Comme la fois précédente, il y a peu de points à l’ordre du jour de ce conseil communal, 20 points seulement (plus 18 en huis clos).
La préparation à cette séance a été menée par les 3 conseillers communaux (Sophie Vandeloise, Anne Beghin et Philippe Lorsignol), Philippe Goubau (membre) et Bernard Löwenthal (secrétaire).


Le conseil communal a été précédé d’une manifestation contre la fermeture de la maison de l’emploi. Une quarantaine de personnes étaient présentes, beaucoup de socialistes et une dizaine de membres d’Ecole Genappe. La plupart des manifestants ont assisté à tout le conseil communal pour pouvoir entendre ce que la majorité allait dire. Ils ont en effet dû attendre les divers pour que le point soit abordé (alors que Sodexo a bénéficié d’un changement dans l’ordre des points pour ne pas devoir attendre). Il y avait donc beaucoup de public cette fois-ci.

Les commentaires entendu dans le public allaient pratiquement tous dans le sens « quel cinéma». Et c’est vrai que c’est à une belle pièce de théâtre que nous avons assisté !

Quelques tirades remarquables de notre bourgmestre :

 « Tout est inadmissible pour la minorité !» (et donc pas nécessaire de répondre)

 Par rapport à une démission d’une employée de la commune : « question d’intelligence de sa part ! »

 « Pas trop de cinéma quand même ! » alors qu’il est l’acteur principal…

 « Vérifions, mais ce que je dis est vrai ! »

Un autre élément surprenant de ce conseil communal est la passivité, voire même l’approbation, du CDH par rapport à pratiquement tous les points. Ils donnaient l’impression de faire partie de la majorité !
Point 15et 16 : Enseignement-repas scolaire-Fixation du tarif-ratification
Le conseil communal commence par un exposé de Sodexo qui nous prouve que leurs techniques de marketing sont très bien huilées. C’est un exemple de brainwashing ! L’impression que cela donne est que Sodexo est allé beaucoup plus loin que ce que le cahier de charge leur demandait. Ce dernier ne contient aucun critère de bio, local ou équitable.
Anne Beghin intervient pour souligner notre déception et incompréhension dans ce dossier : Oui nous rejetons et critiquons cette décision et surtout la procédure en amont qui a conduit les élus à choisir ce fournisseur.
Dès le moment où la ville avait décidé de reprendre à son compte les cantines scolaires, elle se devait, selon nous, d’être exigeante, avec des critères stricts. Elle se devait de tenir compte de l’actualité et de l’époque. Elle se devait de ne pas choisir la solution facile…le prêt à porter de la nourriture de collectivités. Et lorsque l’on consulte le cahier des charges c’est exactement le sentiment que l’on éprouve…ce sentiment de ne pas innover, de rester dans les sentiers battus. Tout cela à une époque où des documentaires comme « nos enfants nous accuseront » bousculent plus d’une idée, plus d’une habitude…et exigent le changement…. Le cahier des charges « Préparation et distribution des repas dans les écoles communales-Année scolaire 2013-2014 »ne comporte aucune exigence en matière d’aliment bio ou d’agriculture raisonnable, encore moins locale. Le cahier des charges tel qu’il a été rédigé ne pouvait pas attirer d’autres réponses que celle de Sodexo.
Sodexo n’est pas un débutant sur le plan de sa communication et de son marketing. Ses arguments et propositions ne sont rien d’autres que du greenwashing.
Une analyse rapide de sa charte d’engagement pour les écoles communales de Genappe donne le ton…l’air de rien.
Voici notamment 4 points de la charte qui évidemment posent question :

  50% des pâtes sont bio. Et pourquoi pas 100% ?

  Les légumes sont certifiés bio à 10% mais tous de qualité différenciée.

  Les produits laitiers sont bio à 20%. Et les 80% restant ?

  Les pommes de terre sont 100% d’origine belge, de qualité différenciée, et 5% sont Bio. Cela sous-entend que 95% des pommes de terre qui seront servies aux enfants auront été pulvérisées de 10 à 15 fois.
Par ailleurs dans le ROI destinés aux parents, il est écrit :
« La Ville de Genappe prend en charge un marché de service pour la préparation et la livraison des repas chauds dans les écoles communales de l’entité de Genappe. Les repas comprennent un potage, un plat et un dessert. Ils sont préparés selon des exigences du cahier spécial des charges, dans le respect d’une alimentation saine, équilibrée, adaptée aux besoins des enfants, privilégiant les produits frais, de saison, bio, issus d’une agriculture locale ou raisonnée ». Ces dernières caractéristiques, nous aurions apprécié les retrouver dans le cahier des charges. Elles n’y figurent pas. Il y a là une réelle contradiction.
Concernant les tarifs proposés par la commune, Ecolo les estime trop élevés et vote contre.

  Ils sont plus chers que par le passé. Pourquoi ?

  Ils sont trop chers en soi. 4,50 euros pour un repas chaud pour un enfant en primaire c’est hors de prix. A titre de comparaison, Waterloo demande 3 € par repas.

  Et surtout, le coût facturé par Sodexo est de +/- 3,1 euros par repas. Pourquoi cette différence ? Est-ce que la commune fait du bénéfice sur le dos des enfants ?

Notons la difficulté de Sodexo mais aussi de la commune de communiquer le tarif exact que le fournisseur demande par repas.

Stéphanie Bury précise que depuis que Sodexo fournit les repas (2 semaines) le nombre de commandes est en hausse. N’est-ce pas ce qui est observé chaque année au terme de 2 semaines ? Par ailleurs madame Bury a mangé les repas chaque jour et les trouve très bons. Bon ne veut pas dire sain toutefois !
Point 4: Plan de cohésion sociale Genappe(PCS)-2014 à 2019-Appel à projet
Ecolo Genappe s’abstient sur ce nouveau Plan de Cohésion Sociale 2014-2019.
Anne Beghin intervient pour souligner que l’ensemble du Plan tant au niveau du diagnostic que des projets nous apparaît dans son ensemble :

  Décevant

  Incomplet

  Peu créatif et peu innovant
En période de crises multiples et en début de législature nous nous attendions à plus d’innovation. On ne sent pas beaucoup de concertation, d’échanges, de brainstorming à la lecture seule du document. Il devait y avoir des réunions pour chacun des 4 axes. Elles n’auraient pas eu lieu. La gestionnaire du projet ayant démissionné fin août, quand va redémarrer cette gestion. Le dossier doit être rentré à la région pour le 30 septembre et si on sent que les intentions de cohésion sociale sont là, en l’état nous le trouvons trop faible.
Le diagnostic est incomplet. Quant aux perspectives depuis des mois, en séance du conseil communal, on nous fait miroiter un plan « fort ». Comprenant notamment des avancées au niveau de la jeunesse et du développement Nord-Sud. Ces deux points (la jeunesse et le développement Nord-sud) sont les parents pauvres du plan.
Alors qu’il y a une commission senior, pourquoi ne pas mettre en place, comme déjà demandé, une commission jeunesse ?
La réponse de Vincent Girboux est qu’ils y travaillent mais que ça ne se trouve pas encore écrit dans le PCS. Ca l’énerve qu’on revienne chaque mois sur le sujet de la jeunesse et demande qu’on leur laisse du temps…
Concernant la solidarité Nord-Sud vous proposez la participation à un événement… selon ce qui se passe en cours d’année, pour un montant de 500 euros. Sur quoi est basé ce montant de 500 euros d’une part et pourquoi attendre « ce qui se passera pendant l’année » d’autre part. Pourquoi ne pas réfléchir en amont à un projet solidaire Nord-Sud ?
En terme de lutte contre l’isolement, vous mettez deux acteurs à l’avant plan : le CPAS et le p’tit resto. Celui-ci est malheureusement très décentré par rapport aux habitants des villages. Il manque clairement de lieux sur les villages tels que des maisons de quartiers.
En termes d’accès aux nouvelles technologies, vous pointez des actions auprès des seniors. Elles nous semblent très pertinentes et rencontrent un réel succès. Toutefois pourquoi ne pas ouvrir ces actions à d’autres publics démunis ?
Enfin nous sommes particulièrement inquiets quant au plan HP et à la fermeture du camping de la Cala. Si le PCS identifie clairement la situation et les difficultés, quels sont les plans et perspectives du collège ? La réponse de Marianne Janssen est que cela les inquiète eux aussi et qu’ils cherchent des solutions. Ce n’est pas rassurant…
Le nouvel assistant social arrive bientôt apprend-t-on aussi en remplacement de Géraldine Vanderveken qui a démissionné fin août.
Point 5 : Budget communal-Exercices 2013-modification budgétaires N°2/ services ordinaires et extraordinaires
De manière cohérente, Ecolo s’abstient. Par ailleurs nous soulignons que différentes réponses nous ont été fournies en séances de la commission finances.
Point 9: Travaux-Marché de fournitures pour l’installation d’un nouvel éclairage au terrain de foot du FC Houtain- Approbation des conditions et du mode de passation
Ecolo vote contre. Intervention de Philippe Lorsignol : L’idée est ici de mettre aux normes un éclairage de terrain de football. Mais à cette mise en conformité nous demandons que s’ajoute une prise en compte du développement durable. Il faut que le critère d’économie d’énergie soi prédominant, même si cela engendre un sur-coût.
Christophe Hayez répond que le critère d’économie d’énergie est repris comme option. Ce sera donc peut-être pris en compte…
Point 11 : Travaux-Marché de fournitures-Remplacement des chassis de la cure de ways- Approbation des conditions et du mode de passation
Pas de commentaires particuliers. Nous sommes juste étonnés qu’on ne parle que des châssis et pas des portes à remplacer et par ailleurs nous nous étonnons que ces travaux n’aient pas eu lieu plus tôt au regard de l’état de vétusté.
Vincent Girboux souligne que la fabrique d’église a sous-investi pendant des années et qu’ils ont donc des travaux de rattrapage à effectuer.
Point 12 : Travaux-Marché de services-Rénovation du batiment sis rue de Bruxelles 38 en vue de la création d’un pôle culturel- Approbation des conditions et du mode de passation et sollicitation de subsides
Nous approuvons évidemment, il est important d’avoir un pôle culturel à Genappe. Mais avec une remarque: nous espérons que la ville fera appel à des architectes « locaux » d’une part et que les architectes rencontreront les responsables des associations concernées par ce pôle afin de cerner les attentes et besoins des uns et des autres. Vincent Girboux répond qu’ils seront inclus mais pas eux seulement.
Point 13 : Travaux-Plan d’investissement 2013-2016-Fiches-Approbation
Ecolo est d’accord en espérant que les besoins des usagers faibles seront bien pris en compte. Il est prévu de mettre une piste cyclable rue des 2 Saules et rue Goddefroy de Bouillon, mais rien ailleurs ? Gérard Couronné répond qu’on ne peut pas mettre des pistes cyclables partout…

Point 17. Abattage en urgence d’un platane rue LongChamp à baisy-Thy-Approbation de la dépense
Le coût de 3000 euros est exorbitant. Il n’y a eu aucun devis, pourquoi ? Nous refusons de cautionner ce type de procédures et souhaitons des explications.
Gérard Couronné explique que c’est une faute d’un fonctionnaire. Ils ont contesté la facture en justice et ont perdu ce qui explique la clause pénale.
Point 19. Les divers – 1. enseignement
Anne Beghin intervient sur le peu de points concernant l’enseignement alors qu’on est en septembre, mois de la rentrée : les « 5 peut mieux faire » du PO des écoles communales. Voici son intervention :
S’il y a toute une série de dossiers qui nous divisent et nous opposent, je suis convaincue qu’il y a un sujet qui devrait davantage nous unir, nous rassembler. Il s’agit de l’enfance-la jeunesse et l’école. Aussi je vous demande une fois encore la mise en place d’une commission enseignement. Car si l’enseignement n’est pas une compétence communale, c’est du niveau local que la situation pourra s’améliorer, si ensemble, les acteurs concernés se mettent autour de table avec cette volonté.
Ecolo Genappe espérait une rentrée politique forte au niveau de l’enseignement. Plusieurs fois nous avons interpellé madame Bury en conseil communal et ensemble nous avons eu une réunion de travail début mai. Madame Bury s’est montrée très intéressée et concernée par différents points. Toutefois beaucoup d’autres sujets restent en suspens. Ces sujets pourraient être traités en commission car il s’agit de sujets de fond qui concernent de nombreux acteurs… Il y a des urgences à traiter et des réflexions à avoir au niveau local. C’est le niveau communal qui reste le plus proche du terrain et des citoyens.
1. Nous devons avoir une réflexion en profondeur sur les chiffres de la réussite au CEB et sur ce qu’ils cachent.
2. Nous devons donc offrir un réel soutien scolaire aux enfants en difficulté et en échec.
3. Ne faut-il pas optimaliser le soutien aux équipes éducatives en place ?
4. Dynamiser la solidarité, la démocratie et la citoyenneté au sein des écoles est fondamental.
5. Améliorer le bien-être de tous les acteurs au sein de l’école est selon nous indispensable et possible.

(Texte complet disponible sur notre site http://www.genappe.ecolo.be/?Rentree-scolaire-2013-Les-5-Peut)
En conclusion, gardons à l’esprit que la jeunesse est notre seule richesse et que nous devons nous en préoccuper. ENSEMBLE. Si les moyens financiers sont insuffisants, essayons la créativité et la réflexion entre élus, conseillers communaux de toutes les tendances, citoyens intéressés par ces questions. Faisons, ensemble, de Genappe une vraie commune du bien-être et de la réussite scolaires des enfants et des jeunes.
La réponse de Gérard Couronné a été très brève : cette intervention ne constitue pas un divers et devrait donc faire l’objet d’un point à l’ordre du jour d’un prochain conseil communal, comme le stipule le règlement du conseil communal. C’est ce qu’on fera.
Point 19. Les divers – 2. la maison de l’emploi
Point de vue de Gérard Couronné en réaction à l’explication de Jean-François Mitsch (et des manifestants présents dans la salle).
Il commence par expliquer que ce n’est pas non plus un divers mais qu’il accepte d’en parler par respect pour le public venu pour cela. Il dit que le Forem n’a proposé aucune alternative. Leur décision a été prise parce qu’ils ont besoin de l’espace pour étendre la crèche (et accueillir d’abord le centre culturel pendant les travaux 38 rue de Bruxelles, pendant au moins 2 ans). Il n’apprécie pas les mensonges du Forem dans la lettre envoyée aux chômeurs de l’entité. Mais il est ouvert à la discussion avec eux.
En conclusion
Ecolo a affirmé son positionnement lors de cette séance

  à la fois dans l’opposition avec des interventions fortes comme celles concernant le nouveau plan de cohésion sociale ou encore le choix du fournisseur de repas pour les cantines scolaires, les prix des repas, etc.

  à la fois de conseiller… avec cette intervention sur l’enseignement et la demande de mettre en place une commission de l’enseignement réunissant des acteurs de toutes les tendances et de tous les partis.

Share This