Ecole, Frais scolaires, Crise : Ouvrons le débat.

art_212086.jpg


La Ligue des familles a récemment publié les résultats d’une enquête menée auprès des familles à propos de trois postes de dépenses : le matériel scolaire, les voyages et activités organisées par l’école ainsi que le soutien scolaire.
La Ligue des familles alerte les responsables politiques : l’école coûte très cher aux parents. Les choix posés en termes d’activités ou de projets, quel que soit le réseau, sont coûteux et générateurs d’inégalités inacceptables entre enfants.
Ce constat renforce celui que l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles est le plus inégalitaire des pays de l’OCDE.

Si « L’accès à l’enseignement est gratuit jusqu’au terme de l’obligation scolaire, ce qui implique qu’aucun droit d’inscription ne peut être demandé dans l’enseignement obligatoire, que ce soit directement ou indirectement » (Art 24§3 de la constitution), la gratuité reste relative.
Elle présente des exceptions à charge des parents : frais de déplacement, de matériel scolaire et d’activités extrascolaires obligatoires.

Le coût de l’école se révèle de plus en plus inabordable pour de plus en plus de familles.
Celles de Genappe n’échappent pas à ce difficile constat.

L’école trop chère, que faire ?

Ne devons-nous pas dès lors être vigilants et repenser certains coûts ?

La remédiation scolaire doit-elle être payante ?
Ne devons-nous pas au sein de nos écoles de Genappe repenser cette remédiation scolaire en termes d’action prioritaire pour les années à venir et ce dès la première primaire?
Si une Ecole des devoirs existe à Genappe, ses moyens sont réduits et l’aide apportée ne concerne que 15 enfants sur un total de 750 enfants scolarisés dans nos écoles communales.
Les écoles ont-elles les moyens d’organiser en leurs murs du soutien scolaire efficace? Des études dirigées existent mais sont payantes.

Concernant les autres coûts (sorties, activités…) ne devrions-nous pas proposer aux familles une facture mensuelle détaillée?
Ne devrions-nous pas aussi revoir certains frais à la baisse ?

La Ligue de famille propose notamment un plafond pour les frais de voyage. A moins d’un an de l’organisation de nouvelles classes de neige pour les enfants de 5ème et 6ème primaires, Ecolo Genappe souhaiterait ouvrir le débat avec 3 questions : économique, sécuritaire et écologique.
En effet, si nous avons tous été atterrés par l’accident de car qui s’est produit en Suisse en mars 2012, ce drame a fait revenir à la surface beaucoup d’interrogations quant aux choix des destinations et des moyens de transport des classes de dépaysement.
Repenser les destinations (plus ou moins lointaines) et les transports collectifs (train versus car) doit, en cette période de crise globale (économique, sociale et écologique), faire débat dans les écoles et au niveau des pouvoirs organisateurs.
Repenser certaines formules d’activités et de voyages ?
Ecolo Genappe estime que si la commune continue à organiser des classes de neige, elle doit donner davantage de garanties aux parents quant aux choix de la société de transport par exemple. Elle pourrait aussi être créative et changer de formule. Le concept de ces classes de neige n’est autre que celui d’apprendre autrement, de faire l’école en dehors de l’école. Aujourd’hui, les formules de classes de dépaysement sont variées et parfois organisées tout près de chez nous : classes de voile, de cirque, de sport, de vent sont quelques exemples d’alternatives aux classes de neige coûteuses et lointaines. Des classes de neige peuvent s’organiser, oui…mais beaucoup moins loin qu’en Haute Savoie ou Italie. Dans les Vosges par exemple.
Pour conclure, les classes de dépaysement de demain doivent impérativement tenir compte de leur empreinte écologique et du coût engendré pour les familles : 500 euros, hors équipement, est-ce encore raisonnable de nos jours ?

Anne Beghin et Philippe Lorsignol.

Share This