mauvais. Le bourgmestre réplique que la police sera présente pour orienter les parents dans le parking. J-F s’étonne de déplacer des policiers sur le site.
Ecolo est contre / J-F Mitsch abstention

Point 20. Marché de service. Dégât à la salle Gossaiux (explosion de juillet 2014). Vote unanime

Point 21. Travaux de chauffage. Rue J. Berger.
Bâtiment insalubre. Quid de l’avenir de ce bâtiment ? Pourquoi commençons-nous par le chauffage, par ailleurs dépassé( tubes Radiants) alors qu’il faudrait isoler. Le coût est énorme 35.000 euros !
Réponse de la majorité : Les consommations du bâtiment sont énormes, ce sont des vieux bâtiments. Le choix des tubes radiants au gaz, ils vont permettre une économie d’énergie jusqu’à 60%. Si on décide de déménager les travaux, les tubes peuvent être déplacés. Pas d’autres solutions. La moins mauvaise pour un minimum de chauffage dans les bâtiments. Il est question de déménager le service des travaux sur le site de la sucrerie dès que possible, en attendant des travaux minimum sont faits pour qualité convenable du lieu.
L’investissement de l’isolation n’est pas intéressante parce que déménagement bientôt. Les tubes radiants eux peuvent être déménagés.

Philippe G. évoque la prise de conscience de l’environnement – attention aux démarches de rustine, quelle est la facture énergétique et environnementale de telles actions ? Pourquoi ne pas privilégier des initiatives plus durables ? La majorité en prend note.
Les raisons de l’abstention d’Ecolo doivent être notées au procès-verbal.

Point 22. Remplacement Vieux Genappe/ Ecole communale des châssis et portes (Anne).
Les portes et châssis vont être remplacés. Le bourgmestre évoque que « cette école est un gouffre, on ne le referait plus, mais c’est la communauté qui l’a fait »
On manque de réflexion plus globale pour ce type de travaux. Avez-vous réfléchi à la sécurité des portes ? Pour faire face aux intrusions, aux vols, etc. Soyons prudents. Puisqu’on remplace les portes, sécurisons les d’emblée.
Madame Fevery remarque qu’on ne remplace que quatre châssis, pourquoi ?
Réponse – Ce sera fait au fur et à mesure pour des raisons budgétaires
Remarque du bourgmestre « Gérer c’est choisir – si vous n’êtes pas d’accord, vous n’êtes pas d’accord. »
Abstention d’Ecolo et de Mitsch

Point 23. Vente à un particulier pour 410 000 euros pour 16 ares

L’idée est de construire trois rez-de-chaussée commerciaux + logements à l’étage. Tout cela sera indiqué dans PCA. On est sur des terrains qui appartiennent au patrimoine privé de la ville de Genappe.
Vote unanime.

Point 24. Demande du groupe Ecolo. Quelles perspectives actuelles et futures pour la Culture à Genappe

Nous tenons à souligner les responsabilités de la Ville de Genappe à proposer une vision culturelle forte, dynamique, démocratique et ambitieuse. Foncièrement tournée vers l’avenir. Foncièrement en lien avec l’histoire de la commune, avec son identité et son inconscient collectif. Consciente que le nouveau décret est l’opportunité du moment à saisir.
Le groupe Ecolo souhaite donc que la politique culturelle communale soit présentée rapidement en conseil communal d’abord, aux citoyens ensuite. De manière détaillée, argumentée et novatrice. Quelle vision ? Quel positionnement ? Quels axes ? Quelles sont les priorités pour la culture de notre commune ?

1. Vu que le paysage socioculturel a profondément changé ces dernières décennies et que les Centres Culturels s’intègrent désormais dans une volonté de concrétiser, au bénéfice de tout citoyen, l’exercice réel du droit à la culture,

2. Vu le nouveau décret des Centres Culturels, daté du 21 novembre 2013 et entré en vigueur le 1er janvier 2014, décret qui « propose » la remise d’un dossier pour juin 2015 en vue d’une nouvelle reconnaissance et de moyens supérieurs à ceux dont dispose le Centre culturel (et l’ensemble des acteurs culturels) aujourd’hui, 

3. Vu la dynamique pertinente et indispensable du nouveau décret (maillage territorial, éducation permanente, attention particulière aux populations défavorisées, etc.),

4. Vu que c’est dès aujourd’hui que doit se réfléchir et se construire ce dossier afin de positionner le Centre Culturel de Genappe avec force et ambition et lui permettre d’obtenir des moyens supplémentaires,

5. Vu que ces moyens induits par ce nouveau décret ne seront perçus qu’en 2017 (si et seulement si un dossier est envoyé à l’administration générale de la culture en juin 2015),

6. Vu l’état d’insalubrité croissante des locaux actuels du Centre Culturel de Genappe situé dans la maison Beghin (la moitié des châssis sont d’origine, certaines fenêtres ne ferment plus, la consommation énergétique est trop élevée et démesurément couteuse pour le CCG-6000€/an-, la température ambiante dans les locaux en hiver est indécente, il n’y a plus d’eau chaude depuis 3 ans, les murs et les sols sont très défraichis, manque de matériel et de mobilier, etc.),

7. Vu la promesse d’un pôle culturel au 38 rue de Bruxelles,

8. Vu les récents événements autour du « 32 août » (concept original et fort réunissant l’ensemble des acteurs culturels de la commune le dernier week-end du mois d’août) exprimant des désaccords, des divergences d’opinion et de vision entre l’ensemble des acteurs culturels d’une part et l’échevinat de la culture d’autre part,

Le groupe ECOLO demande

1. Une présentation claire et détaillée des lignes de force de la politique culturelle à Genappe actuelle et future.

 Etant donné les mauvaise conditions de travail, depuis des années, de l’équipe du CCG, nous sommes en mesure de nous inquiéter quant à la place accordée (ou pas) à la culture et au CCG. On est en mesure de se poser des questions.

 La culture crée, rattache, lie les citoyens à leur commune, à leur identité collective, à leur passé et leur avenir. La culture bouscule des idées et ouvre des portes. La culture est indispensable. Et en ce sens un Centre culturel est lui aussi indispensable.

 Le Centre culturel a de multiples rôles : porter des projets, soutenir les spécificités culturelles de la commune, fédérer, soutenir les associations, etc. Ce qui a été réalisé avec des projets forts et pour n’en citer que trois, notons « Carré blanc » en novembre 2012, le parcours Mur-mur en avril 2014 ou « Le 32 août » en août 2014.

 Notre Centre culturel a besoin de moyens, ses moyens sont insuffisants.

2. Une présentation du dossier en vue de la reconnaissance du CCG dans le nouveau décret.

 Ce décret est une réelle opportunité à saisir urgemment. Il repositionne la culture à Genappe. Il la dynamise. Il ouvre des portes et promet des moyens.

 Mais…nous ne voyons rien venir alors que, l’échéance de juin 2015 est proche et qu’un tel dossier demande du temps, de la réflexion, de la construction. Nous soulignons donc ici toute notre inquiétude.

3. Une présentation des échéances quant à l’amélioration des conditions de travail au sein de la maison Beghin.

 En 2012 il avait été dit « Plus » jamais un hiver dans de telles conditions de travail

 Deux ans plus tard, rien n’a été fait. Le bâtiment se dégrade, les charges sont énormes, les travailleurs apportent leur matériel (bouilloire par exemple), le nettoyage est aléatoire, etc.

 Qu’est ce qui est prévu pour remédier à cette indécence ?

 Une seule et unique proposition a été faite pour délocaliser le CC en attendant le déménagement – la maison de l’emploi. Une fausse bonne idée puisqu’elle incluait la fermeture de ce soutien important pour les demandeurs d’emploi, trop souvent isolés. De plus, le fonctionnement du lieu, des horaires stricts avec demande au collège en cas d’heures supplémentaires ne permettait pas d’envisager un fonctionnement efficace du CC. Plus aucune solution n’a été proposée.

4. Une présentation des échéances pour la mise en place du pôle culturel promis depuis fin 2012.

 L’idée d’un pôle culturel fort, rassemblé au 38 rue de Bruxelles est une idée de notre échevin de la culture. Elle est pertinente si et seulement si tous les acteurs concernés se mettent autour de la table. Ensemble. Le CC n’a pas assez de moyens aujourd’hui pour être un acteur assez fort. Par ce décret, nous pouvons aujourd’hui offrir les véritables moyens nécessaires pour faire du CC un acteur de poids dans le paysage culturel. Un trait d’union, mais surtout la base d’une vision culturelle autour de laquelle viennent s’associer les acteurs locaux. Etre isolé n’apporte rien, alors que regroupés, tous ces acteurs ont un poids pour porter des projets convaincants.

 Un pôle culturel oui si le dossier pour bénéficier de la subsidiation du nouveau décret est rentré à temps.

 Quand démarrent les travaux ?

 Qu’est-ce qui est prévu pour la jeunesse ?

Ajout pendant le CC : quelle est l’échéance des travaux du 38 ? Quelle est la place de la jeunesse ?

5. Une révision des statuts du Centre culturel afin de dissocier Politique et Culture. La présidence d’un Centre Culturel ne doit pas être confiée à un élu.(Huis clos ?)

 Culture et politique ne peuvent être liés à ce point

 La culture doit être apolitique : la présidence d’une telle association ne doit pas être confiée à un élu de l’exécutif. Le président doit pouvoir dégager et soutenir des convictions et des projets en toute liberté et indépendance. Le CCg est de toute manière « contrôlé » aussi par le CA et ses membres qui sont garants de son bon fonctionnement. Aujourd’hui …nous souhaitons dénoncer
o Le Bureau est majoritairement libéral et le président est aussi l’échevin de la culture
o Le CA est libéral au 2/3
o Laissons la présidence à une autre personne, plus indépendante.

 La culture est un contre-pouvoir :
A Genappe, quelles sécurités avons-nous lorsque nous voyons que le président du CC est lui-même échevin de la culture ? Comment ne pas être certain qu’il n’oublie une fonction au détriment de l’autre ? Et si vous pensez que ces deux fonctions peuvent cohabiter, c’est oublier le rôle fondamental de la culture. La culture a le droit de questionner le monde, le droit de le repenser, de l’imaginer, de le rêver. Le droit de débattre et de défendre ses idées, y compris face aux autorités communales.
Une culture dirigée par un élu c’est la fin de la liberté d’expression, c’est un totalitarisme caché, de la censure faussement avouée.
Et même si l’élu est de la meilleure volonté qui soit, cette position est trop risquée, il n’y a plus de rempart face à de possibles débordements. Il en va du respect de la démocratie culturelle, de son rôle essentiel.

6. Des divergences existent entre acteurs culturels et échevinat de la culture. Elles se sont clairement exprimées dans le cadre de l’événement du 32 août et nécessitent des éclaircissements (Huis clos ?)

Nous soulignons ainsi un manque d’unité, de cohésion entre l’échevinat de la culture et les acteurs culturels. Cette absence d’unité culturelle s’est exprimée lors du récent événement appelé « Le 32 août ». Et n’a échappé ni aux citoyens, ni aux acteurs culturels, ni aux témoins des différents CA.
En organisant un événement privé (dans un lieu public), le Gen’Apéro, à la même date qu’un événement culturel communal d’envergure, original, novateur et fédérateur, notre échevin de la culture exprime un écart vis-à-vis d’un événement collectif, citoyen. Les faits sont là. Il y a un conflit d’intérêt. Les citoyens tout comme l’ensemble des acteurs culturels étaient en droit de s’attendre à un investissement, un soutien et une présence de l’échevin. Un événement personnel a pris le dessus sur son mandat et sur une matière dont il a la responsabilité. Et Gen’Apéro : on s’interroge c’est qui ? c’est quoi ?
Nous souhaitons des éclaircissements sur cette erreur.
Car, deux attitudes s’imposaient :

 Un changement de date du « Gen’Apéro » en raison de l’importance de l’événement culturel du 32 août
Ou

 Une intégration du Gen’Apéro au sein de l’événement du 32 août tel que proposé par le CCG qui signait alors une initiative cohérente et conviviale. Les conditions alors posées par l’échevin pour intégrer le Gen’Apéro n’étaient pas adéquates ni avec l’esprit culturel et collectif porté par les organisateurs ni avec l’égalité de tous les acteurs dans un tel événement. En effet souhaiter un service d’ordre, les recettes du bar et enfin 30 places gratuites ne paraissent pas acceptables.
De telles divergences et un tel manque de cohésion inquiète notre groupe politique quant à l’avenir possible d’un pôle culturel fort et uni

Réponse de la Majorité :
Au bout de ces points, Vincent a violemment protesté, répliqué qu’il s’agissait « d’une attaque en-dessous de la ceinture », que le Gen’apéro ne regardait pas Ecolo. Couronné a répliqué que Ecolo n’avait pas à se mêler de la présence ou non de l’échevin sur l’évènement du CCG. Il a ensuite coupé la parole à Anne lui imposant d’enchaîner sur les autres points.
Ensuite, Vincent a lu une note préparée, dans laquelle il énumérait tout ce qu’il faisait pour la culture, ponctuant ses phrases adressée à « madame » (Beguin) – « si vous lisiez vos dossiers » – en enchainant sur différents points liés à la culture dont le CCG :
> Oui les travaux du 38 sont confirmés, le déménagement se ferait en 2016. (Pas d’infos sur la situation en attendant du CCG)
> Lecture des pistes pour le nouveau décret – Il s’agit des pistes évoquées par la direction du CCG au bureau – pas d’évocation du point de vue et des ambitions de l’échevin de la culture et des pouvoirs communaux de manière générale.
> Genappe veut se positionner comme acteur en terme de diffusion et apparemment des accords seraient en cours de discussion avec le TOF qui a acheté seul le bâtiment du Monty, mais la commune aurait fait un rapprochement pour s’investir à leurs côtés.
> Vincent précise également que les Lez’arts sont devenus l’arrière cuisine d’Ecolo. Et que Anne était la seule membre du CA conseillère communale – allusion à l’indépendance des statuts demandée – il ne précise pas qu’il fait lui aussi partie de ce CA et qu’il est un élu.
> Il évoque l’antenne de nivelles pour l’académie, active depuis 1990.
> Les moyens mis à disposition du secteur associatif s’élève à 200.000€
> Les Lez’arts sont soutenus par un financement du loyer, de 1500€ et un budget de 5000€ pour renouveler les châssis.
J-F Mitsch revient sur la question de l’indépendance des statuts du centre culturel – Le bourgmestre réplique que cette question ne concerne pas le CC – mais doit être traité dans le CA
Il ajoute que le Centre culturel bénéifice de 250.000€ et quye c’est cher payé pour ce qu’ils en font.

Point 25. Divers

1. Pourquoi la fermeture du sentier à Bousval (Philippe G.) ? Il faut la réception du chantier

2. Anne – Demander le point plus tôt, on le mettra peut-être – « plaise au collège qu’on mette le point »

3. J-F Mitsh – Projet éolien sur la commune de Nivelles – la commune en a –t –elle entendu parler ? L’enquête publique se termine demain – Le bourgmestre rappelle que ce n’est pas un non catégorique

4. Un point sur le délestage

5. L’annonce d’une enquête publique

1. Point Classe de Neige(Anne)

 Tous les deux ans

 Après les classes de neige de 2014 et avant celles de 2016, le groupe ECOLO avait demandé une évaluation et une révision du projet. Cette demande de notre groupe politique remonte à 2013.

 Les points évoqués étaient les suivants : le transport(en car/de nuit) et ses risques, la distance (plus de 1000 kms) et l’impact sur l’empreinte écologique, le coût exorbitant et plus adapté. Voire même le concept de base a été remis en question par notre groupe : est-ce encore adéquat de proposer des classes de neige alors que d’autres communes ou d’autres écoles ( ex : Sainte Marie de Bousval) proposent d’autres alternatives tout aussi valables en termes de dépaysement, de découverte, de plaisir: classe de voile, classe de cirque, etc.

 L’échevine avait promis de se pencher sur ces questions. Nous avons découvert un power-point exprimant le plaisir et la joie des enfants. Mais les questions de fonds n’ont nullement été traitées. Or les parents cotisent déjà, comme si de rien n’était, comme si tout allait continue comme avant. Même l’échevine propose des actions au profit des classes de neige.
> Présentation par la commission dans les prochains jours.

2. Point Place aux enfants

 Magnifique initiative de la Province, relayée sur notre commune depuis des années
Demande beaucoup d’organisation, de logistique pour trouver les personnes disponibles un samedi pour accueillir les groupes d’enfants et présenter son métier ou sa passion. Beaucoup d’organisation aussi pour créer des parcours, répartir les enfants, trouver des adultes accompagnateurs, etc.

 Toutefois la formule s’essouffle et l’an dernier il y avait moins d’inscrits. Le groupe ECOLO avait alors fait des propositions qui n’ont pas été entendues :

 Améliorer l’appel à candidature pour les professionnels et pour renouveler les métiers présentés (un peu toujours les mêmes…malgré quelques nouveautés cette année : fleuriste, aquarelliste). Pourquoi ne pas créer une page Facebook ? Pourquoi ne pas communiquer par affichage ? Aux valves des écoles…etc.

 Ecolo avait proposé de travailler en fonction d’une thématique par an : « Les métiers tournées vers les autres », « Les métiers de la nature et du sport », etc etc Et ce afin que ce ne soit pas toujours les mêmes métiers d’année en année… et de créer une dynamique nouvelle. Avec davantage de découverte pour les enfants.

 Proposer un petit déjeuner plutôt qu’un gouter, proposer une promenade découverte de la commune l’après-midi, encadrée par une association, etc

3. Point Colis des pensionnés (Anne)

 Nous ne pouvons pas réagir que sur facebook Donc réagissons en conseil communal

 Nous soulignons positivement le geste et l’initiative et aussi l’organisation. Toutefois l’utilité ? la finalité ?Toutefois nous pensons qu’ici aussi la formule doit être revue

 En proposant un colis comprenant du pâté Zwan, des saucisses Zwan, du sucre en morceaux, des tucs, du thon en boites, du coulis de tomate, des spéculoos, des fruitella et du café….
-n’avez-vous pas l’impression de confondre retraite et précarité ?

 ne serait-il pas envisageable de mettre nos produits locaux en valeur ? En offrant en lieu et place du colis un bon d’achat dans des commerces et artisans locaux ( Mac à Oli, les différentes fermes de la commune, Nut’s, la bière du Lothier, etc) qui seraient partenaires ?
Réponse de la Majorité – Le fait de se présenter aux domiciles des personnes pensionnés est une attention. 1900 personnes pensionnées. Ils ont reçu des mails positifs.

4. Point Ordre du jour (Anne)
L’opposition est l’opposition. La majorité est la majorité. Chacun sa place et sans doute chacun son rang. Toutefois que les points mis à l’ordre du jour par l’opposition (souvent fort intéressants, nécessitant réflexion, etc :)) soient systématiquement mis en fin de liste et donc en fin de soirée est discutable. En fin de soirée les conseillers sont fatigués…de temps en temps commencer un conseil par un point de l’opposition serait preuve d’ouverture voire même de courtoisie.
Réponse de la Majorité – Le bourgmestre prend la remarque à la légère et évoque la possibilité pour Ecolo d’être à l’avant-dernière place au lieu de la dernière.

Share This