L’occasion d’un premier point et de marquer le coup !


Il y a juste un an, Ecolo était sans nul doute un des vainqueurs des élections communales à Genappe.
Nous sommes le parti qui a le plus progressé. En effet, de 1 conseiller, Philippe Lorsignol, nous sommes passés à 4: 3 conseillers communaux (Anne Beghin, Sophie Vandeloise et Philippe Lorsignol) et 1 conseiller CPAS (Yves Amand).
Les majorités absolues prenant le risque de l’immobilisme et du repli sur soi, il est de notre rôle, de notre devoir, de vous informer. Plus jamais il ne devrait exister de telle gouvernance unique à Genappe. Les habitants de Genappe méritent davantage de diversité, de changement, d’ouverture au monde et à l’avenir.

Que s’est-il passé en un an ?

Dans le plus grand désordre, citons la démission d’Etienne Legrand, échevin des travaux; l’annonce de la vente future de la maison Beghin ; la fermeture de la maison de l’emploi ; la reprise du contrôle par la Ville des cantines scolaires et le choix de Sodexo comme fournisseur pour 2013-2014 (nous en avons fait un article « A Genappe, les enfants nous accuseront » que vous pouvez consulter sur notre site internet); la tarification inacceptable et inexpliquée des repas scolaires ; l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’école de Baisy-Thy ( attendus depuis presque 20 ans…magnifiques mais déjà trop exigus).
Côté culture, les choses semblent bouger. Mi-octobre, la commune et le Centre Culturel sous l’impulsion du Tof théâtre lui-même organisaient un événement théâtral d’envergure : le ZOOM Tof. Vous connaissez le TOF Théâtre…cette troupe qui depuis 27 ans crée avec passion et talent des spectacles de marionnettes à la fois sensibles, poétiques, drôles et audacieux. Plus connue dans le monde entier qu’à Genappe, ce n’est pas un scoop, c’est un comble. Il était donc temps que la Ville reconnaisse ce patrimoine enraciné sur son territoire. Soulignons quand même que la dernière manifestation à laquelle se sont associées les autorités communales date de la fin des années nonante comme l’a rappelé le bourgmestre dans son discours ! Appréciant la culture, Vincent Girboux, soutenu par le Collège, a proposé de créer un pôle culturel : le projet phare de la législature ! Cette idée plait. Cette idée séduit. Cette idée est forte. Attendons toutefois de voir le résultat. Car chacun et chacune en a assez « des mots…toujours des mots ». Ce Pôle Culturel regrouperait en un même lieu, au 38 rue de Bruxelles, les ateliers du Léz’arts, le syndicat d’initiative et le centre culturel. Ce dernier serait donc installé dans l’ancien commissariat au terme prévu de 2 années de travaux de rénovation. En attendant…il sera hébergé dans l’ancienne maison de l’emploi. Tout se justifie en politique : on ferme la maison de l’emploi au profit d’une extension de la crèche (les uns chassent les autres sans aucune logique) et en attendant les subsides, on y installe d’abord les travailleurs du Centre culturel. En effet, ceux-ci doivent quitter la maison Beghin devenue insalubre, dans un si piteux état qu’il n’est plus décent d’y laisser travailler une équipe. Sans parler du gouffre énergétique que cela représente. Évidemment, cette maison acquise il y a 30 ans avec des subsides n’a jamais été ni entretenue ni rénovée ! On s’en débarrasse donc. Point final. Acquise avec des fonds publics, elle sera cédée au plus offrant pour renflouer les caisses communales. Pourtant, elle est idéalement située, au cœur de la ville, et des besoins criant existent en matière de jeunesse, d’accueil de la petite enfance ou de remédiation scolaire… Et, à notre grand désarroi nous ne savons toujours pas à ce jour où sera logé le Tof Théâtre, à quelle enseigne, ni avec quelle aide communale et/ou provinciale. Et ça aussi c’est un comble. Avoir un tel trésor sur sa commune et ne pas se décarcasser pour le valoriser.

Qu’est-ce qui ne s’est pas passé ?

Il y a tout d’abord le silence lourd autour du site de l’ancienne sucrerie et de sa réaffectation. On ne sait pas grand-chose…Ni en bien ni en mal.
Il ne se passe rien dans des domaines qui nous tiennent à cœur comme le développement des projets nord-Sud. A ce niveau, c’est affligeant. En 2012, 100 malheureux euros ont été donnés à un jeune de la commune pour un de ses projets. C’est tout ! Et dans le futur plan de cohésion sociale (2014-2019) cet axe reste flou… Plus inquiétant, il ne se passe plus rien en vue de préparer la fermeture du camping de la Cala et du devenir de ses habitants…Récemment l’assistante sociale en charge de ce dossier donnait sa démission ! Au niveau de la jeunesse, hormis la construction d’un nouveau local pour les scouts de Ways (soit un budget colossal de plus de 120 000 euros sur fonds propres , pour un chalet en bois peu isolé et peu durable), pas grand-chose à signaler, si ce n’est de vagues intentions. Ni maison de jeunes en vue, ni conseil communal des jeunes. Pourtant mettre en place un conseil communal des jeunes ça ne coûte rien (argument si « cher » au MR)…si ce n’est d’accepter de se faire bousculer par des projets, des souhaits, des idées de jeunes. Quand on n’a pas l’habitude de se faire bousculer…c’est dur-dur! Même constat au niveau de l’enseignement, rien d’innovant, rien de bien percutant. Nous identifions pourtant 5 zones de changements indispensables :

  Nous devons avoir une réflexion en profondeur sur les chiffres de la réussite au CEB et sur ce qu’ils cachent

  Nous devons offrir, dès le début des primaires, un réel soutien scolaire aux enfants en difficulté et en échec

  Il faut optimaliser le soutien aux équipes éducatives en place

  Nous devons dynamiser la solidarité, la démocratie et la citoyenneté au sein des écoles

  Il faut améliorer le bien-être de tous les acteurs au sein de l’école. C’est selon nous indispensable et c’est possible
Par conséquent, nous demandons au collège la mise en place d’une commission enseignement étant donné que le dossier est complexe, poussiéreux par endroits, difficile. Nous sommes convaincus que ce n’est que localement qu’on pourra amorcer des changements indispensables pour le futur. Au même titre que la commission Aménagement du Territoire est un vrai soutien pour l’échevine de l’urbanisme nous souhaitons proposer une commission en soutien au travail de l’échevine madame Bury.

Et en séances du conseil …

On vote beaucoup…des petits budgets par ci, des petits budgets par-là. On débat peu, confronté à des phrases insatisfaisantes et des formules toutes faites émanant du président du conseil, du genre « Vérifions… Mais j’ai raison » ou « C’est comme ça ». Nos interventions sont écoutées mais finalement peu entendues.
Il faut savoir que la gestion de chaque conseil communal (de sa préparation à la rédaction de la chronique mise en ligne) représente pour chacun de nos conseillers une dizaine d’heures de travail… travail que la Ville ne nous facilite pas beaucoup: pour consulter les dossiers nous devons nous aligner sur les horaires de la commune…et devoir les consulter sur place, tout cela à l’heure d’internet ! C’est assez désolant, surtout pour les conseillers qui travaillent. Parfois à temps plein. Le plus souvent possible nous sommes présents à des manifestations, événements ou autres célébrations : fêtes dans les écoles, inauguration de salles ou de terrains de sport, remise des CEB aux enfants de sixième primaire, cérémonie des noces d’or, etc.

Pour faire passer nos idées

Nous tentons de vous informer régulièrement et du mieux que nous le pouvons. Nous dynamisons mensuellement notre site internet en y insérant entre autres les chroniques de chaque conseil communal. Nous actualisons chaque semaine notre page Facebook. Mais, si vous ne voyez plus nos articles dans le journal de Genappe, c’est parce que nous avons décidé de ne plus rien y écrire. En effet, régulièrement censurés par le passé…nous avons demandé que soit établi un règlement et un comité de rédaction. Le règlement proposé par le collège est tellement restrictif qu’il laisse une place dérisoire à la minorité (¼ de page pour l’ensemble des 3 partis de la minorité). Ecolo Genappe a d’ailleurs voté contre ce règlement. Alors que le journal devrait être proche des gens et dynamique ; le nouveau règlement impose un journal arbitraire, anti-démocratique, rigide et à peine « teinté » d’autosatisfaction.
La minorité Ecolo- PS- CDH- représente tout de même 41% de la population ! Nous estimons que la démocratie et la liberté d’expression sont bafouées. Et ce, alors même que le bourgmestre nous rappelle très régulièrement que : « la démocratie s’est exprimée en octobre 2012 ». Ben voyons ! Cela veut dire que l’on ignore les propositions de près de la moitié de la population.
Enfin, plus réjouissant cette année, Ecolo Genappe fêtait ses 30 ans. 30 ans de présence, d’investissement politique et citoyen sur la commune. A notre soirée d’anniversaire plus de 100 personnes ont pu déguster notre recette originale « la marmite du Lothier », mettant véritablement à l’honneur des produits locaux et/ou Bio à un prix plancher. Réservez dès à présent votre soirée du 1er mars 2014, nous remettons le couvert ! A cette occasion, nous avons pu montrer notre sens de la dérision et de l’humour puisque nous y avons exposé nos affiches électorales détournées par des artistes des ateliers du léz’arts. conseillers_lezarts.jpg

En guise de conclusion, Gérarementvuça !

Rarement vu autant d’immobilisme dès la première année de gouvernance. Ce qui n’augure rien de bon pour le futur de la législature !
Mais notre enthousiasme reste intact. Nous sommes persuadés que « le vent tournera » en 2018 et qui sait… peut-être avant. La majorité MR sera bien vite à bout de souffle…et jouant cavalier seul depuis si longtemps…elle l’aura bien cherché !

Anne Beghin, Sophie Vandeloise, Philippe Lorsignol et Yves Amand


Share This